Tags

Related Posts

Share This

L’OTAN ne veut pas isoler la Russie malgré «l’annexion» de la Crimée

OTAN EN EMPORTE LE VENT /   SUPPRIMONS L’ OTAN ET CREONS UNE FORCE des pays libres  avec   les USA,  LA RUSSIE, SANS LA TURQUIE,  AFIN DE RENDRE SÛRES LES FRONTIERES DE L’EUROPE.

Philippe Boehler

J’invite humblement M. Stoltenberg , patron de l’Otan et ceux qui semblent ne pas connaître le sujet  à réviser leurs maigres connaissances d’ Histoire.

Nous ne sommes plus au temps de la guerre froide. La Russie n’est plus un Etat communiste, c’est un grand pays qui a retrouvé la Foi chrétienne, a rebâti des églises dynamitées par Lénine, et Staline et consorts.

La Crimée était Russe avant 1954. Elle a été cédée d’un simple trait de plume à l’Ukraine par Nikita Krouchchev, alors Président du Soviet Suprême.  M Krouchchev  étant lui-même Ukrainien d’origine, on peut mieux comprendre …

J’ai publié   il y a quelque temps un article bien documenté traitant de ce sujet que je vous suggère de lire et de visionner.

La Crimée était russe avant 1954. Ukraine : Sa formation au gré des siècles.

Les relations entre la Russie et l’Europe de l’ Ouest ont été  brouillées ces dernières années  sur la base de grosses erreurs historiques.

En effet, la plupart des  dirigeants actuels n’ ont pas connu ce qui s’est passé exactement lors de l’éclatement de l’Ex-URSS  voici une trentaine d’années.

 Avant cette époque les deux camps qui se partageaient l’Europe disposaient chacun d’une force militaire.

-l’Ouest, l’OTAN   Organisation du traité de l’ Atlantique Nord,

-l’Est, les forces armées du Pacte de Varsovie.

Cette dernière ayant disparu, on se demande à quoi sert l’OTAN , cette institution qui joue dans la cour des grands, en se comportant comme un Etat souverain  supplémentaire avec des relents d’ agressivité  datant de la guerre froide.

Souvenons-nous que c’est bien l’Otan qui a bombardé Belgrade, Capitale de la Serbie, pays indépendant , a arrêté le Président Milosevic,  l’a livré  au Tribunal de la Haye où il est mort.

C’est à la suite de ce conflit que  le Kosovo a été arraché à la Serbie, alors qu’avant la poussée démographique musulmane dans la région, le Kosovo était la Terre d’origine des Serbes orthodoxes.

Dans le cas de la Crimée, l’Otan est en train de se mêler de politique en niant la réalité historique .

L’ Ukraine est actuellement un Etat totalitaire , dirigé par les marionnettes installées à Kiev par le NWO, le New World Order et les puissances financières mondiales ( Rothschild,Goldman/Sachs et cie). Ce sont ces mêmes acteurs  qui ont réussi à  installer Emmanuel Macron au pouvoir à Paris en éliminant avant le scrutin ceux des candidats qui comme F.Fillon, auraient pu contre-carrer leurs plans.

Philippe Boehler.

……

L’OTAN ne veut pas isoler la Russie malgré «l’annexion» de la Crimée https://francais.rt.com/international/52331-otan-ne-veut-pas-isoler-malgre-annexion-crimee

—————————————————————

La Crimée était russe avant 1954. Ukraine : Sa formation au gré des siècles.

On reparle de la Crimée “annexée”  en marge de la rencontre Poutine -Trump.  Même ce matin 1 er juillet 2018 au TXT de la SSR…

La *bien-pensance*  s’étrangle de colère ( to choke with rage ), en apprenant que Donald Trump pourrait accepter le retour de la Crimée à la Russie.

Etant donné que les sanctions occidentales et la mise à l’écart de la Russie y trouvent là  leur origine, cela va mettre à bas toute la politique d’ostracisme des donneurs de leçons occidentaux envers les Russes.

Voici l’ article que j ‘ai publié le 5 mai 2018  sur mon blog super-senior.ch

Bonne lecture!

PS:  Je me permets de vous recommander le visionnement des trois vidéos mises et d’un article d’ Erwan Castel au bas de mon article.

Vous serez stupéfaits d’y apprendre des faits que nos médias nous ont  soigneusement cachés précédemment.

