Quo vadis Amoris laetitia ?

source:http://www.libertepolitique.com/

 

Eglise Catholique-romaine:

La Tradition au secours de la crise? Qui a créé cette crise ? Réflexions…
Philippe Boehler

……………………………………………………….

“Amoris laetitia : face à la confusion, le cardinal Brandmüller appelle à rester fidèle à la tradition – et il n’est pas le seul

Article rédigé par Clémentine Jallais, le 11 janvier 2018

Amoris laetitia : face à la confusion, le cardinal Brandmüller appelle à rester fidèle à la tradition – et il n’est pas le seul

source[Réinformation TV]La Tradition au secours de la crise ? Comme un air de déjà entendu…

Le fossé se creuse entre ceux qui parlent, qui signent, qui réclament. Et cette tête de l’Église qui reste coite, apportant pour toute réponse, l’officialisation d’une lettre privée qui confirme un accès possible à la communion pour les divorcés/remariés, via le fameux chapitre VIII. Le pape François ne semble rien vouloir ajouter : deux ans après la conclusion du deuxième Synode sur la Famille, le flou demeure, entretenu et « consacré », oserait-on dire. Et pourtant, les prélats se succèdent pour souligner la « confusion » gravissime que génère Amoris laetitia (AL). L’un des quatre signataires des Dubia, le cardinal Brandmüller, vient de redire sa détermination à voir éclairer l’Exhortation synodale, deux archevêques italiens ont fait de même.

Pourtant ce sont eux qu’on accuse de semer la confusion en créant « de faux arguments »…

Amoris laetitia : « Face à la grave confusion dans l’Église concernant la question du mariage »…

« Confusion », c’est le mot qui revient, une fois encore, dans tous ces témoignages, ce brouillement pastoral qui permet le oui et le non, inscrit le « peut-être », « dans certains cas », dans une consécration malvenue et extrêmement dommageable.

Le cardinal Brandmüller, qui répondait aux questions du site allemand kath.net, le 30 décembre dernier, a de nouveau énuméré les Dubia, ces cinq questions voulant éclairer AL en la rapportant avec les fondements de la foi et de la morale catholiques. Des questions qui selon lui, « devraient être résolues » et sans ambiguïté.

L’archevêque Carlo Maria Viganò, ancien nonce apostolique aux États-Unis, et Son Excellence Luigi Negri, archevêque émérite de Ferrara-Comacchio, se sont joints à la cohorte de contestation de l’interprétation officielle du pape, en apportant leur signature à la déclaration des trois évêques du Kazakhstan, pour proclamer les « vérités immuables sur le mariage sacramentel », selon le site catholique italien Corrispondenza Romana.

« Il y a confusion. Ça existe, et c’est sérieux. Aucune personne raisonnable ne peut le nier », a déclaré Son Excellence Luigi Negri. Et de citer le Cardinal Caffarra, quelque temps avant sa mort, qui disait : « Une Église qui prête peu d’attention à la doctrine n’est pas une Église plus pastorale mais une Église plus ignorante ». L’archevêque Carlo Maria Viganò a parlé, lui, d’AL comme d’un « alien » à la foi catholique.

« Tout ce qui contredit ce catéchisme n’est pas la vérité catholique » (cardinal Brandmüller)

Tous trois en appellent à la tradition, à la clarté de la position traditionnelle. Dans une interview à l’agence catholique italienne La Nuova Bussola, l’archevêque Negri a appelé à travailler « pour que la splendeur de la tradition redevienne une expérience pour le peuple chrétien ». Et le cardinal Brandmüller a exhorté à « prendre ses repères dans la Tradition de l’Église » : « Tout ce qui contredit ce catéchisme [le Catéchisme de l’Église catholique], quelle que soit la source de la contradiction, n’est pas la vérité catholique. Quiconque croit au catéchisme et vit en conséquence est sur le bon chemin. »

Pourtant ce sont eux qu’on accuse de semer la confusion ! Dans l’édition anglaise du quotidien italien La Stampa, un article signé Stephen Walford, s’énervait, hier, de ces dissidents qui avancent de faux arguments : « La question n’a absolument rien à voir avec la dilution de la doctrine sur le mariage sacramentel » – il faut alors qu’on nous explique ! De la même façon, le 29 décembre, le Père abbé de Leffe, Benoît Carniaux, voit un dialogue nécessaire entre la morale sexuelle et la morale sociale…

« En croyant que tout est blanc ou noir, nous fermons parfois le chemin de la grâce et de la croissance (…) À cause des conditionnements ou des facteurs atténuants, il est possible que, dans une situation objective de péché – qui n’est pas subjectivement imputable ou qui ne l’est pas pleinement – l’on puisse vivre dans la grâce de Dieu, qu’on puisse aimer, et qu’on puisse également grandir dans la vie de la grâce et dans la charité, en recevant à cet effet l’aide de l’Église, y compris les sacrements. »

Le pape François l’a dit et officialisé : « Il n’y pas d’autre interprétation » du chapitre VIII d’Amoris Laetitia.

