Nous sommes la descendance d’Abraham – Hozana

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 8, 31-42)En ce temps-là, Jésus disait à ceux des Juifs qui croyaient en lui …
— À lire sur hozana.org/publication/49887-nous-sommes-la-descendance-d-abraham

Nous sommes la descendance d’Abraham

Nous sommes la descendance d'Abraham

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 8, 31-42)

En ce temps-là, Jésus disait à ceux des Juifs qui croyaient en lui : « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. » Ils lui répliquèrent : « Nous sommes la descendance d’Abraham, et nous n’avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire : “Vous deviendrez libres” ? » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : qui commet le péché est esclave du péché. L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours. Si donc le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres. Je sais bien que vous êtes la descendance d’Abraham, et pourtant vous cherchez à me tuer, parce que ma parole ne trouve pas sa place en vous. Je dis ce que moi, j’ai vu auprès de mon Père, et vous aussi, vous faites ce que vous avez entendu chez votre père. » Ils lui répliquèrent : « Notre père, c’est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham. Mais maintenant, vous cherchez à me tuer, moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l’a pas fait. Vous, vous faites les œuvres de votre père. » Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! Nous n’avons qu’un seul Père : c’est Dieu. » Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé. » 

Acclamons et partageons la Parole de Dieu.  

Merci à Bertrand pour l’illustration ! Si vous souhaitez vous aussi participer au partage de la Parole de Dieu par vos talents d’illustrateurs, n’hésitez pas à nous écrire sur le formulaire de contact.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Sylviane
Sylviane 

 Aubervilliers, il y a 48 minutes

PREMIÈRE LECTURE « Dieu a envoyé son ange et délivré ses serviteurs » (Dn 3, 14-20.91-92.95) Lecture du livre du prophète Daniel En ces jours-là, le roi Nabucodonosor parla ainsi : « Est-il vrai, Sidrac, Misac et Abdénago, que vous refusez de servir mes dieux et d’adorer la statue d’or que j’ai fait ériger ? Êtes-vous prêts, maintenant, à vous prosterner pour adorer la statue que j’ai faite, quand vous entendrez le son du cor, de la flûte, de la cithare, de la harpe, de la lyre, de la cornemuse et de toutes les sortes d’instruments ? Si vous n’adorez pas cette statue, vous serez immédiatement jetés dans la fournaise de feu ardent ; et quel est le dieu qui vous délivrera de ma main ? » Sidrac, Misac et Abdénago dirent au roi Nabucodonosor : « Ce n’est pas à nous de te répondre. Si notre Dieu, que nous servons, peut nous délivrer, il nous délivrera de la fournaise de feu ardent et de ta main, ô roi. Et même s’il ne le fait pas, sois-en bien sûr, ô roi : nous ne servirons pas tes dieux, nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as érigée. » Alors Nabucodonosor fut rempli de fureur contre Sidrac, Misac et Abdénago, et son visage s’altéra. Il ordonna de chauffer la fournaise sept fois plus qu’à l’ordinaire. Puis il ordonna aux plus vigoureux de ses soldats de ligoter Sidrac, Misac et Abdénago et de les jeter dans la fournaise de feu ardent. Le roi Nabucodonosor les entendit chanter. Stupéfait, il se leva précipitamment et dit à ses conseillers : « Nous avons bien jeté trois hommes, ligotés, au milieu du feu ? » Ils répondirent : « Assurément, ô roi. » Il reprit : « Eh bien moi, je vois quatre hommes qui se promènent librement au milieu du feu, ils sont parfaitement indemnes, et le quatrième ressemble à un être divin. » Et Nabucodonosor s’écria : « Béni soit le Dieu de Sidrac, Misac et Abdénago, qui a envoyé son ange et délivré ses serviteurs ! Ils ont mis leur confiance en lui, et ils ont désobéi à l’ordre du roi ; ils ont livré leur corps plutôt que de servir et d’adorer un autre dieu que leur Dieu. » – Parole du Seigneur.

