Produits sans gluten : attention danger pour les personnes non-allergiques au gluten!

Produits sans gluten : attention danger  pour les personnes non-allergiques au gluten!

Nous vivons de plus en plus sous une forme de dictature alimentaire

Philippe Boehler

Le business de l’alimentation sans gluten ne cesse de battre des records : très tendance, elle est appréciée d’une jeune clientèle à la recherche d’un mode d’alimentation sain. Ainsi 33,6 % des Français en auraient déjà consommé, selon un sondage réalisé pour le magazine LSA. Mais à l’origine, ces produits sans gluten étaient réservés aux personnes chez qui la protéine provoque des pathologies. Pour les autres, ils peuvent en fait provoquer des problèmes de santé. Dans son dernier hors-série, 60 Millions de consommateurs attire également l’attention sur les effets parfois nocifs des additifs remplaçant le gluten.

Hautement transformés, ces produits sont souvent trop riches en sucres et en gras. Quand aux épaississants et émulsifiant utilisées pour compenser l’absence de gluten, ils donnent faim : les produits sans gluten se digèrent bien plus rapidement que les équivalents avec gluten et augmentent fortement la sécrétion d’insuline et la glycémie. Pire : à hautes doses, les additifs peuvent provoquer ballonnements et diarrhées…

Par ailleurs, gare aux carences en protéines. Selon une étude publiée l’an passé en Espagne, le pain sans gluten contient deux fois plus de matières grasses que le pain traditionnel, tout en apportant jusqu’à trois fois moins de protéines.  Au final, ces aliments sont très riches en glucides de très mauvaise qualité, très pauvres en fibres, en minéraux, en vitamines et en protéines. De quoi augmenter la pression artérielle et le taux de glycémie ainsi que favoriser la prise de poids. Le verdict de 60 Millions de consommateurs  est sans appel : le régime sans gluten doit être strictement réservé aux personnes que l’ingestion de cette protéine rend malade.

Produits sans gluten : pourquoi faut-il s’en méfier
France Info 13-07-2018

Lire l’article sur France Info