Tags

Related Posts

Share This

Du Blogue de Maître-Chat Lully. Lettre circulaire à tous les membres de la Confrérie Royale

2019-79. Lettre circulaire à tous les membres de la Confrérie Royale à l’occasion de la rentrée de septembre 2019.

Nous pensons utile de répercuter aussi dans les pages de ce blogue et de porter ainsi à la connaissance des amis du Refuge Notre-Dame de Compassion, même s’ils ne sont pas membres de la Confrérie Royale, la « lettre circulaire » qu’en qualité de Prieur de cette Confrérie j’ai publiée hier, dimanche 1er septembre, dans la soirée.

Blason de la Confrérie Royale

Confrérie Royale
Le Prieur

Lettre circulaire à tous les membres de la Confrérie Royale
à l’occasion de la rentrée de septembre 2019

                     Dimanche soir 1er septembre 2019,
Anniversaire de la sainte mort du Grand Roi (+ 1er septembre 1715)

Messieurs les Chanoines,
Mes Révérends Pères,
Messieurs les Abbés,
Chers Fidèles, membres de la Confrérie Royale,

« Il ne faut pas laisser les idéologies pernicieuses comme celles de 1789 remplacer les principes hérités du décalogue chrétien qui avaient fait la gloire de la monarchie et de la France » : ces paroles de notre Roi légitime, dans le message qu’il a publié le 17 août dernier (cf. ici), sont un vif et énergique encouragement à tous ceux qui aiment vraiment la France et sa monarchie traditionnelle, à combattre avec un zèle toujours plus ardent les mensonges révolutionnaires et leurs conséquences actuelles.

Les membres de la Confrérie Royale doivent avoir à cœur de penser, d’agir, de vivre – chaque jour et à chaque instant du jour – comme des combattants
Nos armes ne sont pas matérielles : nous ne sommes pas (du moins pas pour l’instant) appelés à brandir le glaive, la faux ou le fusil, pour nous engager dans un combat physique, mais nous sommes aujourd’hui mandatés en qualité de volontaires d’élite – puisque notre engagement dans la Confrérie a été une réponse libre, volontaire et généreuse à une sorte d’enrolement militaire – pour un combat incessant. 
Nous ne sommes pas des soldats de salon, faits pour parader en costumes éblouissants, avec force plumes chatoyantes, fourragères rutilantes et brandebourgs dorés : nous sommes des chouans spirituels, toujours en éveil, toujours sur le qui vive, toujours prêts à en découdre, jamais disposés à nous ménager, qui ne craignent pas de déchirer leurs hardes et leur peau aux ronces des taillis dans lesquels ils sont embusqués pour être toujours prêts à fondre sur l’ennemi !         

Il n’est pas inutile de rappeler les engagements qui ont été les nôtres lorsque, au cours de la Sainte Messe, et donc en union étroite avec le Saint-Sacrifice de Notre-Seigneur Jésus-Christ, nous sommes entrés dans la Confrérie Royale :                                                            

Engagements :                         

   Outre l’observance des Lois de Dieu, de l’Église et du Royaume, l’état de grâce et la tendance à la sainteté communs à tout fidèle catholique, les engagements particuliers que prend chaque confrère, et auxquels s’unissent les membres associés, sont les suivants :                      

                 

– Pour les membres pléniers « voués » uniquement :

   o le vœu d’offrir ses prières et la valeur de ses bonnes actions  »Pro Rege et Francia« , qui est une consécration à la Couronne de France et à son salut, comme « on entrerait en Légitimité« .

                               

– Pour les ecclésiastiques et religieux :

 o  l’utilisation pour la Cause de toutes les richesses liturgiques rappelées par l’Appel fondateur ; et pour les prêtres (voire tous, en leur for intérieur) : la mention du Roi au Canon et la postcommunion finale pour le Roi (voire juste après la Messe).                                             

– Pour tous :

   o la récitation du triple angélus quotidien (matin, midi et soir), auquel l’on ajoute l’oraison pour le Roi.

   o  la sanctification particulière du 25e jour de chaque mois, jour consacré de la Confrérie (redoubler de prières, travailler plus méticuleusement à sa sanctification, faire un petit pèlerinage ou une visite au Saint-Sacrement ou à un Saint, etc.).

   o  une réelle communion de prières et d’amitié spirituelle avec les autres membres, afin de réaliser le plus grand des Commandements, celui de la charité (« voyez comme ils s’aiment » disait-on des premiers Chrétiens), et le plus consolant des dogmes, celui de la communion des Saints.
   o  la prière pour l’élévation sur les autels de la Famille royale martyre de la Révolution, ainsi que toutes les vénérables figures du Royaume de France.
   le maintien et la restauration des fêtes et traditions françaises, la découverte de l’Ecole française de spiritualité, et toutes les bonnes oeuvres qui soutiennent la Cause, l’offrande de sacrifices, de chapelets et de Messes pro Rege et Francia, etc.                              