Amoris laetitia, Luther… la Tradition au secours

A noter le fait que le cardinal Brandmüller comme l’archevêque Negri, ont tous deux replacé cette question doctrinale dans le contexte plus grand de la crise qui sévit dans la société et qui contamine l’Église. « Une bataille se livre entre la mentalité du monde – ce que le pape François, dans les premiers mois de son pontificat, a appelé « la pensée unique dominante » – et l’idée chrétienne de la vie et de l’existence. Si l’Église ne s’engage pas pleinement dans cette confrontation, elle finira par se réduire à une position d’auto-marginalisation substantielle de la vie sociale » a déclaré ce dernier.

Le cardinal Brandmüller a évoqué « une rébellion perverse » contre l’ordre de la création et une usurpation flagrante du règne de Dieu, avec le phénomène transgenre, le « mariage » homosexuel… Mais il y a eu d’autres crises, à d’autres époques : « Le Seigneur était et est encore aujourd’hui dans la barque, même s’il semble dormir. »

Ils se sont également rejoints sur la célébration erronée de Luther par le Vatican, pour le 500e anniversaire de la Réforme protestante. Luther, ne voulait pas réformer l’Église, mais voulait « un bouleversement radical » : détruire le sacerdoce, le Magistère de l’Église, la papauté. Le Concile de Trente qui l’a rigoureusement contredit reste « valable pour toujours ». « Ce Luther dont on parle tellement n’existe pas » assène l’archevêque Negri.

Confusion partout… de plus en plus de voix, de haut rang, s’élèvent pour le crier. La Tradition au secours de la crise ? Comme un air de déjà entendu…

_________________________________________________________________

A propos des Papes ces échanges repris de mon mur Facebook

Philippe Böhler

6 h

 Allez, cher Pape François , enseignez toutes les nations et BAPTISEZ-LES au nom du PÈRE, du FILS, et de l’ESPRIT-SAINT…

C’EST UN message du Christ aux Apôtres…

Le pape François lance un appel aux Européens pour qu’ils intègrent les réfugiés avec leur identité religieuse. Le souverain pontife a tenu lundi un long discours aux…
citoyens-et-francais.fr

Bernard Migy Soyons sérieux cher Philippe ; cela devient du délire ! Au service de qui ? Suffit de lire les éloges au sujet duPape d’un Mélenchon pour esquisser une réponse…. Nous marchons sur la tête !

Philippe Béguin Ce Pape n’est plus de confiance, ni d’ailleurs respectable. Nous allons voir maintenant qui autour de lui va s’en éloigner ! Le mouvement a déjà débuté en Italie.

 

Louis Michel Il n’est pas pape, la renonciation de Benoît XVI n’étant pas valide (même selon le droit Canonique moderne) puisqu’elle contrevient à deux règles qui décident de tout:

– Une démission suivant des pressions extérieure n’est pas valide.
– Une démission dictée par une compréhension erronée de la nature de l’acte n’est pas valide.

Les “preuves” du premier scénario sont légions, à commencer par les aveux de “Mgr” Danneels et de sa “clique St Gallen”. Puis l’idée curieuse selon laquelle Josef Ratzinger croit (selon ses propres paroles) poursuivre “une part contemplative du ministère pétrinien” est pure fantaisie puisque la fonction pontificale est indivisible.

Par conséquent, et avant même toutes ses hérésies et ses sacandales, Bergoglio n’est pas pape.

Patrick de Bruyn-Relecom C’est peut-être l’Anti-Christi allié aux Illuminatis??

