Tags

Related Posts

Share This

Le Chant des Partisans… Frissons en vue !

Le chant des partisans  ( 1941-43)

… C’était un drôle de guerre, celles des boutons,  d’ avant 1939,  puis la guerre  entre 39  et45  …

Et maintenant , où en sommes -nous ?

Vous êtes-vous déjà posé cette question, chers amis et visiteurs ?

En ce qui me concerne, inutile  de me  faire un dessin…

La situation est catastrophique , le multi-culturalisme est mort-né  . Le déséquilibre de la natalité aura pour conséquences un changement brutal de population.

Les religions  sont aux abois face à une intruse, l’islam, disposant , elle,  de fonds importants venant des Pays des  sables….

Soyons réalistes …

…Sans mesures fermes, dures, immédiates , la France deviendra d’ici une dizaine d’années le 58 ème pays musulman du monde.

Ces mesures ? Quelles sont elles?

Réponse………..  svpl.   les vôtres d’abord, la mienne ensuite…

Bien soucieusement.

Philippe Boehler ( 88, 4 )

__________________________________________________________________________

Date de publication : Avril 2016

Contexte historique

L’image d’un chant

Réalisée en 1944 par René Lefebvre, le dessin Le chant de la Libération (le chant des Partisans) vient illustrer le célèbre chant du même nom. Il est donc postérieur à ce dernier dont la musique (signée Anna Marly) date de 1941, et les paroles (signées Joseph Kessel et Maurice Druon) de mai 1943. C’est surtout la date d’impression et de diffusion de cette image (été 1944) qu’il convient de bien préciser pour mieux saisir son contexte.

Un contexte où la Résistance sort de la confidentialité et de la clandestinité pour devenir une réelle coalition politique (des communistes aux gaullistes) qui bataille aux côtés des Alliés mais aussi par rapport à eux pour reconstruire un pouvoir autonome dans une France en voie de libération depuis le Débarquement. C’est bien dans cette perspective qu’il convient d’appréhender l’enjeu de la diffusion, de plus en plus massive, du chant à partir de cette période, ainsi que celle de l’image qui l’accompagne désormais.

Avant de devenir le véritable hymne de la Résistance française au fil du temps, le chant des Partisans n’est en effet d’abord connu que pour son air, choisi comme « indicatif musical » de l’émission Honneur et Patrie réalisée par la France Libre et diffusée sur la BBC depuis mai 1943. La mélodie est écoutée et interprétée clandestinement dans les milieux de la Résistance où, sifflée entre partisans elle devient même un signe de ralliement et de reconnaissance dans les réseaux et les maquis. Ce n’est en revanche qu’à partir de 1944, que les paroles et le dessin Le chant de la Libération (le chant des Partisans) se font véritablement connaître de plus en plus largement, cette fois au-delà des seuls cercles de résistants qui sont d’ailleurs toujours plus nombreux.

Le chant de la Libération (le chant des Partisans) est l’une des premières illustrations connues pour ce chant (il y en eut plusieurs). Dès le printemps 1944, elle figure sur la pochette de certains disques et plus généralement sur la pochette de la partition (c’est le cas pour l’exemplaire ici étudié). Elle est parfois également diffusée avec le texte seul (en feuillet ou livret), ou encore sous la forme de simples tracts ou affiches. Moins célèbre que le chant lui-même, le dessin qui l’accompagne devient cependant familier, ancrant dans les consciences et les représentations une certaine image de la Résistance, avant et après la fin de la Guerre.

Analyse des images

Une allégorie de la Liberté et de la Libération

C’est à René Lefebvre que l’on doit l’illustration Le chant de la Libération ici étudiée. L’illustrateur français, connu pour ses affiches de cinéma et de publicité travaille également régulièrement avec le monde du spectacle (cabarets, théâtres) et de la musique (illustrations de disques) dans les années 40 et 50 à Paris.
L’illustration a vraisemblablement , été éditée après la Libération de Paris d’août 1944. En effet, la présence du bandeau en bas de l’image suggère bien que les Éditions Raoul Breton (éditions musicales et générales) situées dans la capitale peuvent alors la publier et la diffuser librement, ce qui n’aurait pas été possible sous l’Occupation.

