Tags

Related Posts

Share This

Le puissant ouragan Florence menace 500 km de côtes de l’est des États-Unis

Http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/09/12/01008-20180912ARTFIG00323-le-puissant-ouragan-florence-menace-500km-de-cotes-de-l-est-des-etats-unis.php?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov

INFOGRAPHIE – Plus de 1,7 million de personnes ont été évacuées avant l’arrivée attendue de pluies et de vents violents dans la nuit de jeudi à vendredi.

Mercredi était la dernière journée de préparation des populations sur plus de 500 kilomètres de côtes, dans l’est des États-Unis, où est attendu le puissant ouragan Florence. Ce dernier, d’abord classé en catégorie 4, sur l’échelle de Saffir-Simpson, a été rétrogradé en catégorie 3. Soit deux niveaux au-dessous du record de son prédécesseur de 2017, Irma, qui a notamment ravagé les îles de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, lui-même moins meurtrier que l’ouragan Maria, qui avait entraîné la mort de 3000 personnes à Porto Rico.

Ouragan Florence : un avion dans l’oeil du cyclone
Une vidéo prise de l’avion d’un chasseur d’ouragan montre l’appareil entrant dans l’ouragan Florence et arrivant dans l’œil du cyclone.

Ouragan Florence : un avion dans l’oeil du cyclone – Regarder sur Figaro Live

Florence devrait commencer à toucher les côtes américaines au plus tôt jeudi, vers 2 heures du matin (8 heures à Paris). De la capitale fédérale, Washington, à la Caroline du Sud, en passant par la Virginie, le Maryland et la Caroline du Nord, l’état d’urgence a été déclaré au début de la semaine. Mercredi, le gourverneur de l’État américain de Géorgie a également décrété l’état d’urgence. De longues files de véhicules sur les autoroutes américaines étaient organisées pour permettre aux particuliers de quitter les zones menacées. D’autres, au contraire, tentaient de barricader leurs maisons et stockaient des provisions, de l’eau et des produits de première nécessité, comme des piles pour alimenter leurs radios.

Les autorités américaines redoutent des glissements de terrains, des destructions de bâtiments, de routes et de ponts.

Les autorités américaines ont prévenu qu’il faudrait se préparer à des jours, voire des semaines, de coupure de l’électricité. Car même si la force des vents attendus devrait être légèrement réduite, par rapport aux 215 km/h mesurés hier, Florence est un «ouragan majeur», extrêmement dangereux, quand il touchera les côtes américaines, a indiqué le National Hurricane Center (NHC), le Centre national des ouragans. Il se déplace lentement, à une vitesse de 28 km/h.

Des conditions météorologiques dangereuses sont prévues surtout en Caroline du Nord et du Sud. Mais des vents violents, des pluies diluviennes et des inondations sont attendus pendant plusieurs jours sur une large partie de la zone concernée avec des inondations pronostiquées jusqu’en Virginie, plus au nord, où des crues sont redoutées. L’ouragan pourra provoquer par endroits, lorsqu’il entrera dans les terres, plus de 60 cm de pluies. Les autorités américaines redoutent des glissements de terrains, des destructions de bâtiments, de routes et de ponts. Ce sont ces dommages qui pourraient être les plus meurtriers. L’armée a été appelée, préventivement, à la rescousse pour aider les populations. Et des équipes de sociétés d’électricité ont été déployées pour réparer au plus vite les dommages éventuels. Un réacteur nucléaire a été préventivement mis à l’arrêt.

Ouragan Florence États-Unis: “Nous sommes prêts” assure Donald Trump
“Nous n’épargnons aucune dépense. Nous sommes totalement préparés, nous sommes prêts” a déclaré le président Trump auprès des membres de de l’Agence fédérale de gestion des situations d’urgence et de la Sécurité intérieure.

Ouragan Florence États-Unis: “Nous sommes prêts” assure Donald Trump – Regarder sur Figaro Live

«Nous ne regardons pas à la dépense. Nous sommes totalement préparés», a indiqué mardi Donald Trump, en signant les déclarations de l’état d’urgence en Caroline du Nord, en Caroline du Sud et en Virginie. L’administration américaine avait été très critiquée, l’an dernier, pour son impréparation à la crise humanitaire qui a dévasté Porto Rico, un territoire non incorporé des États-Unis, après l’ouragan Maria. Mercredi, lors du dernier point du NHC, l’ouragan Florence était attendu entre la Caroline du Nord et celle du Sud. Les conséquences matérielles risquent d’être désastreuses, notamment autour d’une région appelée «Outer Banks», une bande d’îlots de sable où de nombreuses maisons sont construites sur des pilotis. De plus, de grosses vagues étaient programmées en même temps que l’arrivée de Florence. Le dernier ouragan de catégorie 4 qui a frappé directement la Caroline du Nord, Hazel, remonte à 1954. Cette tempête avait provoqué la destruction de 15.000 habitations et la mort de 19 personnes, précise l’agence Reuters.

«Nous nous attendons à ce que les ouragans soient plus intenses au XXIe siècle avec le réchauffement climatique.»

David Lavers, du Centre européen de prévisions météorologiques à moyen terme

Pour l’instant, les scientifiques n’arrivent pas à dire si les ouragans sont de plus en plus nombreux, année après année. De son côté, Météo-France note qu’il y a environ 80 événements de cette nature par an. «Nous nous attendons à ce qu’ils soient plus intenses au XXIe siècle avec le réchauffement climatique», confirme David Lavers, du ECMWF (Centre européen de prévisions météorologiques à moyen terme). Car l’un des «moteurs» des ouragans, la température des eaux de surface, est renforcé avec la hausse du thermomètre. De plus, avec une température de l’air en augmentation, la quantité d’eau emmagasinée dans l’ouragan peut croître, ce qui provoque davantage de dégâts. Enfin, la hausse du niveau des mers permet à ces phénomènes météorologiques de s’enfoncer plus profondément à l’intérieur des terres.

Outre l’arrivée de Florence, jeudi après-midi, les îles de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Dominique pourraient être touchées par la tempête tropicale Isaac, moins puissante, dont les vents ont été mesurés au-dessous de 100 km/h. Enfin, l’ouragan Hélène, le troisième à s’être formé cette semaine dans l’Atlantique, semble pour le moment avoir perdu son caractère de dangerosité.