LE fameux trou noir..

www.lematin.ch/14532555

Espace En direct à 15 heures: la première image d’un trou noir

Lors de conférences de presse simultanées autour du globe, les astronomes du projet Event Horizon vont dévoiler une incroyable découverte.

Une vision d'artiste représentant un trou noir supermassif. Ressemblera-t-il à celui dévoilé cet après-midi?

Une vision d’artiste représentant un trou noir supermassif. Ressemblera-t-il à celui dévoilé cet après-midi? Image: NASA/JPL-Caltech

Cet après-midi, suivez en direct avec nous l’une des six conférences de presse qui vont se tenir simultanément à 15 heures (heure suisse) dans le monde entier. Les astronomes du projet Event Horizon Telescope vont y présenter la toute première image d’un trou noir.

Mais comment est-ce possible puisque, par définition, un trou noir est un gigantesque objet céleste qui aspire tout ce qui passe à sa portée, même la lumière? Il agit ainsi en raison de son incroyable densité. Pour que la Terre devienne un trou noir, il faudrait la comprimer en une sphère de… 17,4 mm de diamètre. Le diamètre du soleil devrait être ramené, pour qu’il fonctionne comme un trou noir, à 5,84 km

Observation par contraste

Mais ces monstres célestes existent-ils vraiment? Aujourd’hui, tous les astronomes y croient et ont pu expliquer, petit à petit, leur fonctionnement et leurs caractéristiques. Sauf que personne n’en a encore vu un, et pour cause. Mais pour la science, rien n’est impossible. Donc si vous ne pouvez voir un objet parce qu’il absorbe la lumière, posez-le sur un fonds lumineux et observez le contraste. En effet, les photons tombant dans un trou noir entraînent un déficit de luminosité, créant l’ombre du trou noir. Il doit être possible de repérer cela, mais avec un télescope très puissant.

Si puissant qu’en fait il faudrait qu’il ait un diamètre de 10 000 kilomètres, soit grosso modo celui de la Terre. Les chercheurs l’ont créé, mais virtuellement. Ils ont réuni en un seul les capacités de huit télescopes de la planète, agissant comme s’ils étaient chacun un fragment d’un miroir géant. Ce projet a été appelé Event Horizon Telescope.

L’ultime frontière

Pourquoi ce nom d’«horizon des événements»? Pour un trou noir, il se réfère à la vitesse qui serait nécessaire pour échapper à son attraction. Plus on se rapproche du trou noir, plus elle est élevée. Lorsqu’elle dépasse la vitesse de la lumière, c’est l’horizon des événements, puisque rien ne peut voyager plus rapidement que cela, selon la théorie d’Albert Einstein. Ce nom fait donc référence à l’impossibilité d’assister à tout événement se déroulant à l’intérieur de cette frontière, l’horizon au-delà duquel on ne peut pas voir. D’ailleurs, lorsqu’un objet approche de cette limite, son image est rougie et déformée par la lumière qui est déformée par la gravité.

Objets oblongs

Les modèles initiaux voyaient les trous noirs comme des points fixes. Mais on s’est rendu compte qu’en fait, ils tournaient et seraient plutôt formés d’anneaux minces, ce qui devrait rendre leur aspect oblong, écrasé aux pôles et bombé à l’équateur. Les images présentées cet après-midi ressembleront-elles à cela?

Ce qui est sûr, c’est que même avec ce dispositif de téléscopes, un trou noir reste très difficile à voir. Il faut, vu nos moyens actuels, qu’il soit supermassif. Deux trous noirs ont été ciblés: Sagittarius A *, au centre de la Voie lactée, à 26 000 années lumière de nous, qui représente environ 4,3 millions de fois la masse de notre soleil et a un diamètre d’environ 12,7 millions de kilomètres, soit un dixième de la distance Terre-Soleil.

L’autre est M87, au cœur de la galaxie de la Vierge, représentant 6 milliards de fois la masse du soleil et d’un diamètre de 17 milliards de kilomètres. Mais comme il est situé tellement plus loin de nous, à 50 millions d’années lumière, sa taille apparente devrait être inférieure à celle du premier. Certains scientifiques estiment que ce ne sont pas une mais deux images de trous noirs qui seront présentées cet après-midi, une de chacun de ces monstres.

En direct de Bruxelles

Six conférences de presse auront donc lieu simultanément à 15 heures, à Bruxelles, Santiago, Shanghai, Tokyo, Taïwan et Washington. Rendez-vous sur le site du «Matin» pour suivre en direct avec nous celle de Bruxelles. (Le Matin)

Créé: 10.04.2019, 09h56

Votre avis

Avez-vous apprécié cet article?

OuiNon