À l’encre rouge sur fond blanc, l’illustration assez stylisée représente un village français « typique » (le clocher surmonté du coq, quelques maisons et des arbres). Le village est entravé dans de lourdes chaînes (épaisseur du trait) tandis que de noirs (rouges ici) corbeaux flottent dans son ciel. La Statue de la Liberté se dresse au-dessus de lui en contre-plongée et semble animée d’une certaine force, capable déjà de briser quelques liens de la servitude (à droite).

En plus de la signature de l’auteur (centre de l’image), Le chant de la Libération comporte plusieurs parties de texte, qui figurent également en rouge (même couleur que le dessin). On rappelle d’abord les noms du compositeur et des paroliers (à droite). Une citation du journaliste écrivain Quentin Reynold datée de janvier 1944 (en bas à gauche) décrit aussi le destin, la nature et l’essence de ce chant : « C’est le chant de la liberté, les chant des partisans français, d’un peuple qui veut être libre, le chant des hommes qui ne veulent pas être esclaves. C’est : ” LA NOUVELLE MARSEILLAISE ” ».

Interprétation

La « nouvelle Marseillaise »

Le dessin constituant Le chant de la Libération comme le texte qui l’accompagne est naturellement didactique et pensé pour être directement compréhensible. Il s’agit de figurer l’oppression nazie et de lui opposer un mouvement de libération qui s’apparente à une nouvelle révolution (référence à la Marseillaise), c’est à dire à une renaissance de la France en tant que telle (dans son essence, comme République, comme pays des Lumières et patrie la Liberté). Une Liberté ici personnifiée dans la figure à la fois glorieuse au sens presque religieux et imposante de la célèbre Statue, qui évoque en tout cas le mouvement puissant (brisant les chaînes les plus lourdes) et l’avènement inéluctable d’une sorte de principe idéal et immortel (haut dans le ciel des idées morales).

Certains éléments font directement référence au texte de la chanson, et notamment au premier couplet qui s’ouvre sur les deux strophes : « Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines, Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ». Les corbeaux disent ainsi l’ombre et le mauvais augure nazie qui rôde, noir de menaces et d’humiliations. Les chaînes évoquent quant à elles « l’esclavage » et la privation de liberté. Le village symbolise enfin métonymiquement (et assez traditionnellement) la France dans son ensemble, écho aux « plaines » de la chanson ou encore aux « campagnes » de la Marseillaise.

Presque étonnante ici, la Statue de la Liberté que l’on associe habituellement plutôt à l’univers urbain de New-York et qui domine ce petit ensemble villageois. Outre ses indéniables qualités graphiques, elle semble avoir été choisie en tant qu’unique symbole immédiatement et universellement reconnaissable de la liberté. Enfin et peut-être surtout, elle constitue un signe évident de la reconnaissance du pays pour les soldats américains qui, en 1944-1945, combattent encore sur le sol français. On comprend aussi que les « origines » françaises de la Statue rappellent la solidarité historique entre deux peuples épris de liberté depuis leur Révolutions respectives (d’où la référence à la Marseillaise), indiquant en creux que les Français ont toujours été et sont encore aujourd’hui aussi les acteurs de leur propre émancipation, notamment à travers les Résistants dont le chant est l’hymne.

 

 

Bibliographie

AZEMA Jean-Pierre, Nouvelle histoire de la France contemporaine, T. 14. De Munich à la Libération, 1938-1944, Paris, Seuil, 2002.
AZEMA Jean-Pierre et WIEVIORKA Olivier, Vichy, 1940-1944, Paris, Perrin, 1997.
BROCHE François, CAÏTUCOLI Georges et MURACCIOLE Jean-François (dir.), Dictionnaire de la France Libre, Robert Laffont, coll. Bouquins, Paris, 2010.
MARCOT François [dir.], Dictionnaire historique de la Résistance. Résistance intérieure et France libre, Paris, Robert Laffont (coll. Bouquins), 2006.
MARLY Anna, Anna Marly, troubadour de la Résistance : Mémoires, éd. Tallandier, coll. « Historia », Paris, 2000.
MURACCIOLE Jean-François, Histoire de la France libre, PUF, coll. Que sais-je ?, Paris, 1996.

