Tags

Related Posts

Share This

NOTRE -DAME DE PARIS…ne doit pas devenir pas l’objet des fantasmes de Macron et de madame

NOTRE -DAME DE PARIS…ne doit pas devenir pas l’objet des fantasmes de Macron et de Madame, ni des amis de Lucifer qui auraient bien aimé que tout soit réduit en cendres le 15 avril au soir, afin d’y loger le temple prévu par Hollande en 2016.

La Providence veillait.

L’avertissement aura été terrible pour les catholiques  de France.

NOTRE -DAME DE PARIS, C’EST LA CATHéDRALE DES CATHOLIQUES DE PARIS ET DU MONDE ENTIER, PAS LE BIEN COMMUN  comme le prétend M.CASTANER..

Ce sont les catholiques qui ont fait vivre ce joyau ,qui leur a été  volé par l’inique loi  de 1905 .

A suivre…

Texte de www.ripostelaique.com suit

Philippe Boehler

www.super-senior.ch

.

J’ai toujours considéré que le patrimoine culturel légué par nos ancêtres était un trésor inestimable, qui n’avait pas vocation à être défiguré par les inconditionnels de l’art moderne.

.

Pour moi, le Centre Georges Pompidou, construit en plein Paris, a tout d’un échafaudage pensé par un plombier. Une horrible verrue qui n’a pas sa place au cœur de la capitale.

.

Les colonnes de Buren ont tout simplement saccagé l’esthétique du Palais Royal datant de 1628. Une horreur architecturale qui reste une insulte à Richelieu, à l’origine de ce superbe palais.

.

Quant à la Pyramide du Louvre, c’est un véritable attentat architectural dirigé contre la résidence des rois de France. Un massacre de notre patrimoine culturel.

.

C’est pourquoi la polémique actuelle sur la restauration de Notre-Dame me fait craindre le pire.

.

En affirmant que Notre-Dame sera reconstruite en cinq ans et en lançant un concours international d’architectes, Emmanuel Macron a ouvert la porte aux projets les plus délirants que ne manqueront pas de nous proposer les intégristes de l’art contemporain.

.

Rappelons tout d’abord que si nos valeureux pompiers ont pu éviter la destruction totale de Notre-Dame, les dégâts sont immenses et l’ensemble de l’édifice a été largement fragilisé par la chaleur extrême et les trombes d’eau déversées. Les vulnérabilités restent nombreuses.

.

La consolidation des éléments qui ont résisté au feu est en cours.

Image associée

.

Mais la polémique a déjà commencé.

.

Et si les fonds ne manquent pas, avec plus d’un milliard déjà récoltés grâce aux généreux mécènes, les idées les plus farfelues ne manquent pas non plus !

.

Édouard Philippe propose « une nouvelle flèche adaptée aux techniques et aux enjeux de notre époque ». Ce qui ne veut strictement rien dire.

.

Emmanuel Macron veut « un geste architectural contemporain », ce qui ferme la porte à une reconstruction à l’identique.

.

L’exécutif oublie que Notre-Dame a une âme. Elle appartient autant aux générations passées qui nous ont légué ce chef d’œuvre de l’art gothique qu’aux générations futures qui en hériteront.

.

Avons-nous le droit de saccager cet héritage ? Évidemment non !

Ni Macron, ni aucun architecte n’a le droit d’apposer sa marque personnelle sur  ce joyau chargé d’Histoire.

.

Tout d’abord, la question de la reconstruction de la flèche, emblème de la cathédrale, ne se pose pas.

.

Il faut impérativement la reconstruire car son effondrement, devant le monde entier incrédule et désemparé, restera à jamais gravé  dans les mémoires.

.

Seule sa reconstruction pourra effacer des esprits  ces images tragiques.

.

Mais deux thèses s’affrontent entre les anciens et les modernes.

.

« Pas question de créer une copie de Notre-Dame », disent les uns.

« Pas question de faire une nouvelle cathédrale », disent les autres.

.

Et c’est là que le pire est à craindre.

.

Une flèche en cristal imagine l’architecte Jean-Michel Wilmotte !!

.

« J’aime bien l’idée de rester à la même hauteur, en cristal ce serait absolument extraordinaire. Un verre pur, un verre blanc, avec une structure métallique qui scintillerait au milieu de cette tour ça pourrait être très intéressant ».

.

Monsieur l’architecte, vous aimez bien… mais vous n’êtes pas là pour vous faire plaisir, mais pour respecter et restaurer le travail de nos ancêtres pour les dix siècles à venir.

.

Si l’usage de matériaux modernes peut se concevoir pour les parties cachées, pas question de défigurer et de saccager le travail de nos architectes et de nos tailleurs de pierre du Moyen Âge.

.

Quand un pays a la chance d’avoir les compétences et le savoir-faire nécessaires pour rebâtir à l’identique, grâce à ses Compagnons et ses artisans, il les utilise et les transmet aux générations futures.

.

Le chantier de Notre-Dame est l’occasion inespérée d’entretenir ce savoir-faire inestimable, qui fait notre richesse culturelle. Nous avons les matériaux, nous avons les archives de la flèche, ainsi que la maquette.

.

Selon le secrétaire général des Compagnons du devoir, il faudra embaucher 550 compagnons, couvreurs, charpentiers, maçons et tailleurs de pierre.

.

Recourir aux techniques et aux matériaux modernes dans le seul but de respecter le délai de cinq ans annoncé par Macron serait un sacrilège.

.

Peu importe que le chantier s’étale sur 15 ans. On travaille pour les 1 000 ans qui viennent, pas dans l’optique des JO de 2024 !

.

Il faut donc reconstruire Notre-Dame à l’identique, sans s’adonner à des rafistolages à la sauce contemporaine. Dès lors qu’on a les crédits et le savoir-faire, la polémique n’a pas lieu d’exister.

.

Mais comme le dit l’ex-directrice du patrimoine au ministère de la Culture, Maryvonne de Saint-Pulgent, « La restauration du patrimoine est moins rentable politiquement que la « création », qui permet de marquer son époque et de faire événement. »

.

Espérons que Macron, qui a tant dénigré la culture et l’art français, qui à ses yeux n’existent d’ailleurs pas, ne va pas saccager le fleuron de notre patrimoine culturel vieux de 900 ans, dans le seul but de satisfaire son ego démesuré.

.

Jacques Guillemain