Philippe Boehler.

 


La Crimée était russe avant d’être cédée à l’Ukraine par un Ukrainien , Krouchtchev en 1954.

Je tenais à rappeler ces événements , car j’ai eu personnellement  connaissance en 1954  ( j’avais 25 ans!), de l’action de Nikita Chrouchtchev, alors Président du Soviet Suprême,  qui d’un trait de plume a donné la Crimée à l’Ukraine, dont il était ressortissant.

PhilippeBoehler

 

 

 

Philippe Boehler.————————————————————–

source: www.citoyens-et-francais.fr

En trois documentaires, la télévision russe a décortiqué à l’aide d’images d’actualité et de reconstitutions, le dessous des cartes du retour de la Crimée à sa mère-patrie.

Film dont la projection a été interdite par les mairies de Nice, Strasbourg, Cannes et Bordeaux.
Ce dont elles ont été félicitées par l’Ambassade d’Ukraine, pour le plus grand bonheur des mondialistes, mais certainement pas pour celui des tenants de la liberté d’expression.

Il s’agit d’une entrave à la manifestation de la vérité par un débat public.

Ce documentaire en trois parties pourrait un peu contrebalancer la version officielle diffusée en France sans la moindre contradiction, du rattachement de la Crimée à la Russie qui a été le prétexte à la déclaration de guerre du régime de Kiev -soutenu par les USA et par l’Union européenne-, à la population de la Novorossiya (Donbass).

Une version officielle et obligatoire  diffusée en France par toutes les chaines de télévision et les gros médias en général, sans la moindre contradiction. Le choix des Criméens de rejoindre à une majorité plébiscitaire la Russie a aussi été le prétexte aux sanctions économiques qui ont frappé la Russie et par contre-coup l’Union européenne.

Un grand documentaire en trois parties de la chaîne Rossiya 1 sur les évènements qui ont eu lieu au printemps 2014 en Crimée, commentée par le président de la fédération de Russie:

Crimée. Le retour à la Patrie (2015) [Partie 1/3]par boubliktv


Crimée. Le retour à la Patrie (2015) [Partie 2/3] par boubliktv


Crimée. Le retour à la Patrie (2015) [Partie 3/3] par boubliktv

En savoir plus sur

http://www.medias-presse.info/histoire-du-retour-de-la-crimee-a-la-russie-3-documentaires-commentes-par-vladimir-poutine/46221#oPRg2q0PPFo256Wj.99

 

Grand documentaire de la chaîne Rossiya 1 sur les évènements qui ont eu lieu au printemps 2014 en Crimée. [VOSTFR]

Partie 1/3: http://dai.ly/x2lr5nl
Partie 2/3: http://dai.ly/x2lradq
Partie 3/3: http://dai.ly/x2lrf4g

Réalisé par Andrei Kondrashov dans le but de conserver les faits dans l’histoire, le tournage a duré 8 mois et s’est déroulé à travers toute la Crimée, de Simferopol à Sébastopol en passant par Yalta et Kertch. Une interview du président Poutine a été spécialement tournée pour l’occasion où il fait plusieurs révélations exclusives. À cela s’ajoute des dizaines d’interviews avec des témoins ou des acteurs de la réunification avec la Russie, appelée le “printemps de Crimée”.

http://dai.ly/x2lradq

 

http://dai.ly/x2lrf4g

 

…………………………………..

Reprise article du 30 juin 2018

 

Le mythe ukrainien. Par Erwan Castel.

1 Juillet 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L’OTAN., #La Russie, #Ukraine

Le mythe ukrainien

L’Ukraine moderne est un pays artificiel et démesuré. Né par le forceps des traités internationaux, des conquêtes militaires et des bricolages territoriaux soviétiques, l’unité forcée ukrainienne va se fissurer dès l’indépendance de ce plus grand pays européen à la chute de l’URSS.

La crise ukrainienne ici dans ses racines géopolitiques n’est pas malheureusement unique, elle illustre la problématique de ces frontières tracées sans tenir compte des réalités ethno-géographiques et qui génèrent à plus ou moins long terme des tensions et des conflits autour des pouvoirs uniques autour des peuples réunis et séparés. 

Tant que les nations ne reconsidéreront pas les délires colonialistes de leurs propres évolution, les guerres ne feront que renaître au milieu des ruines de l’effondrement  systémique en cours.

