Deutschland unter Messer, unter Druck, unter Merkel , unter Alles

 

Ce n’est pas l’extrême-droite qui se révolte à Chemnitz,

CE SONT DES ALLEMANDS DE TOUS BORDS.

LA COUPE EST PLEINE..

ISLAM ASSASSIN….ISLAM DEHORS

ISLAM MöRDER ,RAUS MIT ISLAM

 

Philippe Boehler.

 

 

 

 

Découvrez le Tweet de @DamienRieu : https://twitter.com/DamienRieu/status/1035922672834752514?s=

ALLES KLAR…..???

………………………………………………..

source:www.lesobservateurs.ch

Allemagne. Chemnitz : la marche blanche contre les assassinats au couteau bloquée par les extrémistes de gauche

Claude Haenggli

rédacteur/traducteur, Berne, Suisse

Chemnitz : la marche blanche contre les assassinats au couteau bloquée par les extrémistes de gauche

La manifestation silencieuse organisée par l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), rejointe par les patriotes contre l’islamisation de l’Europe (Pegida) et le mouvement Pro Chemnitz a été attaquée puis bloquée par des extrémistes de gauche que la police n’a pas pu ou voulu déloger. Les manifestants, qui avaient apporté des pancartes avec les photos des victimes des attentats au couteau désormais presque quotidiens en Allemagne, ont été sommés par la police de rentrer chez eux.

Ils l’ont fait sans incidents, après s’être recueillis à l’endroit de l’attentat commis par des immigrés. En revanche, les extrémistes de gauche ont pu continuer à sévir dans les rues jusque dans la soirée.

Ils avaient auparavant eu le mauvais goût d’organiser une fête en présence de représentants de la coalition gouvernementale CDU-socialiste de Madame Merkel.

https://www.journalistenwatch.com/2018/09/02/die-chemnitz-demo/

Traduction (Claude Haenggli) : L’État a montré à Chemnitz de quel côté sont ses sympathies et à qui appartient la rue. Aux racailles de gauche. Une manifestation pacifique, à laquelle ont participé plus de 10’000 personnes, qui avait été bloquée par de «courageux» activistes, a été par contre sommée de se disperser pour cause de dépassement de l’horaire prévu.

C’est l’Allemagne en l’année Merkel 2018.

Au revoir la démocratie. C’était le bon temps.

 

Claude Haenggli, 2.9.2018