Tags

Related Posts

Share This

OH. le Sénat françait s’est réveillé

Oh…. le Sénat françait s’est réveillé…

C’est extrêmement rare.

Philippe Boehler.

…………………………………………………………………………

 

couperet

Affaire Benalla : le Sénat saisit la justice des cas de trois proches de Macron

Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le , mis à jour à

Le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler devant la commission d'enquête du Sénat sur l'affaire Benalla le 26 juillet 2018 à Paris

Le secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler devant la commission d’enquête du Sénat sur l’affaire Benalla le 26 juillet 2018 à Paris

afp.com/FRANCOIS GUILLOT

Le Sénat soupçonne qu’ils aient “retenu une part significative de la vérité” lors de leurs auditions devant la commission d’enquête.

Le Sénat a décidé ce jeudi de saisir la justice du cas d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase, estimant que leurs déclarations sous serment devant la commission d’enquête sont “susceptibles de donner lieu à des poursuites pour faux témoignage”. 

Moins attendu et plus lourd de sens encore, les 26 membres du bureau du Sénat ont décidé de saisir le ministère public pour les cas de trois membres de l’Elysée. Les sénateurs avaient soulevé “un certain nombre d’omissions, d’incohérences et de contradictions” relevées lors de leurs auditions sous serment. Ils auraient “retenu une part significative de la vérité”. 

Un rapport caustique après 6 mois d’auditions

Le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler, le directeur de cabinet Patrick Strzoda, et le chef du groupe de sécurité de la présidence, le général Lionel Lavergne, sont mis en cause.

Seul le cas de Patrick Strzoda a cependant été transmis pour suspicion de “faux témoignage”.

Ce délit, qui porte d’ordinaire sur des déclarations dans une enceinte judiciaire, est passible de cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende.

Le seul précédent à ce jour de saisine du Parquet pour faux témoignage devant une commission d’enquête parlementaire est celui en 2016 du pneumologue Michel Aubier, dont l’affaire est toujours devant les tribunaux.  

LIRE AUSSI >> Affaire Benalla : le Sénat est parfaitement dans son rôle 

Pour Alexis Kohler et Lionel Lavergne, le Sénat transmettra la liste des “incohérences” et “contradictions” relevées par la commission d’enquête sénatoriale. Au parquet de voir quelles suites donner.  

Les membres du bureau du Sénat étaient divisés sur la qualification de “faux témoignage” concernant leurs déclarations. “Il peut y avoir des omissions, des inexactitudes, mais est-ce qu’il y a faux-témoignage au sens pénal ?”, interrogeait le centriste Vincent Capo-Canellas avant la décision du Sénat.  

Dimension politique

Quoi qu’il en soit, la proximité de ces personnalités avec Emmanuel Macron confère une dimension politique à la décision rendue par les sénateurs. La commission d’enquête sénatoriale les avait étrillés il y a un mois, en remettant sont rapport à l’issue de six mois d’auditions et d’enquête. Elle avait réclamé une saisine de la justice sur les cas des cinq protagonistes, qu’il revenait au bureau du Sénat d’entériner ou non. Ce qui vient d’être fait, ce jeudi. 

Le chef de file de LREM, Stanislas Guerini, a immédiatement dénoncé une décision “scandaleuse” et la volonté du Sénat “d’instruire un procès politique contre l’Elysée”.  

“S’attaquer à l’entourage du président de la République et à des hauts fonctionnaires qui servent l’Etat ne grandit pas l’institution”, a renchéri la députée LREM Aurore Bergé, qui a accusé le Sénat de “détourner nos institutions au profit d’un procès politique”. 

Quant à Hervé Marseille, le président du groupe centriste au Sénat, il a estimé que la chambre haute était allée “un peu trop loin” en transmettant à la justice les cas de “responsables au plus haut niveau de l’Etat”. L’Elysée n’a pas souhaité commenté l’annonce des sénateurs pour le moment. 

“Vive un Parlement libre et indépendant!”, a de son côté réagi la sénatrice EELV Esther Benbassa sur Twitter après l’annonce de la décision. “L’institution a tenu son rang et son rôle”, s’est également félicité le sénateur PS Victorin Lurel.