Macron va-t-il envoyer les chars contre les Gilets jaunes ?

Macron va-t-il envoyer les chars contre les Gilets jaunes ?

Il y a quelque chose de curieux avec E. Macron assis.

On ressent constamment une impression  de trucage…

Ici, il semble flotter dans une piscine , assis, jambes rapportées!

Le ridicule ne tue plus

Philippe Boehler.

………………………………………………………………

Publié le 15 novembre 2018 – par – 50 commentaires – 1 745 vues   Source: www.ripostelaique.com

Share

Le cadre de l’entretien était irréaliste, une mise en scène digne d’un grand film de guerre : sur le porte-avions Charles de Gaulle, entre un magnifique Rafale prêt à décoller, un bombardier  chargé de bombes, Macron s’est-il adressé aux Français médusés comme président de la République ou chef des armées, à la tête d’une formidable armada ?

De plus, l’installation de Macron devant Bouleaux, un minable journaleux « pisse dans son froc », incapable d’en placer une et de proposer une question qui intéressait tous les Français, était d’un état-major de campagne en pleine bataille : deux chaises en plastique devant une table basse comme on le voit souvent sur les photos de guerre (chez les Américains, Russes, Allemands ou Français) quand le moment devient crucial pour gagner ou perdre une guerre.

L’équipe de Macron n’avait qu’une idée en tête : le placer dans un état d’esprit où il ne devait rien céder. L’air martial, le ton tranchant (qui laissa le pauvre journaliste pantois et sans voix !) Macron lança un très fort avertissement aux « gilets jaunes », les ennemis du moment. Ils ont le droit de manifester mais pas de bloquer et lui aura le droit d’intervenir (il n’a pas précisé comment) pour empêcher le blocage de la France et ainsi être humilié dans son autorité.

Le message ne pouvait pas être plus clair : restez chez vous, j’entends votre colère mais elle ne me fera pas plier. Vous perdrez «  en même temps » votre temps et votre énergie. Ce sera folklorique sans plus.

Son but est de convaincre par cette attitude guerrière les petits retraités de se planquer, de se faire un café chez eux et de regarder les événements à la télé. Au moins, ils se sentiront à l’abri si les forces de l’ordre interviennent.

En effet, comme chef des armées, il suffirait de placer vendredi soir cent chars aux carrefours les plus visés et c’est la fuite des gilets jaunes. Pas de violence, simplement le symbole de la force qui est mise en place pour bien montrer qui est le chef.

Moi, en tant que retraité ainsi que mes amis, nous irions au carrefour mais devant la présence d’un char d’assaut le canon dirigé vers la foule, on se carapaterait illico presto. Un char ne ferait qu’un tas de tôles de ma petite Citroën C1 et moi, les jambes à mon cou, me cavaler dans les champs.

Ce serait pour calmer les ardeurs du petit peuple la meilleure solution pour Macron, elle ne coûterait pas cher et elle serait très efficace. Tout le monde rentrerait dans le rang des moutons apeurés à se replier dans les bergeries.

Macron osera-t-il appliquer ce scénario pourtant plausible et peu coûteux ? C’est certainement dans les cartons de l’Élysée mais le sortiront-ils ? Castaner oui, car c’est le bandido qui n’hésiterait pas à sortir ses pistolets pour effrayer ses ennemis. Aura-t-il le feu vert de Macron ?

Prenons donc l’attitude des gilets jaunes qui sont prêts à tout pour en découdre avec le gouvernement Macron-Philippe : beaucoup de manifestants partout en France, dans les zones rurales, dans les villes moyennes et, espérons-le, sur les grands boulevards de Paris. Plus il y aura de monde, plus d’effet sur Macron. Est-ce vrai ? Bien sûr que non, car il continuera sa route toute tracée depuis son élection. Par contre, très peu de manifestants, ce sera à classer avec toutes les autres qui n’ont en aucun cas fait fléchir Macron.

Voitures ou chars aux carrefours ? That is the question. En tout cas, vivement samedi pour connaître la suite de cet épisode palpitant !

André Girod