…………………………………………………………………………………………..

L’ Histoire par l’image , résumé

Signature des accords de Munich. Mussolini, Hitler, Daladier et Chamberlain.                              Dans la ligne Maginot

Les accords de Munich

Les ambitions militaires du IIIe ReichParallèlement à la mise en place d’un régime autoritaire en..

Signature des accords de Munich. Mussolini, Hitler, Daladier et Chamberlain.Dans la ligne Maginot.

                                                                                                                                                                  Dans la ligne Maginot

La fin de la « drôle de guerre ».

Le 3 septembre 1939, la Grande-Bretagne et la France...( jour de mes 10 ans!! Ph Boehler)

Le roi de Grande-Bretagne Georges VI visite les fortifications de la ligne Maginot.   

Le roi de Grande-Bretagne Georges VI visite les fortifications de la ligne Maginot.Détenu à Hinzert.

                                                                                                                                                                       Détenu à Hinzert, Jean Daligault, un artiste détenu ,

La ligne Maginot

L’alliance franco-britannique au début de la guerre.Le 3 septembre 1939, la France et la Grande-Bretagne…

La Résistance, des armes au dessin   Né à Caen en 1899, Jean Daligault entre dans les ordres en 1917 et est…

Henri de Bournazel.Laissez-nous tranquilles !

Henri de Bournazel.

Vichy et les « héros de l’histoire de France » : Bournazel

1943 et la série d’affiches célébrant les « Héros de l’Histoire de France » Placée sous la…

 

Laissez-nous tranquilles !

Vichy et ses ennemis

L’affiche de propagande.Très prisée pour la promotion de la Révolution Nationale, l’affiche de propagande…

En travaillant en Allemagne, tu seras l'Ambassadeur de la qualité française.Les déportés contraints au travail chez Siemens.

                                                                                                                                        Les déportés contraints au travail chez Siemens.

En travaillant en Allemagne, tu seras l’Ambassadeur de la qualité française.

La collaboration par le travail

Promouvoir le travail en Allemagne     Depuis 1940, et durant toute la guerre, de nombreux volontaires…

Le travail forcé dans les camps.                        Inscrit dans l’idéologie du national-socialisme, le travail forcé occupe…

………………………………………………………………………

Le général Eisenhower donnant les dernières directives avant le Débarquement.Un avion de combat Junkers Ju 87 A.

Le général Eisenhower donnant les dernières directives avant le Débarquement.

Le débarquement de Normandie – 6 juin 1944

Opération « Overlord »C’est au cours de l’année 1943 que les Anglais, les Américains et les…

 

Un avion de combat Junkers Ju 87 A.

Les Stukas, une arme nouvelle aux mains des nazis

L’essor de la Luftwaffe Dès l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir le 30 janvier 1933, le réarmement de l’Allemagne.

__________________________________________________________________

Le baiser de la libération.

Le baiser de la libération

 

Un G.I. photographe dans la campagne de libérationLe débarquement allié en Normandie marque le début de la…

La « Blitz Besuch (visite éclair)L’armistice franco-allemand est signé le 22 juin 194 0. La…

 

Rencontre entre Hitler, von Ribbentrop et Pétain.

Rencontre entre Hitler, von Ribbentrop et Pétain.

L’entrevue de Montoire

La rencontre du 24 octobre, le maréchal Pétain rencontre  Hitler  pour la première fois…

…………………………………………………………………………

Une sentinelle allemande devant le château de Chambord.Le drapeau nazi flotte sur l'Arc de Triomphe.

Une sentinelle allemande devant le château de Chambord.

L’Occupation en symbole

Le château de Chambord sous l’Occupation     

Le drapeau nazi flotte sur l’Arc de Triomphe.
« Paris outragée »

Le premier drapeau Le 14 juin 1940 au petit matin, les Allemands pénètrent dans Paris, déclarée ville…

Populations abandonnées, faites confiance au soldat allemand !

Populations abandonnées, faites confiance au soldat allemand !

La propagande allemande

La première affiche de la propagande allemande diffusée en FranceL’armistice du 22 juin 1940 rend…

Affiche de recrutement de l’armée de l’armistice - GÉNIE.

Affiche de recrutement de l’armée de l’armistice – GÉNIE.

L’armée de Vichy recrute

L’« armée nouvelle » de VichyAux termes de l’article 4 de la convention d’armistice signée avec…

Le directeur de la prison de Trèves.

Le directeur de la prison de Trèves.

La captivité de Jean Daligault : les bourreaux

De Trèves à Hinzert Prêtre, dessinateur, peintre et graveur, Jean Daligault s’engage dans la Résistance…

Des libérateurs ? La libération par l'armée du crime !

Des libérateurs ? La libération par l’armée du crime !
L’affiche rouge

Une opération de propagande d’envergureConstitué et organisé entre la fin de l’année 1942 et février 1943,…

Le défilé du 11 novembre 1944.

Le défilé du 11 novembre 1944 sur les Champs-Elysées

Des images libérées                    À partir de 1944, la reconquête du territoire national s’accompagne de la production et…

A tous les Français, la France a perdu une bataille ! Mais la France n'a pas perdu la guerre !

A tous les Français, la France a perdu une bataille ! Mais la France n’a pas perdu la guerre !

« A tous les Français » : l’affiche de Londres

De l’appel du 18 juin au premier bulletin officiel des F.F.L.Le 18 juin 1940, Charles de Gaulle prononce à…

_________________________________________________________________________

 

Le banc des accusés au procès de Nuremberg.

Le banc des accusés au procès de Nuremberg.

Le procès de Nuremberg

Le procès de NurembergIntenté par les forces alliées contre vingt-quatre hauts responsables nazis, le...

Dunkerque bombardée par l'aviation allemande lors de l'opération Dynamo.

Dunkerque bombardée par l’aviation allemande lors de l’opération Dynamo.

La bataille de Dunkerque

L’Opération DynamoDu 20 mai au 3 juin 1940 se déroule la bataille de Dunkerque, appelée également…

Personnel féminin de l'Armée de Terre.

Personnel féminin de l’Armée de Terre.

Les femmes dans l’armée de Libération

Les « Merlinettes »Dans le cadre de l’organisation des troupes françaises libres, le général…

American move up in Normandy.

American move up in Normandy.

Le 6 juin 1944 : le débarquement

Le Débarquement en imagesCréé en 1942 par les autorités américaines, l’U.S. Office of War Information a…

Exode de civils français sur une route de campagne.

Exode de civils français sur une route de campagne.

L’exode

Montrer la défaite et l’exode. Après la percée de Sedan du 13 mai 1940 et la victoire de l’armée…

Des résistants tirant avec un lMG Bren.303 britannique.

Des résistants tirant avec un lMG Bren.303 britannique.

La libération de Paris

La libération de Paris en imagesLa libération de Paris se déroule du 19 au 24 août 1944. Alors que…

Guarding the French beaches.

Guarding the French beaches.

Le « D Day »

Le débarquement du 6 juin 1944 en imagesLe débarquement des troupes alliées en Normandie débute le…

Joséphine Baker sur scène dans un cabaret à Paris pendant l’Occupation.

Joséphine Baker sur scène dans un cabaret à Paris pendant l’Occupation.

Les artistes sous l’Occupation : Joséphine Baker

Joséphine Baker à Paris en 1940Chanteuse, danseuse et meneuse de revue, Joséphine Baker (1906-1975)...

Affiche : Arno Breker.

Affiche : Arno Breker.

15 mai – 31 juillet 1942 : l’exposition « Arno Breker » à Paris

La vie culturelle sous l’OccupationLoin de cesser, la vie culturelle demeure relativement animée

 

 Pour citer cet article
Alexandre SUMPF, « Le chant des partisans », Histoire par l’image [en ligne], consulté le 07 Février 2018. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/chant-partisans
Commentaires

Le chant des partisans

Gepostet von Musique-culture-infos am Mittwoch, 3. August 2016