La seule solution et je rejoins ici la conclusion de l’article joint ici, c’est que l’Europe doit évoluer rapidement vers un redécoupage naturel des entités la composant si elle ne veut pas disparaître corps et âme dans le naufrage inévitable de son avatar occidental. Le système occidental, en ayant choisi l’absolutisme de pouvoirs centralisés embourgeoisés est en effet responsable des multiples crises suicidaires qui frappent le vieux continent.

Aujourd’hui les nationalismes qui prétendent lutter contre ces crises et défendre, à travers des discours ethniques ou religieux, les fantasmes des “Etats nations” collaborent en réalité au chaos suicidaire organisé. 
Ce n’est pas dans un retour aux absolutismes artificiels du passé qui ont trahi l’héritage européen que pour mieux nourrir les ambitions d’une pensée unique mondialiste que se trouve une sortie de crise saine mais plutôt dans une projection des valeurs civilisationnelles vers une Europe des peuples audacieuse et débarrassée de sa ploutocratie. 
C’est ce qui est en train de se réaliser dans les Républiques Populaires du Donbass. 

Il faut inverser la vision métapolitique européenne et, au lieu de l’organiser autour de systèmes centralisés descendants, la définir dans une subsidiarité ascendante respectant chaque strate identitaire et son sanctuaire géographique.

 

En Ukraine mais aussi dans la quasi totalité des Etats modernes, ceci doit être fait, soit par le dialogue ou soit la guerre… mais cela doit être fait, si l’on ne veut pas voir tout simplement disparaître la civilisation européenne.

 