 Prier

Claudie
Claudie 

 Hauts-de-France, il y a 44 minutes

Aujourd’hui le Seigneur dirige des mots durs aux Juifs. Non à n’importe quel Juif, mais, précisément, à ceux qui ont embrassé la foi : Jésus a dit “aux Juifs qu’ils avaient cru en Lui” (Jn 8,31). Sans doute, ce dialogue de Jésus reflète le commencement de ces difficultés causées par les chrétiens judaïsants à la première heure de l’Église. Comme ils étaient des descendants d’Abraham selon le consanguinité, ces tels disciples de Jésus se considéraient comme supérieurs non seulement des foules qui vivaient loin de la foi, mais aussi supérieurs à n’importe quel disciple non juif participant de la même foi. Ils disaient : “Nous sommes descendance d’Abraham” (Jn 8,33); “notre père est Abraham” (v.e 39); “nous avons seulement un père, Dieu” (v.e 41). Bien que nous soyons disciples de Jésus, nous avons l’impression de ce que Jésus ne représentait rien pour ceux-ci, il n’augmentait rien, à celui qu’ils possédaient déjà. Mais c’est là que la grande erreur de tous se trouve. Les vrais enfants ne sont pas les descendants selon la consanguinité, mais les héritiers de la promesse, ou bien, ceux qui croient (cf. Émoussé 9,6-8). Sans la foi dans Jésus il n’est pas possible que quelqu’un atteint la promesse d’Abraham. Ainsi en étant, entre les disciples, “il n’y a pas de Juifs ou de Grecs il n’y a pas d’esclave ou libre; il n’y a pas d’homme ou de femme”, parce que tous sont frères par le baptême (cf. Gal 3,27-28). Ne nous permettons pas nous séduire par un orgueil spirituel. Les judaïsants considéraient les autres chrétiens supérieurs. Il n’est pas nécessaire de parler, ici, des frères séparés. Mais pensons à nous mêmes. Combien de fois quelques catholiques se considèrent meilleurs que les autres catholiques parce qu’ils suivent ce ou ce mouvement là, parce qu’ils observent celle ou cette discipline celle-là, parce que ils obéissent à ce ou à cet usage liturgique là. Les uns, parce qu’ils sont riches; les autres, parce qu’ils ont plus étudié. Les uns, parce qu’ils occupent des charges importantes; les autres, parce qu’ils viennent de familles nobles. “Je voudrais que chacun sente la joie d’être chrétien… Dieu guide son Église, la soutient toujours aussi et surtout dans les moments difficiles” (Benoît XVI). Abbé Givanildo dos SANTOS Ferreira (Brasilia, Brsil)

 Prier (1)

Sylviane
Sylviane 

 Aubervilliers, il y a 47 minutes

Si le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres » (Jn 8, 31-42) Ta parole, Seigneur, est vérité et ta loi, délivrance. Heureux ceux qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance. Ta parole, Seigneur, est vérité et ta loi, délivrance. (cf. Lc 8, 15) Union de prière Claudie, Amen !🕯
Maguelonne
Maguelonne 

 Paris, il y a 1 heure

Oui Seigneur Jésus nous croyons que Tu es l’envoyé du Père . Viens me visiter dans tout mon être . Aide moi à ne pas m’énerver face aux provocations et à ne pas provoquer. Apaise mon coeur . Viens aussi me visiter dans ma santé.

 Prier (1)

Sylviane
Sylviane 

 Aubervilliers, il y a 43 minutes

Amen !🕯
Marie-Astrid
Marie-Astrid 

 Marseille, il y a 1 heure

La “Rédemption” rend la vérité reconnaissable REDACTION evangeli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI) (Città del Vaticano, Saint-Sige) Aujourd’hui en ce monde, vérité et opinion erronée se mêlent. La vérité, dans toute sa grandeur, n’apparaît pas. Cependant, le monde est “vrai” s’il reflète Dieu, Raison éternelle dont il est surgi. Et l’homme devient vrai s’il parvient à se conformer à Dieu. L'”irrédemption” du monde consiste, précisément, dans l’illisibilité de la création, dans l’inconnaissabilité de la vérité; ce qui conduit nécessairement à la domination du pragmatisme et, par suite, à ce que le pouvoir des forts devienne le “dieu” de ce monde. Dans la grande mathématique de la création, que nous lisons aujourd’hui dans le code génétique humain, nous percevons le langage de Dieu, mais pas tout son langage. La vérité fonctionnelle sur l’homme s’est rendue visible. Mais la vérité sur lui-même et sur le bien moral ne peut être lue de cette manière. —La “Rédemption” rend la vérité reconnaissable. Et elle peut l’être parce que Dieu lui-même est reconnaissable: Il se fait connaître en Jésus-Christ crucifié.

 Prier (1)

Sylviane
Sylviane 

 Aubervilliers, il y a 42 minutes

Amen union de prière !🕯
Voir plus de commentaires 

Voulez-vous inviter des amis à rejoindre cette communauté de prière ?

Prier avec l'Évangile du jour en image

Prier avec l’Évangile du jour en image

Le résumé – Nous vous proposons de recevoir quotidiennement l’Évangile du jour illustré, pour ancrer la Parole de Dieu dans nos coeurs, et pouvoir la partager avec tous.  Découvrez la communauté

30870 priants

Publications précédentes

Ce que j’ai entendu de lui, je le dis pour le monde.

Découvrir cette publication

Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres

Découvrir cette publication

Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ?

Découvrir cette publication