Tags

Related Posts

Share This

Un musulman dénonce un extrémisme insidieux

Il est grand temps de réagir..

A suivre.

Philippe Boehler.

Un musulman dénonce un extrémisme insidieux https://www.lematin.ch/11477760

C’est un témoignage intéressant que livre Le Temps ce lundi. Celui d’un Lausannois d’origine tunisienne qui dénonce un climat de radicalisation qui serait en cours dans les mosquées de notre pays. Ce gérontologue à la retraite s’inquiète depuis 5 ans. Depuis le jour où, faisant ses ablutions à la mosquée du Petit-Saconnex à Genève, il se fait vertement interpeller sur ses gestes «non conformes». Répondant que c’est ainsi que cela se pratique en Tunisie, il se fait alors traiter d’espion.

Depuis ce jour-là, le Lausannois suit de près l’évolution de sa religion en Suisse. Un islam dévoyé, sous l’influence du wahhabisme, estime ce père de famille qui a tenu à garder l’anonymat et qui prend désormais ses distances. «L’islam fait partie de moi, de ma vie, mais il commence à m’être étranger. Il est en train de se transformer pour devenir une arme braquée contre nous, musulmans.»

L’homme s’est décidé à parler, «parce que j’aime ce pays et que j’ai peur pour les jeunes.» Il raconte par exemple la mésaventure qu’il a connue alors qu’il était chef de service dans un hôpital. Un aide-soignant a refusé de servir du porc aux patients. «Intolérable», s’exclame-t-il. «Pour de plus en plus de musulmans suisses, tout est interdit, tout est noir, et les autres représentent le diable.»

«Aux autorités suisses de prendre des précautions»

Le Lausannois s’inquiète de l’extrémisme qui est en train de gagner les mosquées du pays et a décidé de ne plus les fréquenter. Mais il écoute les prêches enregistrés par des fidèles et il n’aime pas ce qu’il entend et ce qu’on lui rapporte, «des discours toujours en arabe, d’un autre âge, répulsifs pour une grande partie des musulmans, qui poussent à une sorte de démission intellectuelle et vous enferment.»

Pour lui, les effets de cette radicalisation se feront sentir d’ici quelques années sur la société. Et il souligne ce qu’il attend de la Suisse: «Que les autorités suisses prennent toutes les précautions pour empêcher la propagation de l’idéologie extrémiste et aider au dégel de cette glaciation de la pensée.»

(nxp)