Le Parti Socialiste coule, aidons-le à se noyer ! | Riposte Laïque

Merci à Riposte Laique qui a publié  comme d’habitude des textes *pointus*

:    source www.ripostelaique.com

Philippe Boehler.

…………………………………………………

https://ripostelaique.com/le-parti-socialiste-coule-aidons-le-a-se-noyer.html

Share

Vendredi 12 octobre, le PS quitte son siège historique de Solférino et ne lutte plus que pour sa survie selon l’éditorial du Monde. Ce parti des pauvres, ces faux-culs de la gauche, ces traîtres à l’idéal humaniste. Des ordures patentées qui auront tout fait pour détruire la Nation.

Bon débarras donc.

Ce parti dit des pauvres, des indigents, dit socialiste, dit social, sociétal qui penche pour l’immigré bien plus que pour le SDF, qui oublie ses devoirs envers la classe ouvrière, qui préfère soutenir l’étranger que le Français de souche, le Français tout court, s’évapore peu à peu sous la marmite de la déception, de la réalité, de la prise de conscience !

Le vendredi 12 octobre marque une nouvelle étape sur ce chemin de croix, dit sans rire le journal le Monde, ce torchon gauchiste qui oublie que La Croix n’a jamais été la tasse de thé du parti socialiste. Il aura tout fait pour la scier, cette croix, durant sa trop longue existence, scier et détruire ce qu’elle représente en France, avec la complicité justement de ces journaux de la gauche !

Son déménagement à Ivry-sur-Seine, aux portes de Paris, serait une manière de retrouver ses racines populaires, veulent croire ses dirigeants. Pourquoi n’y ont-ils pas pensé avant !

Parce que les racines populaires, ils s’en moquent au fond ! Les racines populaires pour les gras-du-bide du parti socialiste n’ont toujours été que des prétextes. Ils ne sont pas partis dans les beaux quartiers pour rien, mais bien pour porter des mocassins, des talons hauts, éviter les fumées des usines, les trottoirs de la plèbe, les rencontres désagréables avec la sueur, les mains sales, la tristesse et la fatigue qui s’étalent sur les visages !

En 1981, j’ai voté pour Mitterrand, et à ce titre je suis responsable d’avoir permis à un ancien collabo décoré de la francisque de remplacer le général de Gaulle au nom du socialisme. D’avoir permis à ce falsificateur de l’Histoire d’être mon président, celui-là même qui avait organisé son faux attentat de l’Observatoire ! Quelle misère, n’est-ce pas ?  

À ma décharge, en 1981, j’ignorais tout de cet usurpateur, je ne voyais qu’un Giscard dont les ministres se faisaient descendre au coin des rues ou se noyaient dans une mare d’eau, (Fontanet, De Broglie, Moulin)

Bon débarras, et que le vent de l’Histoire emporte loin cette engeance qui nous fit tant de mal !

Qu’Ivry-sur-Seine soit la tombe d’un parti traître à la France dont les principaux rats de Solférino ont déjà quitté le navire, ou plutôt le rafiot !

Qu’il emporte avec lui les déchets qu’il a produits comme les Verts-écologistes, les tarés d’antifas, et s’il le peut et en même temps, qu’il enterre le parti communiste ! 

Gérard Brazon (Libre Expression)