Tags

Related Posts

Share This

LE BLOG DU Mesnil-Marie

2019-53. Du caractère sacré naturellement inhérent à la royauté.

« L’idée royale est en dernière analyse une idée religieuse. »
Gustave Thibon

Couronne

Voici quelques réflexions que le Maître-Chat Lully avait commencé à noter en vue d’une publication qu’il n’a pas eu le temps de mener à bien lui-même. Nul doute qu’il souhaitait approfondir encore un sujet qui retenait toute son attention et nourrissait ses méditations. J’ai choisi de vous les livrer telles qu’il les a laissées.

Lully défenseur de la couronne

Quelques réflexions félines  sur le caractère sacré naturellement inhérent à la royauté :

« Le Royaume des Cieux est comparable à un roi… »
Dans le Saint Evangile, Notre-Seigneur Jésus-Christ introduit à plusieurs reprises des paraboles par ces mots. D’ailleurs Il ne parle jamais que du « Royaume des Cieux », et non de la « république des Cieux » ou de la « démocratie des Cieux » !!!
L’un de nos chers amis prêtres faisait remarquer avec beaucoup de justesse que, contrairement à ce que pourraient imaginer quelques esprits ignorants de la réalité historique, au temps de Notre-Seigneur il n’y avait pas que des rois, et que ce n’est donc pas parce qu’il n’y aurait eu que cet unique mode d’organisation politique que notre divin Rédempteur, lorsqu’Il établit des paraboles mettant en scène une forme de gouvernement, parle exclusivement de « roi » et de « royaume ».
L’antiquité avait connu toutes les formes de gouvernement possibles et imaginables : des démocraties directes, des démocraties représentatives, diverses formes de républiques, des gouvernements oligarchiques, des aristocraties, des empires plus ou moins centralisés, des royautés monarchiques ou des royautés que l’on appelerait aujourd’hui « parlementaires », des monarchies héréditaires ou des monarchies électives, des dictatures ou des tyrannies… etc. Mais le seul et unique système de gouvernement qu’Il a trouvé parfaitement idoine à représenter l’autorité divine et la réalité spirituelle inaugurée par Son œuvre rédemptrice est la royauté héréditaire, de type paternel, absolue et de droit divin.

Couronne

– La notion de « Roi » est quasi naturelle et spontanée à l’homme pour exprimer l’excellence : une excellence exemplaire, une excellence qui attire les cœurs et qui génère l’amour, une excellence qui suscite l’enthousiasme, une excellence porteuse d’idéal, une excellence capable de fédérer les énergies, d’unir les volontés et de porter jusqu’au sublime tout ce qu’il y a de meilleur dans l’homme, une excellence porteuse de beauté et de gloire.

C’est bien pour cela que l’on dit de manière naturelle et spontanée que le lion est « le roi des animaux », que le Rhône est un « fleuve-roi », que le Mont Mézenc est « le roi des Boutières », qu’un repas fin et succulent est « royal »… etc. …etc.
Personne n’aurait l’idée de dire que le lion est le président de la république des animaux, que le Rhône est un fleuve-présidentiel, que le Mézenc est le président des Boutières, et je ne suis pas certain que ce serait un compliment que de dire à une maîtresse de maison qu’elle vous a servi un repas présidentiel… 

Et par ailleurs, les enfants, même élevés et formatés à « l’école de la république », ne cessent néanmoins pas de jouer spontanément avec des rois et des princesses.
Je n’en ai encore jamais vu qui, dans leurs jeux, lorsqu’ils veulent être un grand personnage auréolé de prestige, de courage et de vaillance, et investi d’une autorité incontestable, veuillent s’identifier à l’un ou l’autre des présidents de la république.
Quant aux petites filles, lorsqu’elles rêvent d’être belles et admirées, elles choisissent spontanément d’être des princesses. Je n’ai encore jamais entendu parler qu’elles aient pour ambition de ressembler à quelque Carla, Julie ou Brigitte !!!

Couronne

– Il existe un lien véritablement ontologique entre la royauté et le sacré.
La royauté est une institution humaine en laquelle se trouve quelque chose qui dépasse infiniment le caractère simplement naturel de toutes les autres institutions humaines.
L’idée du roi est inséparable d’une forme de transcendance : il en a été ainsi depuis la nuit des temps, chez tous les peuples, et bien avant le judaïsme et la révélation chrétienne définitive.
L’idée de royauté est naturellement inséparable d’une vision sacrale de l’univers et de la société. Un roi est le signe visible d’une conception de l’univers et de la société soumis l’un et l’autre à la divinité.
Un roi est toujours bien plus qu’un simple gouvernant, bien plus qu’un simple chef politique ou qu’un simple conducteur d’homme, parce que le roi occupe toujours une place de médiation entre une portion de l’humanité, confiée à sa garde, et la divinité.

Couronne

– L’homme est naturellement religieux, et lors même qu’il fait la part entre le domaine à strictement parler religieux et le domaine de la vie ordinaire avec ses contingences triviales et matérielles, son univers n’est cependant jamais totalement profane : tout, dans l’univers et dans sa vie, lui parle de l’ordre voulu par Dieu ; tout, dans l’univers et dans sa vie, lui est occasion d’élever son coeur et son esprit vers Dieu…
Et celui qui est le chef de la société civile est naturellement le garant de l’ordre divin et des lois données par Dieu à Sa création.
Voilà pourquoi le roi est un intermédiaire entre Dieu et l’homme ; voilà pourquoi le pouvoir du roi est une délégation divine ; voilà pourquoi il y a un caractère quasi sacerdotal en tout roi.

Je parle de ce qui est normal, dans l’ordre naturel.
La Révélation divine et l’épanouissement du christianisme vont apporter un caractère surnaturel à cette compréhension naturelle de l’ordre du monde, et vont élever la royauté à un degré de perfection inégalé, capable aussi d’élever la société tout entière à un degré de civilisation incomparable.

Couronne

– La perte de l’esprit chrétien, le rejet du christianisme, l’apostasie massive des sociétés autrefois chrétiennes – à partir de la pseudo réforme protestante puis de la grande révolution -, ont dénaturé la compréhension profonde de ce qu’est la royauté, ont dénaturé jusqu’à la compréhension du caractère sacré naturel de la royauté qui existait déjà avant la Révélation chrétienne, et se sont employés à mettre à bas toutes les royautés chrétiennes ou à les vider de leur sens lorsqu’elles ont survécu.

C’est ainsi qu’actuellement, malheureusement, toutes les royautés contemporaines, en Europe notamment, ont perdu leur dimension sacrée, même lorsqu’elles ont conservé certaines apparences traditionnelles : elles ne vivent plus du tout de la verticalité qui est inhérente au pouvoir royal…
Et d’ailleurs, il n’y a plus de pouvoir royal à proprement parler puisque ces fantômes de monarchie ont rejeté la transcendance, ou du moins l’ignorent, et se prosternent devant ces idoles modernes que sont « la souveraineté populaire », la « démocratie », la « représentation nationale », la « majorité » obtenue par tel ou tel parti, l’ « alternance électorale », le « parlementarisme »… et autres foutaises héritées du nominalisme, du protestantisme, du jansénisme, des pseudo « lumières » et de la révolution.
Toutes les royautés européennes qui subsistent aujourd’hui ne sont plus – hélas ! – que des royautés profanées.

Le Roi est mort. Vive le Roi !

Publié dans : Lectures & relectures, Vexilla Regis | le 22 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

2019-52. De la triple donation de la France.

– mardi 21 juin 1429 –

à Saint-Benoît sur Loire

Est-il besoin de présenter et de commenter longuement ce texte ?
Sa concision même et les paroles presque lapidaires de Sainte Jeanne d’Arc sont plus éloquentes que de longues démonstrations argumentées : la France est à Dieu, et Dieu la confie au Roi légitime en qualité de lieu-tenant.
C’est simple et limpide, et c’est tout le sens de nos engagements qui sont spirituels qui, en toute cohérence, ont nécessairement des conséquences temporelles.

Rencontre-Charles-et-Jeanne

Jeanne devant Charles VII
(enluminure du manuscrit de Martial d’Auvergne « Les Vigiles de Charles VII », vers 1484 – BNF)

Jehanne dit à Charles :

« Sire, me promettez-vous de me donner ce que je vous demanderai ? »

Le Roi hésite, puis consent.

« Sire, donnez-moi votre royaume ».

Le Roi, stupéfait, hésite de nouveau ; mais, tenu par sa promesse et subjugué par l’ascendant surnaturel de la jeune fille :

« Jehanne, je vous donne mon royaume ».

Cela ne suffit pas : la Pucelle exige qu’un acte notarié en soit solennellement dressé et signé par les quatre secrétaires du Roi ; après quoi, voyant celui-ci tout interdit et embarrassé de ce qu’il avait fait :

« Voici le plus pauvre chevalier de France : il n’a plus rien ».

Puis aussitôt après, s’adressant aux secrétaires :

« Écrivez : Jehanne donne le royaume à Jésus-Christ ».

Et bientôt après :

« Jésus rend le royaume à Charles ».

Père Jean Dupuy, o.p., Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1885, p. 652,
d’après le Breviarium historiale, texte rédigé au cours de l’été 1429.

Sacre de Charles VII - vitrail de l'église de Lunévillenéville - détail

Le sacre de Charles VII
(détail d’une verrière de l’église de Lunéville)

Publié dans : Memento, Nos amis les Saints, Vexilla Regis | le 20 juin, 2019 |2 Commentaires »

2019-51. D’un très touchant pèlerinage auprès des Saintes Hosties de Pézilla-la-Rivière.

Mercredi 19 juin 2019,
Fête de Sainte Julienne Falconiéri, vierge ;
Mémoire des Saints Gervais et Protais, martyrs ;
Vigile de la Fête du Très Saint Sacrement.

Pézilla la Rivière vue aérienne

Vue aérienne de Pézilla-la-Rivière
avec au centre l’église des Saintes Hosties

blason de Pézilla la Rivière

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans sa dernière chronique, au début du mois d’avril (cf. > ici), le Maître-Chat Lully vous parlait de mon déplacement en Roussillon à l’invitation du Cercle Légitimiste Hyacinthe Rigaud.
Après le temps des célébrations pascales, à partir du début mai, la maladie de mon très aimé félin puis son trépas ont considérablement perturbé les prévisions qu’il avait établies pour ses publications dans ce blogue : il avait en effet projeté de partager avec vous quelques unes des meilleures photographies que j’ai prises lors des visites et pèlerinages que j’ai accomplis aux alentours de Perpignan et de vous les commenter. Il m’incombe donc, avec du retard, de m’en acquitter maintenant.

* * * * * * *

La fête du Très Saint Sacrement (cf. > ici), me donne donc aujourd’hui l’occasion de vous parler de ma visite à l’église des Saintes Hosties de Pézilla-la-Rivière.
Dans les pages de ce blogue, Lully vous a déjà raconté de manière précise et détaillée l’histoire des Saintes Hosties et du petit sucrier qui fut miraculeusement doré par Notre-Seigneur Lui-même (voir > ici), je n’ai donc pas lieu d’y revenir.

Pour moi, connaissant de manière livresque depuis près de quarante ans l’existence de ce prodige, j’aspirais depuis fort longtemps à me rendre à Pézilla-la-Rivière pour vénérer les Saintes Hosties et le sucrier doré : je suis donc infiniment reconnaissant à nos amis du Cercle Hyacinthe Rigaud de m’y avoir conduit le mercredi 3 avril dernier et de m’y avoir permis de rencontrer Monsieur l’abbé Benoît de Roeck, actuel curé, qui m’a réservé un accueil des plus sympathiques, et auquel je tiens à adresser publiquement ici mes plus chaleureux remerciements.

Pézilla-la-Rivière - église intérieur

Intérieur de l’église des Saintes Hosties à Pézilla-la-Rivière

L’excellente surprise que j’ai eue en entrant dans l’église de Pézilla-la-Rivière a été de constater, au premier coup d’œil, que les Saintes Hosties, qui depuis des décennies étaient assez rarement visibles, conservées à part dans un tabernacle, depuis le 23 avril 2017, ont été replacées dans le ciborium du retable du maître-autel qui avait été édifié pour les recevoir, avec le sucrier miraculeusement doré.

Il faut remercier Son Excellence Monseigneur l’Evêque d’Elne et Perpignan d’avoir nommé expressément Monsieur l’abbé de Roeck à Pézilla-la-Rivière pour y relancer le culte des Saintes Hosties et en refaire un pôle de dévotion eucharistique.

Pézilla-la-Rivière 23 avril 2017

Cérémonie du 23 avril 2017, présidée par Son Excellence Monseigneur l’Evêque d’Elne et Perpignan,
au cours de laquelle les Saintes Hosties et le sucrier miraculeux ont été placés dans le trône d’exposition
du retable du maître-autel de l’église de Pézilla-la-Rivière 

Ce trône d’exposition, bien sécurisé et bien mis en valeur, attire automatiquement le regard dès que l’on entre dans l’église, et, de ce fait attire également l’élan de l’âme fidèle : cette mise en valeur favorise donc de manière évidente la contemplation des Saintes Hosties et du sucrier miraculeux, contribuant à susciter l’intériorisation, la prière, l’adoration…

Pézilla-la-Rivière maître-autel et exposition

Pézilla-la-Rivière ciborium

Cette très intelligente et dévote mise en valeur m’a donc permis de réaliser de nouveaux clichés très précis de l’ostensoir des Saintes Hosties et du sucrier miraculeux que je suis heureux de vous présenter ci-dessous en complément de celles qui avaient été publiées en 2014 avec l’article relatant le miracle (cf. > ici).

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

Saintes Hosties

Sucrier miraculeux

Angelorum esca nutrivisti populum tuum,
et Panem de cœlo praestitisti eis, alleluia !
Vous avez nourri votre peuple de la nourriture des anges,
et Vous lui avez donné le Pain du ciel, alléluia !

(2ème antienne de l’office du Très Saint-Sacrement)

frise avec lys naturel

2019-50. Simples questions au jour anniversaire de la victoire de Patay.

Mardi 18 juin 2019,
Fête de Saint Ephrem, confesseur et docteur de l’Eglise ;
590ème anniversaire de la victoire de Patay (18 juin 1429).

18 juin 1429 - bataille de Patay

La victoire de Patay (Lionel Royer – basilique du Bois-Chenu, à Domremy)

Imaginez un seul instant que, au lieu de prendre l’épée et d’entraîner les hommes d’armes à la bataille, Jeanne ait voulu susciter un grand défilé pacifiste « Je suis Charlie (VII) »
Imaginez un seul instant que, au lieu de flanquer de bonnes déculottées aux Godons et aux Bourguignons, elle ait organisé des « meetings » pour la paix, au nom de la fraternité universelle (obligatoire et laïque)…
Imaginez un seul instant que, au lieu de proclamer : « Les hommes d’armes combattront et Dieu donnera la victoire », elle ait lancé des débats télévisés sur une chaîne d’information continue avec les représentants du « Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples », de la « Ligue des droits de l’homme », du « Conseil pontifical justice et paix » et de « l’Ordre indépendant du B’nai B’rith »
Imaginez un seul instant qu’au lieu de renvoyer de l’armée les ribaudes et d’inciter les guerriers à la confession, elle ait établi des « marches des fiertés » festives et colorées pour que tous les types de sexualité puissent s’épanouir librement parmi les soldats…
Imaginez un seul instant qu’au lieu d’entendre dévotement la Sainte Messe les deux genoux en terre et d’y communier, elle ait préféré participer à des rencontres œcuméniques où chacun serait venu dire son sentiment avec la certitude que l’Esprit-Saint lui parle directement au cœur…
Imaginez un seul instant qu’au lieu de s’obstiner à vouloir conduire à Reims pour y être sacré un Roi qui doutait de sa propre légitimité, elle ait coordonné un référendum d’initiative populaire où chacun se serait exprimé sur la forme du gouvernement à donner à la France…
Imaginez un seul instant qu’au lieu de rappeler que le Roi légitime est lieu-tenant de Dieu en France, elle ait institué le suffrage universel  (à la proportionnelle) en affirmant que « le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation »
Imaginez qu’au lieu de s’acharner à « bouter l’Anglois hors de France », elle se soit érigée en prophétesse de l’accueil indifférencié de tous les hommes et de toutes les différences…

C’est en se posant de semblables questions, qui pourraient alors donner lieu à la rédaction d’époustoufflantes uchronies que nous pouvons mesurer à quel point Chesterton était un véritable prophète lorsqu’il écrivait en 1908 : « Le monde moderne n’est pas méchant ; sous certains aspects, le monde moderne est beaucoup trop bon. Il est plein de vertus désordonnées et décrépites. Quand un certain ordre religieux est ébranlé (comme le fut le christianisme à la Réforme), ce ne sont pas seulement les vices que l’ont met en liberté. Les vices, une fois lâchés, errent à l’aventure et ravagent le monde. Mais les vertus, elles aussi, brisent leur chaînes, et le vagabondage des vertus n’est pas moins forcené et les ruines qu’elles causent sont plus terribles. Le monde moderne est plein d’anciennes vertus chrétiennes devenues folles… » (Gilbert Keith Chesterton, « Orthodoxie »).

C’est en se posant de semblables questions que l’on réalise la décadence absolue de notre époque, tant sur le plan intellectuel que spirituel, la décadence de la pensée politique et de la pensée religieuse.

C’est en se posant de semblables questions que l’on perçoit de manière irréfragable que si Jeanne avait agi ainsi elle ne serait pas devenue sainte, la sainte que nous aimons, admirons et vénérons.

C’est en se posant de semblables questions que l’on réalise que s’il en eût été ainsi en 1429, nous ne serions sans doute aujourd’hui ni français ni catholiques, parce qu’il n’y aurait probablement plus depuis belle lurette ni France ni catholicisme !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

Blason de Sainte Jeanne d'Arc

2019-49. Réchauffement climatique et printemps de l’Eglise.

Vendredi dans l’octave de Pentecôte 14 juin 2019 ;
Anniversaire du massacre des capucins et des catholiques de Nîmes (cf. > ici).

Commandant

Je ne sais pas s’il en est de même chez vous, mais la météo de ce début juin est des plus… déconcertante. C’est là une litote !
Figurez-vous, par exemple que ce jeudi 13 juin au matin, à 7 h (heure officielle) le thermomètre affichait ici 2,5° et que l’on apercevait même des traces de gelée blanche sur le toit du poulailler !
Si, lorsqu’il y a du soleil (ce qui est loin d’être le cas de la majorité des jours), les températures sont agréables, dès que le vent se lève ou que les nuages dominent, il fait vraiment frais.
A l’intérieur de notre Mesnil-Marie, dans la grande pièce de vie, je dois maintenir un radiateur électrique pour assurer une température raisonnable qui ne descende point trop la nuit et, lorsque le soleil brille, il n’est point suffisant encore pour réchauffer assez nos gros murs de pierre…
Bref, on ne s’est jamais autant gelé au mois de juin que depuis qu’on nous rebat les oreilles de ce fameux « réchauffement climatique », brandi comme la menace suprême du péril de la planète !!!

Alors que j’en faisais réflexion à quelques personnes proches, une amie m’a expliqué que, dans les médias, ils appellent cela « le paradoxe du réchauffement climatique ».
Je ne suis pas climatologue et si j’ai commencé par vous entretenir de météorologie, c’est parce que cette expression – « paradoxe du réchauffement climatique » – m’a donné à réfléchir.
Je me suis demandé ce que le très sage et très sagace Maître-Chat Lully en aurait pensé et dit…

Mais, à la vérité, je ne me suis pas posé la question très longtemps : on ne vit pas près de douze ans et demi avec un Maître-Chat sans avoir été imprégné de son esprit.
C’est ainsi que m’est presque aussitôt venue à l’idée que ce « paradoxe » pouvait être aisément mis en correspondance avec une autre expression qui a fait florès après le concile vaticandeux, expression dont les chantres et thuriféraires dudit concile se sont largement gargarisés mais qui ne résiste plus guère désormais à la réalité factuelle de notre époque, à la réalité factuelle de la vie de l’Eglise, sinon chez quelques idéalistes dont on se demande s’ils ne sont pas atteints d’une cécité volontaire et obstinée.
Je veux parler de l’expression « printemps de l’Eglise ».

« On croyait qu’après le concile le soleil aurait brillé sur l’histoire de l’Église. Mais au lieu de soleil, nous avons eu les nuages, la tempête, les ténèbres, la recherche, l’incertitude… »
Ce n’est pas moi qui l’affirme, c’est le pape Montini qui en faisait le constat avec une certaine amertume dans une fameuse homélie du 29 juin 1972 où il avait aussi commencé par dire : « Devant la situation de l’Église d’aujourd’hui, nous avons le sentiment que par quelque fissure la fumée de Satan est entrée dans le peuple de Dieu. Nous voyons le doute, l’incertitude, la problématique, l’inquiétude, l’insatisfaction, l’affrontement… »

Etrange lucidité puisqu’elle ne semble toutefois pas l’avoir déterminé à s’opposer de manière efficace à cette invasion de « la fumées de Satan », laquelle ne s’est plus seulement subrepticement infiltrée par « quelque fissure », mais à laquelle « on » a largement ouvert portes et fenêtres !
Et pendant des années, malgré la désillusion du pontife qui se hasardait à cet accablant constat, on a continué à bazarder l’authentique spiritualité, à bazarder les dogmes, à bazarder la liturgie, à bazarder la morale, à bazarder la discipline ecclésiastique, à bazarder l’ascèse et les pratiques de la nécessaire pénitence, à bazarder le catéchisme, et à bazarder tout ce qui était par trop catholique.
De la même manière que, lorsque l’on porte un coup de ciseaux dans un pull-over et que l’on se met à tirer sur l’un des fils de laine que l’on vient de sectionner on parvient très facilement à tout détricoter, ainsi aussi a-t-on fait avec ce qui restait encore de Chrétienté : le coup de ciseaux avait été porté, on a tiré sur le fil rompu, et on a tout détricoté !

Et de la même façon qu’à ceux qui se gèlent, renfilent des pulls et allument leur chauffage au mois de juin, on continue à asséner péremptoirement qu’on est en plein « réchauffement climatique », ainsi aussi a-t-on entendu prêtres et évêques rabâcher à longueur d’homélies creuses et de rassemblements festifs redondant d’outrecuidante fatuité, que « notre Eglise n’a jamais été aussi belle », « jamais été aussi jeune », « jamais été aussi dynamique », et autres formules dont on se demande si elles tiennent de la méthode Coué ou d’une simple aliénation.

Devant leurs paroisses dévastées, leurs églises vides, leurs équipes liturgiques ou pastorales majoritairement composées de têtes chenues, leurs catés désertés, leurs séminaires fermés, leurs presbytères repris par les communes, et leurs couvents vendus ; devant leurs baptêmes de plus en plus rares, leurs mariages en chute libre, leurs confessions raréfiées, leurs vocations sacerdotales dont les chiffres continuent de décroître, leurs « fidèles » qui n’ont plus vraiment la foi dans des vérités qui, me semble-t-il, sont tout de même essentielles (la Sainte Trinité, la divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Sa Résurrection, la transubstantiation… etc. – ou bien, lorsqu’ils emploient encore ces mots, ils n’y mettent plus du tout le sens défini par la Sainte Eglise dans ses anciens conciles et catéchismes), il en est encore qui s’obstinent à vouloir parler de « printemps de l’Eglise ».
Le font-ils avec une réelle conviction, ou bien seulement de la manière dont les apparatchiks soviétiques désabusés du début des années 80 du précédent siècle continuaient à prêcher « le grand soir » ?
Dieu seul le sait, Lui qui seul peut voir clair au tréfonds des plus noires consciences !

Sans doute y en aura-t-il encore quelques uns pour nous affirmer magistralement que, comme le « réchauffement climatique », le « printemps de l’Eglise » est un « paradoxe ».
Va pour le paradoxe !
Le printemps paradoxal des diocèses de France ressemble majoritairement à une période de glaciation…

Sauf dans les lieux où l’on est resté fidèle à la Tradition, où l’on redécouvre la Tradition, où l’on approfondit la Tradition, où l’on se greffe à nouveau sur la Tradition, où l’on se dégrise des divagations conciliaires et postconciliaires, où l’on ferme les portes et fenêtres aux courants d’air porteurs de la fumée de Satan, où l’on colmate les fissures, et où, écoutant et mettant en application la mise en garde de Saint Paul, on cesse de vouloir se modeler sur ce monde-ci (cf. « Nolite conformari huic saeculo : ne vous conformez pas au monde présent » – Rom. XII, 2) pour vouloir à nouveau être pleinement et intégralement catholique.
Mais là, il n’y a alors plus de « paradoxe » et on voit sans ambiguïté apparaître les authentiques bourgeons et fleurs du printemps !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.    

nika

 

2019-48. Samedi 29 juin : fête médiévale à Saint-Martial.

IMG_6655 - Copie

Oyez ! Oyez, gentes dames et beaux seigneurs !

Nous vous mandons ici une nouvelle d’importance qui vous peut bien faire esbaudir : le samedi 29 juin, sur les berges de notre lac de Saint-Martial, une fête médiévale vous attend.

Fête médiévale recto

Cette manifestation d’exception, se déroulera à l’issue d’une semaine d’une grande richesse culturelle organisée par l’Ecole Saint-Martial, à laquelle participeront plusieurs autres écoles primaires voisines (Borée, Sainte-Eulalie et Saint-Martin de Valamas), au cours de laquelle interviendront des compagnies du spectacle vivant (« Petits bâtons production » et « Zazie 7″) et des membres de l’ « Escadron de By », fameux pour ses animations médiévales de qualité.

IMG_6701 - Copie

Cette semaine de découverte de la richesse du Moyen-Age est soutenue par la commune de Saint-Martial et la communauté de communes Montagne d’Ardèche dans le cadre de la convention territoriale d’éducation artistique et culturelle.

fête médiévale verso

Les bénéfices de cette fête sont destinés au soutien financier de notre Ecole Saint-Martial : excellente occasion donc de se distraire tout en accomplissant une bonne action !

IMG_6630 - Copie

Nota bene :
Les photos qui, en sus de l’affichette, illustrent cette publication, ont été prises le 29 juin 2017 à l’occasion d’une « petite après-midi récréative de fin d’année » (sic) organisée pour l’Ecole Saint-Martial par les parents d’élèves membres de l’Escadron de By.

Publié dans : Annonces & Nouvelles, Chronique de Lully | le 12 juin, 2019 |1 Commentaire »

2019-47. Université d’été légitimiste Saint-Louis.

Le Refuge Notre-Dame de Compassion ne peut qu’encourager tous ceux qui ont le désir d’une véritable formation politique solide et saine à participer à l’université d’été Saint-Louis, organisée par l’Union des Cercles Légitimistes de France (UCLF). 

Cette université d’été n’est pas réservée à une tranche d’âge spécifique : elle est ouverte à tous. 
Elle fournit des outils intellectuels et pratiques fondés sur l’ordre naturel et sur l’ordre chrétien surnaturel (qui ne s’opposent évidemment pas) pour approfondir sa connaissance de la Légitimité et former des militants « efficaces ».

Université d'été Saint-Louis 2019

Publié dans : Annonces & Nouvelles, Vexilla Regis | le 12 juin, 2019 |2 Commentaires »

2019-46. Compte-rendu du quatrième pèlerinage de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay.

Mardi de Pentecôte, 11 juin 2019.

Dix jours après le quatrième pèlerinage annuel de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay, qui s’est déroulé du 30 mai au 1er juin, j’en ai publié hier, lundi de Pentecôte 10 juin, un compte-rendu sur « L’Ami de la Religion et du Roi », qui est le blogue officiel de la Confrérie Royale dont j’ai le redoutable honneur d’avoir été désigné Prieur par le conseil des fondateurs le 21 novembre 2017 (cf. > ici). Il m’a semblé important de reproduire aussi ce texte dans les pages du blogue de Lully, puisque cette responsabilité et les engagements qui en découlent sont, bien évidemment, très présents dans la vie de notre Mesnil-Marie.       

La Croix et lys - le Puy 2019

La Croix et les Lys (salle de conférence – pèlerinage au Puy mai 2019)

Bien chers Membres et sympathisants de notre chère Confrérie Royale,

Il m’incombe de vous donner un compte-rendu de notre quatrième pèlerinage annuel dans la ville sainte du Puy, les 30-31 mai et 1er juin derniers.              

Avant toutes choses, nous devons rendre à Dieu de très vives et ferventes actions de grâces pour le bon déroulement de ce pèlerinage, pour la ferveur des pèlerins présents, pour les délicates attentions de la divine Providence dont nous avons été entourés, pour la bienveillance avec laquelle nous avons été reçus par les autorités ecclésiastiques, pour la force et la beauté des enseignements reçus à travers nos conférenciers, et pour les bénédictions spirituelles que chaque participant a reçues, et dont la joie spirituelle qui rayonnait sur le visage de chacun à l’issue de ces trois jours de grâce était un éloquent témoignage.
Merci à tous ceux qui ont contribué au bon déroulement de ce pèlerinage : les bénévoles qui ont aidé pour le secrétariat et les inscriptions, ceux qui ont été présents pour l’accueil et ceux qui ont offert leurs bras pour transporter du matériel, porter bannières et étendards, et – à la fin – contribuer aux rangements et au ménage ! 
Merci à nos prêtres pour leur présence rayonnante et pour les magnifiques cérémonies ; merci aux jeunes gens qui se sont montrés d’une édifiante application et compétence dans le service de l’autel ; merci au maître de chœur et aux chanteurs qui ont soutenu de leurs voix nos belles célébrations.
Merci à tous les bienfaiteurs dont la générosité à permis aux ecclésiastiques et à quelques pèlerins aux moyens plus limités à être pris en charge totalement ou partiellement.
Merci à Son Excellence Monseigneur Luc Crépy, évêque du Puy, à Monsieur le Recteur de l’insigne basilique-cathédrale, à Monsieur le Recteur de la Confrérie des Pénitents Blancs et à leur aumônier, pour leur accueil si sympathique.                                

Le Puy-en-Velay

La toujours impressionante silhouette de la ville haute du Puy avec l’ensemble cathédral
et la statue de Notre-Dame de France au sommet du rocher Corneille

La majorité des pèlerins (nous étions une « bonne cinquantaine ») est arrivée au Puy dans l’après-midi du jeudi de l’Ascension. 
Certains venaient de fort loin : Lorraine, Catalogne, Ile-de-France, Champagne, bas Languedoc, Provence… et d’autres de provinces plus proches : Bourbonnais, Auvergne, Vivarais, Dauphiné, Lyonnais… etc. Certains autres étaient du Velay même. 
Mais nous avons été particulièrement touchés par la présence d’un pèlerin de nationalité américaine venu spécialement de Riga (Lettonie) où il réside habituellement.

L’une des nouveautés de cette année résidait dans le lieu d’hébergement et d’accueil.
En effet, le « grand séminaire – accueil Saint-Georges » ne pouvait nous recevoir, et nous avons été très heureux d’être reçus dans les locaux neufs du Lycée Saint Jacques de Compostelle, sis au pied de l’ensemble cathédral : nous y avons disposé de prestations très satisfaisantes, tant pour ce qui concerne la restauration que pour ce qui concerne le couchage et la salle de conférence, particulièrement agréable.  

Après les installations, les pèlerins qui avaient voyagé une grande partie de ce jour et n’avaient pu assister à la Sainte Messe, ont pu participer à celle qui fut célébrée dans la très belle chapelle dite « des reliques », à la cathédrale.
Dans cette chapelle se trouve une statue de facture relativement récente qui restitue la célèbre Vierge Noire rapportée d’Egypte par Saint Louis, selon les descriptions et croquis détaillés qu’en avait fait, au XVIIIe siècle, Faujas de Saint-Fons qui avait pu l’examiner en détail sans ses robes d’apparat.                  

Messe de l'Ascension - chapelle des reliques

Messe vespérale de l’Ascension dans la « chapelle des reliques »
en la basilique-cathédrale Notre-Dame du Puy

Après le dîner, il revint au Prieur de la Confrérie Royale, de donner lecture d’un message du Président de l’Union des Cercles Légitimistes de France (UCLF) qui, ne pouvant être des nôtres cette année, nous assurait de sa communion d’esprit et de prière, et nous adressait ses encouragements chaleureux. 
Dans la causerie introductive que je fis ensuite, je pus présenter dans une vue d’ensemble l’historique du Vœu national au Sacré-Cœur et de l’édification de la basilique de Montmartre, puisque cette année 2019 marque le centenaire de sa dédicace, et puisque de ce fait le thème choisi pour notre pèlerinage allait nous permettre d’approfondir trois éléments fondamentaux, résumés par la mosaïque du sanctuaire de cette basilique et essentiels à l’esprit de notre Confrérie : la pénitence, le vœu, et l’action de grâces – « Gallia pœnitens, et devota, et grata ».

Cette conférence fut suivie du chant des Complies.     

Salle de Conférence

Salle de conférence du lycée qui nous hébergeait,
dans laquelle furent dispensés les enseignements de ce pèlerinage

La matinée du vendredi 31 mai fut un moment d’intense approfondissement spirituel au moyen des deux conférences développant les thèmes de la pénitence et du vœu. Conférences entrecoupées de temps d’échanges… et, pour nos choristes, de répétitions des parties propres des messes                        

Après le déjeuner, se placèrent les visites, à la fois culturelles et spirituelles : 
– un premier groupe put découvrir ou approfondir la connaissance de la cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation ;
– un second se rendit à l’église communément dite « du Collège » (parce qu’elle fut l’église du collège des Jésuites aux XVIIe et XVIIIe siècles), et devenue aujourd’hui sanctuaire de vénération de Saint Jean-François Régis dans la ville du Puy, car c’est ici que, entre ses tournées missionnaires dans les campagnes du Velay et du Vivarais, le saint jésuite célébrait habituellement sa messe, confessait et enseignait… etc. Cette église est la première de « style jésuite » construite en France et on y retrouve toutes les caractéristiques du premier baroque romain.
– D’autres pèlerins choisirent librement de visiter d’autres sanctuaires de la cité.                                      

A 15 h 30, nous nous retrouvions tous au pied des marches de la cathédrale dans laquelle nous eûmes la joie de célébrer la Messe solennelle de la fête de Marie Reine, au maître-autel de la Vierge Noire.

Messe solennelle au maître-autel - Cathédrale du Puy

Messe solennelle au maître-Autel de la basilique-cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation du Puy
aux pieds de la célèbre Vierge Noire

A l’offertoire de cette Sainte Messe, notre Confrérie a eu la joie de recevoir les engagements de douze nouveaux membres
Nous sommes particulièrement heureux du fait que, pour la première fois, deux époux ont fait – lors de la même cérémonie – leur vœu de consécration à la Couronne de France.

Elévation du Sacré Corps du Christ

L’élévation du Corps Sacré de Notre-Seigneur à la sainte messe solennelle de la fête de Marie Reine

En fin d’après-midi, avant le dîner, la troisième conférence de cette journée permit d’approfondir le sens et les motifs de la gratitude, de l’action de grâces que nous devons à Dieu notre Seigneur.

Cette action de grâces, nous avons un motif très articulier de la faire monter vers le Ciel à la suite de ce pèlerinage, en raison d’une grâce qui fut reçue ce 31 mai par l’une des pèlerines qui nous en a mis le témoignage par écrit ; je vous le livre ici, sans qu’il soit besoin de longues gloses, tel que je l’ai reçu :

« Bonsoir mon Frère,
Voici mon témoignage.
Depuis plus d’une année je souffrais du genou droit. Un menisque fissuré me gênait puis, au fur et à mesure du temps, toute l’articulation est devenue vraiment très douloureuse. J’avais des difficultés à marcher, et monter les escaliers était vraiment très difficile.
Vendredi après la messe solennelle de Marie Reine, je suis allée sur la pierre des fièvres demander à Notre-Dame de bien vouloir me soulager. Et, la Très Sainte Vierge m’a exaucée.
La douleur a maintenant disparu. Je ne ressens que la gêne du menisque fêlé et, 3h après ma demande, je ressentais un soulagement inimaginable. Plus de douleur persistante et de longs, très longs moments, sans avoir mal alors que la douleur était présente tout le temps et me réveillait la nuit. J’ai pu monter à Notre Dame de France presque sans y penser.
Deo Gratias à Notre Dame.
Je ferai dire une messe d’action de grâce.
Voilà ma Joie. Je vous dit à très bientôt. »

Pierre des fièvres - Cathédrale du Puy

La « pierre des fièvres » dans la cathédrale Notre-Dame du Puy

Dans la soirée de ce vendredi 31 mai, nous avons rejoint la procession aux flambeaux qui, partant de la cathédrale, est montée jusqu’aux pieds de Notre-Dame de France
Cette procession est organisée par le clergé de la cathédrale et la Confrérie des Pénitents Blancs, chaque année pour conclure le mois de Marie.

procession aux flambeaux du 31 mai

La procession sort de la cathédrale pour faire l’ascension du rocher Corneille
au sommet duquel est érigée la statue de Notre-Dame de France

procession aux flambeaux vers Notre-Dame de France

… un moment d’une grande ferveur…

Pénitents blancs du Puy

Quelques uns des Pénitents Blancs

Cette année, au cours de cette procession, Monseigneur l’Evêque du Puy a procédé à la bénédiction des croix rénovées du chemin de Croix qui a été érigé en 1944 tout le long de la montée : les croix d’origine étaient celles qui avaient été portées deux ans plus tôt, lors du grand pèlerinage de pénitence et d’espérance de la jeunesse de France, le 14 août 1942. 
Mais ces croix d’origine, jamais restaurées, étaient désormais très abîmées et la Confrérie des Pénitents Blancs du Puy s’est employée à les refaire à l’identique, à les remettre en place, ainsi qu’à restaurer la plaque commémorative.

Plaque commémorative du chemin de croix montant à Notre-Dame de France   

Bénédiction du chemin de croix restauré par Monseigneur Crépy

Bénédiction des Croix restaurées,
par Son Excellence Monseigneur l’Evêque du Puy

A l’issue de cette procession, nous avons assisté avec plaisir à la projection qui est faite sur la façade de la cathédrale et qui évoque l’histoire du pèlerinage et du sanctuaire, depuis la neige miraculeuse du 11 juillet de l’an 45 et l’intervention du cerf délimitant l’endroit qui devait être consacré au culte de la Sainte Mère de Dieu, jusqu’à nos jours, en passant par les diverses phases d’agrandissement du sanctuaire, du développement du pèlerinage, l’évocation des chemins de Saint Jacques de Compostelle, des fêtes médiévales, de l’art de la dentelle… etc.
Puis, nous tournant encore vers Notre-Dame de France, nous lui redîmes la consécration prescrite pour ce jour par le vénérable Pie XII, et lui adressâmes un dernier « Salve Regina » avant de nous retirer pour un repos bien mérité.

Statue de Notre-Dame de France

Le samedi matin 1er juin, Marie-Magdeleine, baptisée il y a 17 ans, alors qu’elle était née dans une famille mahométane pratiquante, et Marie, baptisée lors de la dernière nuit pascale, née dans une famille de culture musulmane mais passée elle-même par le communisme, ont donné le témoignage de leur découverte de Notre-Seigneur et de leur conversion à la vraie foi révélée : ce fut un moment particulièrement intense et générateur de beaucoup d’espérance surnaturelle.

Porte de la chapelle des pénitents blancs

Chapelle des Pénitents Blancs – détail de la porte d’entrée

Nous nous rendîmes ensuite à la chapelle des Pénitents Blancs, voisine de la cathédrale. 
Monsieur le Recteur de cette Confrérie, fondée en 1584, nous y attendait pour nous présenter brièvement sa Confrérie et cette chapelle, dont la beauté a enthousiasmé tous nos pèlerins…

Chapelle des pénitents blancs du Puy - intérieur

Chapelle des Pénitents Blancs – l’intérieur

Nous avons été particulièrement sensibles à son somptueux plafond à caissons, où les lys de France, le monogramme de Louis XIII et de nombreux angelots, entourent une représentation de l’Assomption de Notre-Dame.

chapelle des pénitents blancs - plafond

Chapelle des Pénitents Blancs – le splendide plafond à caissons

C’est dans cette chapelle que fut célébrée la dernière Sainte Messe de notre pèlerinage de cette année. C’était la messe de la fête (reportée en raison de la fête de l’Ascension) de Sainte Jeanne d’Arc, céleste protectrice de la France en second après Notre-Dame de l’Assomption.

Cette année 2019, ne l’oublions pas, est celle du 590ème anniversaire du commencement de la mission publique de la Pucelle, et donc, alors qu’elle-même se rendait à Chinon auprès du Roi, celle aussi du 590ème anniversaire de la venue au Puy de sa mère et de ses frères, envoyés par Jeanne au jubilé du Vendredi Saint 25 mars 1429.                            

Après le déjeuner, nous nous sommes rassemblés une dernière fois dans la salle de conférence pour quelques derniers avis, pour chanter un vibrant « Magnificat », et pour recevoir la bénédiction de nos prêtres.
Ce furent ensuite les au-revoir pleins d’émotion, nous donnant déjà rendez-vous pour le 5ème pèlerinage de prière pour la France et le Roi organisé par la Confrérie Royale au Puy-en-Velay, les 21, 22 et 23 mai 2020 (dates à réserver impérativement dans vos agendas dès à présent !).

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur,
Prieur.

chapelle des pénitents blancs - fin de la Messe

Chant final de la Messe du 1er juin 2019 dans la chapelle des Pénitents Blancs

lys.gif

Publié dans : Chronique de Lully, De liturgia, Vexilla Regis | le 11 juin, 2019 |1 Commentaire »

2019-45. Neuvième anniversaire de Monseigneur le Dauphin Louis et de son frère jumeau Monseigneur le duc de Berry.

Ce mardi 28 mai 2019, en fin de matinée, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX, a publié sur les réseaux sociaux un message à l’occasion du neuvième anniversaire de la naissance de ses fils, NN.SS. les Princes Louis et Alphonse de France, respectivement d’une part duc de Bourgogne et Dauphin de France, et d’autre part duc de Berry (cf. > ici).

« Chers Louis et Alphonse,
Vous voir grandir dans la santé et la joie est, depuis votre naissance, ma priorité.
Vous êtes des enfants responsables, appliqués, affectueux, généreux, bien élevés, c’est pourquoi je suis très fier de vous.
Bon anniversaire et continuez à être ainsi.
Votre père qui vous aime. »     

Baptême des Princes Louis et Alphonse de France

Sous le texte de ce message, le Prieur de la Confrérie Royale a envoyé ce commentaire :

« Les membres de la Confrérie Royale prient avec une ferveur particulière en ce jour pour Monseigneur le Dauphin Louis et pour Monseigneur le duc de Berry. 
Longue et heureuse vie à nos chers petits Princes ! »

Trois lys blancs