Ces engagements sont exigeants.
Quotidiennement exigeants

Ces engagements ne sont pas pour nous faire « briller en société », ils ne nous portent ni à pérorer avec les mondains, ni à faire des courbettes avec les courtisans dégoulinants d’affectation.
En revanche cette exigence est véritablement épanouissante, stimulante et libératrice, parce qu’elle nous oblige à vivre surnaturellement, dépouillés des superficialités, constamment orientés vers des choses graves et essentielles, en stricte conformité avec les desseins de Dieu, manifestés au travers de nos grands saints et souverains : Sainte Geneviève et Sainte Clotilde, Saint Remi et Saint Vaast, Clovis et Saint Charlemagne, Saint Louis et Sainte Jeanne d’Arc, Louis XIII et Louis XIV, Sainte Marguerite-Marie et Madame Elisabeth, les innombrables martyrs de la révolution, Henri V… et tant d’autres qu’il n’est pas possible de nommer tous.                                      

« Il ne faut pas laisser les idéologies pernicieuses comme celles de 1789 remplacer les principes hérités du décalogue chrétien qui avaient fait la gloire de la monarchie et de la France » : Non seulement nous ne devons en rien relâcher nos exigences, mais nous devons chaque jour intensifier notre effort de prière, et intensifier nos offensives spirituelles contre les idéologies pernicieuses dénoncées par notre Roi, intensifier nos ripostes priantes contre les assauts répétés de l’enfer déchaîné, inspirateur de la révolution.      

« Il ne faut pas laisser les idéologies pernicieuses comme celles de 1789 remplacer les principes hérités du décalogue chrétien qui avaient fait la gloire de la monarchie et de la France » : contre les attaques multiformes de l’idéologie révolutionnaire, j’invite instamment tous les membres de la Confrérie Royale à recourir à l’intercession et au soutien des Saints Anges, et en particulier de Saint Michel archange, en récitant chaque jour – et même plusieurs fois par jour – à l’intention du Royaume de France, la prière « Saint Michel archange, défendez-nous dans le combat… etc. »[« Sancte Michael archangele, defende nos in proelio… etc. »] composée par le pape Léon XIII pour être récitée à la fin de toutes les messes basses, ainsi que d’autres prières à Saint Michel destinées à contrer les manœuvres diaboliques qui se multiplient pour empêcher toute entreprise de restauration de la monarchie traditionnelle.
J’invite également tous les prêtres membres de la Confrérie Royale à utiliser fréquemment les exorcismes qu’il leur est licite de réciter, pour protéger notre Roi légitime et le Royaume des Lys.  

« Il ne faut pas laisser les idéologies pernicieuses comme celles de 1789 remplacer les principes hérités du décalogue chrétien qui avaient fait la gloire de la monarchie et de la France » : C’est aussi pour cela, à fin de développer, affermir et intensifier l’indispensable vie intérieure des membres de la Confrérie Royale et des Légitimistes, que nous avons résolu de proposer de plus nombreuses récollections et journées de formation spirituelle. 
Dès à présent, certaines propositions vous seront présentées ci-dessous. 
Mais en outre, moi-même, en qualité de Prieur, et les prêtres membres de la Confrérie Royale, en fonction de leurs disponibilités, sommes également disposés à répondre aux appels des Légitimistes pour nous déplacer dans le Royaume et animer ces récollections ou conférences spirituelles que vous pourriez avoir l’initiative d’organiser : vous pouvez donc entrer en contact avec nous pour cela.           

Ainsi, devant me rendre à Paris au cours de l’automne qui vient, je propose aux Légitimistes de la capitale et de ses environs, membres ou amis de la Confrérie Royale, de réserver les dimanches 6 octobre et 24 novembre pour, chacun de ces dimanches, une journée de récollection (les programmes en seront diffusés très prochainement).

« Il ne faut pas laisser les idéologies pernicieuses comme celles de 1789 remplacer les principes hérités du décalogue chrétien qui avaient fait la gloire de la monarchie et de la France » : la formation et le développement spirituels ne peuvent se passer de l’approfondissement de la doctrine légitimiste et de l’étude. 
Depuis ses origines, la Confrérie Royale entretient des liens étroits d’amitié et de collaboration avec l’Union des Cercles Légitimistes de France (UCLF). La Confrérie et l’UCLF sont deux mouvements indépendants, mais complémentaires. Il n’y a pas de confusion entre les deux, mais une étroite collaboration. Voilà pourquoi je veux, avec insistance, inviter les membres de la Confrérie Royale, s’ils n’en sont pas déjà membres, à rejoindre des cercles légitimistes d’étude et de travail.

Il en existe d’anciens, déjà bien rôdés, qu’il est aisé de rejoindre ; il en est de nouveaux qui viennent de se créer et qu’il faut renforcer ; et il y a des provinces où n’existent pas encore de cercles, mais où c’est peut-être à vous d’œuvrer pour qu’il en existe. Il n’est pas convenable que les membres de notre Confrérie aient des mentalités de « consommateurs » passifs : il est indispensable qu’ils soient des moteurs, des entraîneurs, des zélateurs !

Que Notre-Dame du Bon Conseil vous guide et vous obtienne tous les dons du Très-Haut qui feront de vous de véritables Apôtres qui gagneront des cœurs, des intelligences, des volontés enthousiastes, des âmes et des esprits à la Légitimité que nous sommes fiers de servir.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur,
Prieur.

Blason Frère Maximilien-Marie

Publié dans:Annonces & Nouvelles, Commentaires d’actualité & humeurs, Prier avec nous, Textes spirituels, Vexilla Regis |on 2 septembre, 2019 |3 Commentaires »

2019-78. « Il ne faut pas laisser les idéologies pernicieuses comme celles de 1789 remplacer les principes hérités du décalogue chrétien qui avaient fait la gloire de la monarchie et de la France.»

Message de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon,
de jure Sa Majesté le Roi Louis XX
à l’occasion du
220ème anniversaire de la répression sanglante de
l’insurrection catholique et royale d’août 1799
dans le Midi toulousain

On n’en finit pas de découvrir les abominables et innombrables méfaits de la grande révolution et d’approfondir à quel point elle constitue, sur l’ensemble du territoire du Royaume de France, un maillage sanglant de répressions, de destructions, de massacres et d’acharnement meurtrier systématique et planifié contre les populations restées profondément fidèles à leur foi et à leur Roi.

A l’été 1799, le Midi toulousain se souleva massivement contre le Directoire, contre la persécution religieuse (qui ne s’était pas arrêtée à la chute de Robespierre, loin s’en faut), contre le mépris de la véritable démocratie et des aspirations des Français lassés de dix années de désordres et d’exactions, de guerres et de décadence.

Ce soulèvement fut réprimé de manière impitoyable et se solda par des milliers de victimes, dont la république voulut effacer jusqu’au souvenir.

Un « Comité du Souvenir des Victimes de la révolution en Midi toulousain » s’est constitué à l’occasion du 220ème anniversaire de ces massacres et a organisé, le samedi 17 août dernier, un rassemblement au cours duquel fut célébrée une Sainte Messe (dans le rite latin traditionnel), après laquelle furent prononcées diverses allocutions et enfin lu un message de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX, qui avait honoré cette manifestation de son haut patronage.

Ce rassemblement s’est tenu à Montréjeau, petite ville du Comminges, où eut lieu un grand massacre le 19 août 1799. Selon les témoignages que nous avons reçus, une centaine de personnes se sont retrouvées sur place pour prier, maintenir le souvenir et envisager l’érection d’un monument commémoratif de ces événements.
Je renvoie tous ceux qui voudraient approfondir ces faits à l’annonce qui en avait été faite (cf. > ici), et je vous laisse maintenant prendre connaissance du message que notre Souverain légitime a adressé aux participants, mais également, au-delà de ceux qui étaient présents, à tous ses fidèles sujets.

clocher de Montréjeau - vue ancienne

Vue ancienne du clocher de Montréjeau
ville où eut lieu un important massacre contre les populations catholiques et royalistes le 19 août 1799
et où s’est tenue un rassemblement commémoratif le samedi 17 août 2019

Chers Amis,

En cette journée de commémoration des évènements douloureux de l’été 1799, je me joins à vous par la pensée et l’émotion.

Le massacre de Montréjeau fut le dernier et non des moindres, de la terrible décennie commencée avec les évènements de l’été 1789.   Ces derniers, animés par leur foi ardente et leur attachement au roi le protecteur naturel de leurs libertés, furent en effet nombreux dans toutes les provinces à résister au prix souvent de leur vie. La Vendée paya un terrible tribut, et le Midi toulousain n’est pas en reste.

Mais à l’horreur des massacres, les responsables ont ajouté le déni. Le forfait exécuté, il fallait l’oublier. Ainsi les morts n’eurent ni actes de décès ni sépultures. Il fallait supprimer les traces du crime afin qu’il soit oublié et que les familles et les enfants ne puissent pas se recueillir sur la tombe des martyrs.

Mais le sang ne s’efface pas. Deux siècles après, les descendants ont souhaité qu’enfin la lumière soit faite sur ces évènements. Comme cela commence en Vendée, les archéologues se mettent à étudier les charniers où furent déposées les victimes. La science vient au secours de l’histoire. Au secours de la Vérité.

Merci donc à tous ceux qui sont présents aujourd’hui. 
Merci aux organisateurs de l’évènement.
Merci aux membres du Comité du souvenir des victimes de la Révolution en Midi toulousain qui œuvrent pour qu’un monument commémoratif soit érigé. Il permettra de garder la trace de ce massacre afin de rendre un hommage aux victimes. Mais au-delà il permettra de se rappeler qu’il ne faut pas laisser les idéologies pernicieuses comme celles de 1789 remplacer les principes hérités du décalogue chrétien qui avaient fait la gloire de la monarchie et de la France. 

Que tous les saints de France veillent sur les morts de Montréjeau et continuent à inspirer les Français et les rendent fidèles à leur histoire millénaire.

Louis de Bourbon, duc d’Anjou.

Armes de France & Navarre