Tags

Related Posts

Share This

L’ Elysée baignait dans un système maffieux ( Le Sénat dixit). Affaire Ben alla

  • Affaire Benalla : Épilogue !

    Alors que le Sénat a rendu son rapport sur la commission d’enquête concernant Alexandre Benalla, un rapport qui démontre les défaillances multiples de la présidence, l’Élysée s’empresse de dénoncer des contre-vérités……

    Un minimum de décence de la part de l’exécutif serait le bienvenu.

    Comme le dit Yves Thréard, « les abus de pouvoir, les manipulations et mensonges multiples ne sont pas du côté du Sénat », mais bien du côté de Benalla, qui s’est cru tout permis, assuré de l’impunité et de la protection de son bienfaiteur, Emmanuel Macron, qui l’a couvert de privilèges en tentant jusqu’au bout de masquer la vérité au peuple français.


    La vérité est que l’Élysée semble baigner dans un système mafieux, où les lois de la République sont transgressées au bon vouloir du prince et où l’opacité est devenue la règle.


    Au point qu’on se demande combien d’autres Benalla sévissent dans l’entourage présidentiel !!


    Saluons le travail remarquable de la Haute Assemblée et du président de la commission sénatoriale, Philippe Bas, vieux renard qui connaît parfaitement les rouages du Palais.


    Il n’y a aucune instrumentalisation politique de la part du Sénat, qui a fait son travail de contrôle du fonctionnement des institutions, alors que la commission d’enquête de l’Assemblée nationale fut une mascarade, qui déshonore cette chambre, totalement aux ordres de l’Élysée.


    Cette commission bâclée fut un contre-modèle de démocratie, un véritable abus de pouvoir de l’Élysée qui a fait capoter l’enquête des députés.


    On ne sait toujours pas pourquoi un simple chargé de mission, soi-disant responsable de la logistique des déplacements présidentiels, a pu cumuler des passe-droits qu’aucun ministre n’a jamais eus.


    Appartement de fonction, voiture de fonction, permis de port d’arme, badge d’accès à l’Assemblée, grade de lieutenant-colonel de réserve dans la gendarmerie à 27 ans, téléphone crypté et passeports diplomatiques !


    Benalla est loin d’être le simple « porteur de valises » que l’entourage présidentiel nous a vendu.

    Auréolé de sa haute protection présidentielle, il s’est fait un nom à l’international, ayant des contacts avec des interlocuteurs africains, russes ou chinois, avec lesquels il était en affaires, alors qu’il était encore en fonctions à l’Élysée.


    Qu’en pense Macron, au lieu d’invoquer une « instrumentalisation politique » de la part du Sénat ?