Tags

Related Posts

Share This

PER IPSUM STRASBOURG

Per Ipsum« Domine, ad quem ibimus? Verba vitae aeternae habes. » Jn 6,68Voir l’évangile en ligneSamedi 19 Octobre
St Pierre d’Alcantara, confesseur Calendrier extraordinaireVoir le commentaire ci-dessous
St Pierre d’Alcantara

,

Sts Jean de Brébeuf
Épître de saint Paul Apôtre aux Philippiens 3,7-12.Mes frères, ce que je considérais jadis comme des gains, je n’y vois plus désormais que des pertes, à cause du Christ.
Oui certes, et même je tiens encore tout cela comme un préjudice, eu égard au prix éminent de la connaissance du Christ Jésus mon Seigneur. Pour son amour j’ai voulu tout perdre, regardant toutes choses comme de la balayure, afin de gagner le Christ,
et d’être trouvé en lui, non avec ma propre justice, — c’est celle qui vient de la Loi, — mais avec celle qui naît de la foi dans le Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi ;
afin de le connaître, lui et la vertu de sa résurrection, d’être admis à la communion de ses souffrances, en lui devenant conforme dans sa mort,
pour parvenir, si je le puis, à la résurrection des morts.
Ce n’est pas que j’aie déjà saisi le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection ; mais je poursuis ma course pour tâcher de le saisir, puisque j’ai été saisi moi-même par le Christ. Évangile selon saint Luc 12,32-34.En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Ne craignez pas, petit troupeau ; car il a plu à votre Père de vous donner le royaume.
Vendez ce que vous avez, et donnez-le en aumône. Faites-vous des bourses qui ne s’usent pas, un trésor inépuisable dans les cieux, où le voleur n’approche pas et la teigne ne détruit point.
Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. Extrait de la Bible catholique traduite par le chanoine CramponSaint Vincent de Paul (1581-1660)prêtre, fondateur de communautés religieusesConférence sur l’indifférence, 16 mai 1659« Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur »      Où est le cœur aimant ? Dans la chose qu’il aime. Par conséquent, là où est notre amour, là où notre cœur est captif. Il ne peut en sortir, il ne peut s’élever plus haut, il ne peut aller ni à droite, ni à gauche ; le voilà arrêté. Là où est le trésor de l’avare, là est son cœur ; et là où est notre cœur, là est notre trésor.      Un rien, une imagination, une parole sèche qu’on nous a dite, un manque d’accueil gracieux, un petit refus, la pensée seule qu’on ne fait pas grand compte de nous, tout cela nous blesse et nous indispose au point qu’on n’en peut guérir ! L’amour propre nous attache à ces blessures imaginaires, on ne saurait s’en tirer, on est toujours là-dedans, et pourquoi ? C’est que l’on est captif de cette passion. Qu’y a-t-il qui nous captive ? Sommes-nous en « la liberté des enfants de Dieu » ? (Rm 8,21) Ou sommes-nous liés aux biens, aux aises, aux honneurs ?      Ô Sauveur, vous nous avez ouvert la porte de la liberté, enseignez-nous à la trouver. Faites-nous connaître l’importance de cette franchise, faites-nous recourir à vous pour y parvenir. Éclairez-nous, mon Sauveur, pour voir à quoi nous sommes attachés, et mettez-nous, s’il vous plaît, en la liberté des fils de Dieu.
Nous contacter

Faire un don

Mon abonnement

Pour ne plus recevoir de courriel, cliquer ici.