Un historien français rappelle à Macron le rôle russe dans les deux guerres mondiales

 

Emmanuel Macron .

Elu à la barbe des favoris  avec des appuis étrangers, ce résultat  a fait sensation..
Tout le monde était à ses pieds.

Mais voilà….Etre élu Président de la République ne garantit pas de savoir gérer un Pays.

C’est cette constattion qui vient de sauter à la figure des admirateurs de Macron..
Il ne peut pas réussir parce qu’il n’a tout simplement pas le *FEELING*  d’un Père de la Nation.

Ses déplacements récents dans l’Est en vue de la commémoration du centenaire de l’Armistice en sont la preuve.

Les applaudissements et vivats se sont transformés en meetings décevants.

Le peuple exprime son raz-le-bol… Les tournages vidéos le prouvent largement.

Macron , visage décharné,  c’est plutôt le reflet  d’un pupille de la nation qui erre dans les campagnes de l’Est de la France

On lui rappelle chaque jour qu’atteindre  les cinq ans du mandat, ce sera difficile!

Ne serait-ce pas mieux qu’il parte de suite?

Philippe Boehler.

https://fr.sputniknews.com/international/201811081038811653-historien-francais-macron-russie-guerres-mondiales/

Un historien français rappelle à Macron le rôle russe dans les deux guerres mondiales

© Sputnik. Sergey Piatakov

International

URL courte
471634

La déclaration du Président français qualifiant la Russie de «menaçante» quelques jours avant les commémorations de la fin de la Grande Guerre «contredit largement l’esprit annoncé des commémorations», estime l’historien français Edouard Husson. Selon lui, c’est le peuple russe qui a «par deux fois sauvé» la France au XXe siècle.

Dans un article pour Atlantico, le spécialiste d’histoire politique contemporaine Edouard Husson a qualifié de «paradoxale» la déclaration faite par Emmanuel Macron le 6 novembre à Verdun.

«On ne protégera pas les Européens si on ne décide pas d’avoir une vraie armée européenne face à la Russie qui est à nos frontières et qui a montré qu’elle pouvait être menaçante», a alors lancé le Président français.

Selon M.Husson, ses propos contredisent «largement l’esprit annoncé des commémorations» de la fin de la Première Guerre mondiale.» Il a indiqué que la France doit son existence au peuple russe puisque «sans le combat héroïque et les pertes énormes de l’armée tsariste à l’automne 1914, l’armée allemande aurait eu suffisamment de divisions à ramener vers l’ouest pour écraser notre armée».

«Cinq millions de morts, civils et militaires, pendant la Première Guerre mondiale; 27 millions de morts, civils et militaires, entre 1941 et 1945. Tel est le tribut payé par l’Empire des tsars puis l’Union soviétique à la défense de la liberté en Europe», a-t-il rappelé.

M.Husson estime que les propos du Président français sont d’autant plus surprenants qu’ils ont été tenus quelques jours avant la visite de Vladimir Poutine en France.

«Quels que soient les griefs que l’on puisse avoir vis-à-vis de la Russie actuelle ou de son gouvernement, est-ce le moment de mettre en avant des contentieux ou bien de se rappeler ce qui nous rapproche?» se demande-t-il.

De plus, il indique que la sécurité européenne ne peut pas être «anti-russe».

«Sans une entente avec la Russie, comment pouvons-nous sérieusement penser placer le continent européen en situation d’équilibre avec l’Asie? Comment pouvons-nous prétendre, en 2018, combattre sérieusement l’islamisme et ses milices sans une coopération étroite avec Moscou?» ajoute-t-il.

Le mardi 16 octobre, le conseiller du Président russe, Youri Ouchakov, a confirmé la visite de Vladimir Poutine à Paris pour les commémorations du 11 novembre. Le responsable a ajouté que le chef d’État russe «participerait au petit déjeuner d’affaires organisé par le Président Macron».

Vladimir Poutine profitera également de son déplacement pour déposer des fleurs au mémorial du corps expéditionnaire russe à Paris, force de l’armée impériale russe engagée dans les combats de la Première Guerre mondiale sur le front français.

Lire aussi:

Le Kremlin annonce la visite de Poutine à Paris le 11 novembre
Poutine propose de rencontrer Trump le 11 novembre à Paris
Visite annoncée de Poutine à Paris: une «intensification» plutôt qu’un «réchauffement»?