Non, M.Macron, VOUS n’êtes même pas Néron

 

 

Non Macron, vous n’êtes pas même Néron ! | Riposte Laïque


— À lire sur ripostelaique.com/non-macron-vous-netes-pas-meme-neron.html

Merci cher www.ripostelaique.com

Vous avez, comme souvent, fait mouche , avec ce texte au vitriol de Georges Clément.

Philippe Boehler.

…………..

“DE Riposte Laïque.

Quelle impudence ?! Cela débarque au XXIe siècle avec une sous-culture d’après 68, une âme détruite par une funeste rencontre, et des désirs de revanche au-delà de toute raison, et cela veut piétiner la France ? Quel mépris pour l’Histoire et la charge souveraine. Quelle incompréhension de la grandeur et de la beauté alors que les deux sont terribles puisque la destinée humaine, et donc l’histoire, sont tragiques.

La grandeur d’un chef d’État ne se mesure que dans l’abnégation devant l’épreuve suprême. Quand tout semble perdu et que, le front haut, il affronte le destin. À cet instant seulement on peut parler de grandeur. Élisabeth Ire d’Angleterre à l’arrivée de la grande Armada, Louis XVI à l’échafaud, Napoléon à Montmirail ou sur le Bellérophon, Jeanne d’Arc pendant son procès…

Vous, vous n’avez connu que Las Vegas pour vos finances, et n’avez fait qu’abîmer l’Élysée de la marquise de Pompadour, vous avez insulté la France pour son histoire en Algérie, nié qu’il y eût une culture française, comparé l’amour de la patrie et de la nation à une lèpre et décidé que les descendants de ceux qui combattirent l’Allemagne n’étaient que des nazis puisqu’ils étaient patriotes. Et comme si ceci n’était pas suffisant, vous avez annexé la France à une « grande Allemagne » et vendu des provinces pour un plat de lentilles, et vous êtes incliné à Marrakech devant le veau d’or de l’Onu et la folie des invasions.

Mais voilà que Notre-Dame flambe. Et vous voilà requinqué, dressé sur vos ergots à parler en utilisant le « Nous » national, en usant et abusant du nom de la France, et, en imitation du Christ qui annonça « pouvoir détruire le Temple et le rebâtir en trois jours », vous déclarez restaurer Notre-Dame en 5 ans. En cinq ans rebâtir ce qu’il fallut des siècles pour accomplir ? Mais avec la « technologie de notre temps » caquetez-vous ? Quel rapport entre la technologie et la croissance d’un chêne pendant trois cents ans, puis avec le siècle nécessaire pour débiter les fûts et poser des poutres sèches. Votre « technologie » est celle qui ne tient compte ni du respect de ce qui fut, ni des contraintes physiques qu’impose ce qui demeure. La vérité, c’est que lorsque les flammes ont dévoré la « forêt » et que la flèche s’est abattue, peut-être avez-vous espéré que la structure cèderait, n’est-ce pas ? Alors vous eussiez pu laisser libre cours à votre dévorante ambition et à l’appétit de ce qu’on appelle de nos jours des « architectes » qui laissent derrière eux des « prouesses » en semant la laideur car ils détestent la beauté. Que ne doivent-ils pas saliver à l’idée d’une flèche en verre, ou d’une promenade sur les toits ? Et pourquoi pas à celle d’un hôtel avec vue sur Paris ?

Et vous osez ajouter que Notre-Dame sera « Encore plus belle » ! De quelle beauté parlez-vous ? Celle de Beaubourg ? De la pyramide du Louvre ? De la Tour Montparnasse ? Ne voyez-vous pas que la « Beauté » n’est plus de ce monde ? Il y a plus de beauté dans une gargouille grimaçante de Notre-Dame que dans tout ce que vous pensez être de l’art aujourd’hui. Victor Hugo écrivit un jour : « Le Beau c’est le Laid », et certes Notre-Dame est parsemé de la laideur de l’âme humaine et des démons, et c’est ce qui la rend sublime. Faites-en simplement autant, avec humilité, sans en voir l’accomplissement, et vous serez grand et humain. La beauté vous est étrangère comme à tous vos acolytes car si elle est « belle » c’est qu’elle est presque belliqueuse et rien n’est plus terrible que de tenter de tirer de la beauté d’un bloc ou d’un tronc. Savez-vous que Michel-Ange s’était emporté contre sa « Piéta » une fois terminée en jetant ses outils à terre et en lui criant « Mais parle donc ! » ? Alors Notre-Dame qui passa par tant de luttes, de rigueur et de temps pour être parfaite et durer n’a nul besoin de vos faibles idées pour traverser notre millénaire. Respectez-la, comme les Polonais le firent pour le centre de Varsovie détruit par les Allemands, ou les Allemands pour Dresde détruite par les Anglo-Américains.

Et puis, comme vous et votre entourage semblez penser qu’il ne s’agit que d’un monument et non d’une cathédrale, revenez au sens du sacré si jamais vous l’avez éprouvé et comprenez qu’il s’est agi, pour ses bâtisseurs, d’un acte de foi et non de la réalisation d’un projet immobilier. Si Notre-Dame vous a fait recourir à la fibre nationale pour tenter, par l’exploitation d’un drame, de recouvrer votre virginité (politique), c’est raté.

Néron, qu’on soupçonna d’avoir allumé l’incendie de Rome pour la reconstruire à son goût, semble exonéré de ce crime par l’historiographie contemporaine, mais vous, il faudra attendre quelques siècles pour être sûr de votre innocence. Ni vous ni nous n’en saurons plus, mais de votre négligence, et de celle des deux présidents du même acabit qui vous ont précédé, nous sommes certain à la lecture des budgets des ministères de la Culture depuis 12 ans. La restauration de Notre-Dame, évaluée à 150 millions d’euros, n’a pas trouvé un centime sur les 12 milliards de budget depuis 2007 pour être effectuée à temps.

Les larmes que vous n’avez manifestement pas versées sur le bûcher de l’île de la cité, n’auraient pas suffi à éteindre cet incendie que votre indifférence et celles de vos prédécesseurs ont rendu possible sinon souhaité.

Vous ne pourrez pas être prêt pour les jeux olympiques de Paris avec votre joujou tout neuf, et si, ce qu’à Dieu ne plaise, vous étiez réélu par un peuple sans mémoire en 2022, vous n’inaugurerez pas un ersatz de cathédrale à la mode Nouvel car nous vous en empêcherions avec nos corps.

Georges Clément