«J’ai vu un manifestant, j’ai visé la tête, j’ai tiré, sans raison», confie une policière

 

LA FRANCE A MAL A SA TETE…

M.MACRON..PARTEZ AVANT QUE LE PAYS NE SOIT DETRUIT

Philippe Boehler

……….

《J’ai vu un manifestant, j’ai visé la tête, j’ai tiré, sans raison», confie une policière

https://fr.sputniknews.com/france/201905131041102402-jai-vu-un-manifestant-jai-vise-la-tete-jai-tire-sans-raison-confie-une-policiere/

«J’ai vu un manifestant, j’ai visé la tête, j’ai tiré, sans raison», confie

une policière

© AFP 2019 Zakaria Abdelkafi

France

URL courte
569152

D’après un témoignage rapporté au Monde, une policière mobilisée depuis le début du mouvement des Gilets jaunes a admis avoir tiré au LBD «sans raison» dans la tête d’un manifestant.

Tandis que l’exécutif nie l’existence même de brutalités policières lors des manifestations des Gilets jaunes, une policière sous couvert d’anonymat a reconnu qu’elle avait tiré au LBD «sans raison» apparente dans la tête d’un manifestant, relate Le Monde.

«J’ai mis la cartouche, j’ai vu un manifestant, j’ai visé la tête, j’ai tiré, sans raison», a-t-elle indiqué. La personne, touchée sans gravité, a alors pris la fuite. La policière, quant à elle, n’en revient toujours pas: «Je ne sais pas du tout pourquoi j’ai fait ça.»

Elle n’en était d’ailleurs pas à sa première cartouche de la journée. «J’avais déjà tiré plusieurs fois, des tirs justifiés, sur des personnes en train de commettre des infractions», a-t-elle raconté à l’un de ses amis.

L’incident n’a pas été filmé, la victime n’a pas été éborgnée et la fonctionnaire n’a eu connaissance d’aucune plainte à ce jour.

Quelque 13.460 balles de défense ont été tirées depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, affirmait l’Intérieur le 24 avril. Le collectif militant «Allo Place Beauvau» dénombre pour sa part 260 blessures à la tête, 23 personnes éborgnées et cinq mains arrachées au cours des manifestations.

La Haut-commissaire de l’Onu aux droits de l’Homme, Michelle Bachelet, avait exhorté le gouvernement français à mener une enquête complète sur tous les cas rapportés d’usage excessif de la force, tout en l’encourageant à poursuivre le dialogue.

———————————————————————-

Deux Gilets jaunes en fauteuil roulant gazés à bout portant par la

police (vidéo)

© AFP 2019 Sebastien SALOM-GOMIS

France

URL courte
16438

Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre des policiers gazer deux manifestants en fauteuil roulant et leur asséner des coups de pieds pour les faire reculer. L’auteur de cette vidéo, qui s’est confié à Sputnik, a indiqué que les deux hommes faisaient partie des «cortèges pacifistes».

Des policiers ont repoussé à coups de pied deux personnes en fauteuil roulant et portant des gilets jaunes avant de les gazer à bout portant. Une scène qui se trouve à 3 minutes 15 du live de Ludo Foggy Vidéos, filmé le 11 mai à Lille.

Contacté par Sputnik, l’auteur de ces séquences a raconté ce qui a provoqué une telle réaction de la police. Selon lui, les manifestants en fauteuil roulant faisaient partie des «cortèges pacifistes». Il a raconté qu’un palet de gaz était «arrivé sous les fauteuils roulants».

«Les personnes qui poussaient les fauteuils les ont repoussés du pied pour protéger les handicapés. Un policier a vu ça et a voulu arrêter une de ces personnes pour “jet de projectile” […] Ils ont ensuite plaqué au sol un des garçons de façon très violente», précise-t-il.

Gilets jaunes à Paris
© Sputnik . Жюльен Маттиа

D’après Lelly Gijabet, un manifestant en fauteuil roulant a été gazé alors qu’il voulait expliquer aux policiers ce qui c’était en réalité passé.

«Le jeune homme par terre criait qu’il n’avait rien lancé contre eux, ce qui est vrai puisqu’il n’a fait qu’écarter le danger pour son ami en fauteuil», ajoute-t-il.

D’après l’interlocuteur de Sputnik, un policier s’est ensuite retourné vers lui et un journaliste avant de les gazer car ils étaient en train de filmer la scène.

«Je précise qu’il n’y a eu aucune sommation et qu’on était sur le tracé déclaré de la manifestation», conclut-il.

Pitié-Salpêtrière
© AFP 2019 KENZO TRIBOUILLARD

Cette vidéo est apparue alors qu’Odile Maurin, présidente de l’association Handi-Social et Gilet jaune, doit comparaître le 16 mai prochain devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour des violences commises sur des policiers «avec usage et menace d’une arme». Elle est accusée d’avoir fait chuter un policier à l’aide de son fauteuil roulant lors de la manifestation des Gilets jaunes du 30 mars.

Selon France 3, Mme Maurin a reconnu cette chute, survenue quand les forces de l’ordre procédaient à une évacuation. Mais elle l’a expliquée par le fait qu’un CRS avait actionné le joystick de son fauteuil.

Les Gilets jaunes ont manifesté le 11 mai pour le 26e samedi de leur mobilisation. Le ministère de l’Intérieur a évalué à 18.600 le nombre de manifestants en France dont 1.200 à Paris. L’épicentre des manifestations s’est déplacé à Lyon et à Nantes où la police a recensé respectivement 3.000 et 2.200 manifestants. Le Nombre jaune donne quant à lui le chiffre de 37.529 manifestants.