Erwan Castel
Observation : Dans cet article très bien argumenté, l’auteur cependant associe à tort les projets “Novorossiya” et “Malirossiya” qui sont à mon avis peu comparables car autant le premier est cohérent car correspondant à une entité humaine réelle (russes des rives Nord de la Mer Noire) autant le second est utopique car, contrairement à ce que sous entend l’auteur il ne veut pas bouger les frontières actuelles de ce monstre européen assis entre les chaises occidentale et eurasiatique et créer un nouvel épicentre politique pro-russe à Donetsk.
Source de l’article : Réseau international
Comment diviser l’ex-Ukraine ?
Par Nicholas Nicholaides
C’est un fait bien connu et historique que le territoire appelé « Ukraine » n’est pas un état réel et n’a jamais été un état réel. Il ne s’agit que d’une collection aléatoire de terres, faite par différents souverains au cours de différentes périodes historiques, sans aucun lien entre eux. Et c’est une grande partie des problèmes d’aujourd’hui !
Ainsi, différentes zones principalement à l’ouest et à l’est de la ville russe de Kiev ont été ajoutées par différents Tsars de 1650 à 1917, Lénine a ajouté la zone qui est aujourd’hui Novorossiya, Staline a ajouté les parties les plus à l’ouest, y compris la Galice après la Deuxième Guerre Mondiale et Khrouchtchev a ajouté la Crimée en 1954. Aucune de ces parties n’a jamais constitué un « État ukrainien » – la plupart d’entre elles étaient et sont des terres russes. Les parties occidentales sont principalement polonaises et certaines parties appartiennent respectivement à la Hongrie, à la Slovaquie et à la Roumanie. Et c’est de là que viennent la plupart des nazis d’aujourd’hui, ceux qui – sponsorisés par les USA – ont renversé le gouvernement légal précédent et ont installé une junte mal déguisée.
Déjà pendant la Deuxième Guerre Mondiale, l’ »Ukraine » occidentale s’est rangée du côté des nazis et a fourni des dizaines de milliers de soldats pour soutenir Hitler et garder les camps de concentration nazis, alors que le sud-est de l’ »Ukraine », Novorossiya, fournissait des dizaines de milliers de partisans et de soldats à l’Armée rouge ! Les collaborateurs nazis ukrainiens de la Seconde Guerre Mondiale sont aujourd’hui les « héros nationaux » de ce pseudo-état. Pouvez-vous imaginer cela dans n’importe quel autre pays européen ? Bien sûr que non ! Mais en « Ukraine » nazie, et dans les pseudo-États baltes, tout est permis et tout est admissible par l’Union Européenne, tant que c’est anti-russe, voire falsification de l’histoire et glorification des collaborateurs nazis !
La future partition de l’ex-Ukraine doit s’assurer que la Galice, Wolyn, Lvov et d’autres régions non russes ne soient pas incluses dans la Novorossiya ou la Malorossiya. Ces parties (Galice, Wolyn, Lvov et autres) devraient être données à la Pologne, à la Hongrie et à la Slovaquie et ainsi de suite, comme il est dit plus haut (Wolyn et la plus grande partie de la Podolie et de la Galice devraient revenir à la Pologne, la Galice occidentale à la Hongrie, la Transcarpathie à la Slovaquie et la Bukovina septentrionale à la Roumanie). La future Novorossiya, Malorossiya et même la Russie elle-même n’a pas besoin de ces zones d’élevage de nazis. C’était une erreur historique de Staline de les incorporer en URSS, tout comme c’était une erreur de chaque dirigeant soviétique/russe depuis, de ne pas les rendre ! Cela aurait éliminé le problème et aurait probablement rendu la Pologne plus positive à l’égard de la Russie aujourd’hui. Un bout d’Ukraine pourrait être préservé dans les régions à l’ouest de Kiev jusqu’aux nouvelles frontières de la Pologne et de la Hongrie et de la Slovaquie si cela est jugé nécessaire. Mais Novorossiya et toutes les terres à l’est de la rivière Dnepr, avec ou sans Kiev (de préférence avec) devraient être incluses dans le monde russe. Que cela se fasse dans l’État de Novorossiya, Malorossiya ou à l’intérieur de la Russie proprement dite est de moindre importance.
L’essentiel est de ne pas laisser l’état actuel des choses être « gelé » dans l’éternité. La junte nazie de Kiev ne doit pas avoir la possibilité d’empoisonner l’esprit d’un plus grand nombre de personnes par des mensonges, des menaces et de la propagande anti-russe :
Pourquoi Ianoukovitch, le président légal, n’a pas été autorisé à utiliser des canons à eau contre les nazis sur Maïdan, alors que Porochenko, le chef du coup d’état illégitime, est encouragé à utiliser des missiles et de l’artillerie contre les civils et les villes du Donbass – la partie libre de Novorossiya.
Pourquoi les référendums de la Crimée et du Donbass ne sont-ils pas reconnus alors qu’ils sont pacifiques et incluent l’opposition (sauf les nazis) alors que les élections simulées au Banderastan sont reconnues par l’Occident alors que toute opposition réelle est emprisonnée ou contrainte de fuir ?
Pourquoi le meurtre de journalistes anti-nazis ukrainiens n’est-il pas condamné en Occident ?
Pourquoi les attaques de la junte nazie de Kiev contre des manifestants pacifiques les 1er et 5 septembre 2014 ne sont-elles pas condamnées par l’UE ?
Pourquoi l’aide humanitaire russe est-elle critiquée, et l’aide militaire de l’OTAN approuvée ?
Pourquoi est-il « autorisé » d’assassiner nos héros en « période de trêve », alors que nos soldats au front ne sont pas autorisés à riposter contre l’ennemi ?
Et qu’avons-nous obtenu jusqu’à présent ?
Nous n’avons pas encore libéré Novorossiya pour éviter les sanctions – et nous avons … des sanctions.
Nous n’avons pas encore libéré Novorossiya pour éviter de donner une excuse à l’OTAN pour son expansion – et nous avons des bases de l’OTAN à Novorossiya, dans l’ex-Ukraine.
Nous n’avons pas encore libéré Novorossiya pour éviter une guerre économique contre les exportations de pétrole et de gaz – et nous n’avons … que cela.
Nous n’avons pas encore libéré Novorossiya pour éviter la guerre et le massacre – et nous avons eu la guerre et le meurtre ainsi que l’occupation de Novorossiya …
Si tout cela n’est pas un grand « maskirovka » (ruse de guerre) de notre côté, alors ça sent la trahison.
A propos de cette situation, l’optimiste dira : « il y a un grand plan intelligent derrière tout cela, attendez et vous verrez ».
Le pessimiste dira : « tout est perdu ».
Le réaliste dira : « la vérité est quelque part au milieu ».
Je dis juste ceci : Novorossiya et toutes les terres à l’est du Dniepr doivent être libérées de la junte nazie de Kiev – de préférence pacifiquement, mais par la force si nécessaire

 

Edit this page

Catégories

Archives