Louis Michel En fait, le regretté Père Malachi Martin qui, étant secrétaire du Cardinal Béa, a lu le VRAI 3e secret de Fatima en 1960, a passé sa vie à dire qu’il était tenu par serment de ne pas en révéler le contenu mais que, si quelqu’un lui demandait si tel ou tel élément en faisait partie, il confirmerait ou infirmerait. Lors d’une entrevuie téléphonique sur une émission de la radio américaine (Art Bell’s show) à la fin des années 90, un auditeur lui a dit qu’un prêtre qu’il avait rencontré lui avait affirmé que “le dernier pape serait sous LE CONTRÔLE DE SATAN”. Après un silence ponctué de soupirs, le Père Martin a répondu “il est évident que cette personne a vu ou a connu quelqu’un qui a vu le contenu du 3e secret”‘. Plus tard, le Père Martin a précisé qu’il s’agirait du dernier pape AVANT le Châtiment annoncé par Notre Dame. En fait, souvenez-vous que dans la vision publiée en 2000 par le Vatican comme étant le 3e secret (mais qui n’est qu’un vision complémentaire, notamment parce qu’il ne contient aucune parole de Notre Dame, parce qu’il ne débute pas par ce que soeur Lucie avait révélé en 1941 – i.e “au Portugal sera préservé le dogme de la Foi” – et qu’il ne répondait pas non plus au critère précisé par Lucie en 1957 alors qu’on lui demandait pourquoi il devait être révélé en 1960 “parce que cela sera plus clair alors”), la phrase suivante:

« Et nous vîmes dans une lumière immense qui est Dieu : « Quelque chose de semblable à la manière dont se voient les personnes dans un miroir quand elles passent devant » un Évêque vêtu de Blanc, « nous avons eu le pressentiment que c’était le Saint-Père ».

Observation 1:”…à la manière dont se voient les personnes dans un miroir quand elles passent devant » un Évêque vêtu de Blanc…”

Pour qu’il y ait un impression de reflet, il doit y avoir un sujet réel et une image reflétée… deux “saints Pères” au Vatican, en simultané, vêtu de la même façon, le “pape émérite” gardant les signes extérieurs de son titre et sa fonction, voire ses armoiries et son nom pontifical! L’autre est un “reflet”, qui a refusé les signes extérieurs, qui porte le pantalon noir et les souliers noirs, qui se fait simplement appeler “évêque de Rome” dès l’annonce de son “élection”… ça ne s’invente pas!

Observation 2:

« nous avons eu le pressentiment que c’était le Saint-Père »

Le mot IMPRESSION (dans certaines traductions) et “PRESSENTIMENT” (dans d’autres) est fort intéressant… C’est qu’il n’y a pas CERTITUDE. Alors, soit le reflet est Bergoglio et que ce dernier ne donne que l’impression d’être pape sans l’être. À l’inverse, soit Josef Ratzinger est pape et que malgré le fait de sa supposée résignation, les enfants perçoivent malgré tout qu’il est le Souverain Pontife.

Bref, rien en faveur de la légitimité de Bergoglio.

 

Répondre

1

3 hModifié

Gérer

Louis Michel P.S. Dans une lettre à un évêque, soeur Lucie a écrit “l’ultime bataille du diable doit se faire contre la famille”. Est-ce un hasard si Amoris laetitia et son relativisme, son ouverture officieuse au divorce et au remariage (puisque “François” a précisé que le Sacrement de Pénitence et la Sainte Communion était désormais possible pour les gens en pareille situation) coïncide avec l’époque de la théorie du genre, de la percée LGBTQ etc, de la procréation assistée, de l’avortement vu comme un acte d’héroïsme social? N’est-ce pas là l’heure de “l’ultime bataille du diable”? Avouons que les événements parlent d’eux-même, pour ceux qui savent du moins.

 
 

Eddie Mabillard non il faut les convertir au catholicisme, mon cher pape et c’est ton boulot de donner l’ordre aux évêques, pas besoin d’aller en mission dans les pays lointains puisqu’ils sont ici.

 

Claude Saez-Pin C’est un pervers ! Regardez comment il se suce le doigt

 

Ginette Major AVEC UN CONSEILLER EN POLITIQUE INTERNATIONALE, COMME PETER SUTHERLAND, MONDIALISTE ET GLOBALISTE… PLUS AUCUN COMMENTAIRE NE DOIT NOUS SURPRENDRE…

 

Grégory Delseth c est un fou !!!! il oublie l essentiel: ÉVANGÉLISER !!!!

 

Robert Quinodoz Sauf que l’islam n’est pas une religion. Le pape le sait et n’est pas stupide. C’est de la casuistique jésuite.

 

Christophe Thomas-Castelnau Il peut aller se faire voir chez les Grecs sinon les Sénégalais, je me convertis Orthodoxe !

 

Répondre

2

21 min