Tags

Related Posts

Share This

Un cas d’école de tentative de subversion dans l’Église. Publié par le Salon Beige

L’Eglise : Vie de l’Eglise

Un cas d’école de tentative de subversion dans l’Église

Un cas d’école de tentative de subversion dans l’Église

Notre-Dame de Chrétienté met en garde contre certaines tentatives délirantes :

Le Pape François a nommé en mai dernier 3 religieuses comme ‘consulteurs’ du synode des évêques, dont une Française, Sr Nathalie Becquart, ainsi que Sr Maria Luisa Berzosa Gonzalez, religieuse des Filles de Jésus, directrice du mouvement éducatif espagnol Fe e Alegria.

Cette dernière vient de s’illustrer le 15 juin en déclarant au journal Crux que l’ordination des femmes se fera ‘par petits pas’. Extrait de l’article ci-dessous (original en anglais). Bien entendu, personne n’a repris la soeur ‘consulteur’, alors qu’elle attaque ouvertement une ‘vérité qui appartient au dépôt de la foi’. Une véritable honte.

En effet, la lettre apostolique de Jean-Paul II, Ordinatio sacerdotalis, en mai 1994, officialise le fait qu’une femme ne sera jamais ordonnée dans l’Église catholique. Ce texte magistériel du Pape est à l’attention de l’Église universelle, sur un point fondamental de la Foi, et qui ‘appartient au dépôt de la Foi’. En d’autres termes, il jouit de l’infaillibilité pontificale : enseignement définitif et irréformable de la sainte Église. L’ordination d’une femme est donc définitivement impossible. Texte confirmé en mai 2018 par le cardinal Luis Ladaria Ferrer, Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi (voir ci-dessous).

New member of Synod office says pope making ‘small steps’ for women

Inés San Martín Jun 15, 2019 ROME BUREAU CHIEF

Pope Francis greets Sister Maria Luisa Berzosa Gonzalez before a session of the Synod of Bishops on young people, the faith and vocational discernment at the Vatican Oct. 16, 2018

Crux : Does that imply that the priesthood should be open to women too?

Sr Maria : “Personally, as the structure is right now, I wouldn’t want for this to be the case. Things would have to change. But I think that if steps are taken, processes are made, responsibilities are assumed, the [ordination of women] can be at the end of this process, without much ado, as a natural progression.

It is true that when I accompany a person spiritually, I can’t hear their confession, and I have to call somebody else to lead the liturgy. And sometimes I wish I was able to do that.” (…)

« Personnellement, telle qu’est actuellement la structure, je ne souhaite pas que ce soit le cas. Les choses doivent changer. Mais je pense que si des étapes sont franchies, des processus sont créés, des responsabilités sont assumées, [l’ordination des femmes] peut être au bout de ce processus, sans bruit, comme une progression naturelle. »

LETTRE APOSTOLIQUE ORDINATIO SACERDOTALIS DU PAPE JEAN-PAUL II SUR L’ORDINATION SACERDOTALE EXCLUSIVEMENT RÉSERVÉE AUX HOMMES

Extrait :

Vénérables Frères dans l’épiscopat,

1. L’ordination sacerdotale, par laquelle est transmise la charge, confiée par le Christ à ses Apôtres, d’enseigner, de sanctifier et de gouverner les fidèles, a toujours été, dans l’Église catholique depuis l’origine, exclusivement réservée à des hommes. Les Églises d’Orient ont, elles aussi, fidèlement conservé cette tradition. (…)

4. Bien que la doctrine sur l’ordination sacerdotale exclusivement réservée aux hommes ait été conservée par la Tradition constante et universelle de l’Église et qu’elle soit fermement enseignée par le Magistère dans les documents les plus récents, de nos jours, elle est toutefois considérée de différents côtés comme ouverte au débat, ou même on attribue une valeur purement disciplinaire à la position prise par l’Église de ne pas admettre les femmes à l’ordination sacerdotale.

C’est pourquoi, afin qu’il ne subsiste aucun doute sur une question de grande importance qui concerne la constitution divine elle-même de l’Église, je déclare, en vertu de ma mission de confirmer mes frères (cf. Lc 22,32), que l’Église n’a en aucune manière le pouvoir de conférer l’ordination sacerdotale à des femmes et que cette position doit être définitivement tenue par tous les fidèles de l’Église.

Priant pour vous, Vénérables Frères, et pour tout le peuple chrétien, afin que vous receviez constamment l’aide divine, j’accorde à tous la Bénédiction apostolique.

Du Vatican, le 22 mai 1994, solennité de la Pentecôte, en la seizième année de mon pontificat.

Tribune dans L’Osservatore Romano du cardinal Luis Ladaria Ferrer (29 mai 2018)

« Le caractère définitif de la doctrine de Ordinatio sacerdotalis », c’est le titre de la tribune du cardinal désigné Luis Ladaria Ferrer, dans L’Osservatore Romano en italien daté du 30 mai 2018. Le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi dissipe « quelques doutes » avec une mise au point : l’Eglise « ne possède pas la faculté de conférer aux femmes l’ordination sacerdotale », c’est une « décision du Seigneur » qui n’inclut « aucune subordination » de la femme à l’homme, précise-t-il encore.

Dans cette tribune, le préfet rappelle que « les prêtres sont configurés ‘au Christ prêtre, afin de pouvoir agir au nom du Christ, tête de l’Église’ (Presbyterorum ordinis, n.2) » : « Le Christ a voulu conférer ce sacrement aux douze apôtres, tous des hommes qui, à leur tour, l’ont communiqué à d’autres hommes. L’Église s’est reconnue toujours liée à cette décision du Seigneur, qui exclut que le sacerdoce ministériel puisse être validement conféré aux femmes », souligne-t-il. Et de citer la lettre apostolique Ordinatio sacerdotalis (22 mai 1994) de Jean-Paul II : « afin d’enlever tout doute sur une question de grande importance … l’Église n’a en aucune sorte la faculté de conférer aux femmes l’ordination sacerdotale et … cette sentence doit être gardée de manière définitive par tous les fidèles de l’Église » (n.4). Il s’agit « d’une vérité qui appartient au dépôt de la foi ».

Rappel du Canon 750 :

« § 2. On doit aussi adopter fermement et faire sien tous les points, et chacun d’eux, de la doctrine concernant la foi ou les mœurs que le Magistère de l’Église propose comme définitifs, c’est-à-dire qui sont exigés pour conserver saintement et exposer fidèlement le dépôt de la foi ; celui qui repousse ces points qui doivent être tenus pour définitifs s’oppose donc à la doctrine de l’Église catholique.”

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S’il vous plaît, faites un don aujourd’hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige