Macron et Ben…ah!!!lalalalala

A suivre …
Share

Je ne te quitte pas. Car je sais que tu as besoin de moi.

Cher Manu je t’adresse mes vœux un jour à l’avance. J’ai pris cette liberté car je suis convaincu qu’ils t’aideront à formuler les tiens.

J’aurais pu, évidemment, t’en faire part directement sur ton portable ultra-sécurisé dont tu m’as donné le code. Mais j’ai préféré les confier à Mediapart sachant que le site d’Edwy Plenel les ferait connaître au peuple de France.

Vois-tu cher Manu, j’ai beaucoup souffert quand tu as été contraint de m’éloigner de l’Élysée. Je ne t’en veux pas : je sais que tu y étais obligé. Mais tu as su, et je t’en remercie, panser mes blessures en m’appelant régulièrement depuis, tout en proclamant par nécessité que tu n’avais plus aucun contact avec moi.

Je t’appelle Manu puisque tu m’appelles Alexandre et que tu me dis « tu ». Je sais que nous vivons dans un monde cruel et dangereux. C’est pourquoi, afin de me protéger de la malveillance de ton entourage, j’ai tout enregistré sur mon portable.

Ne m’en veux pas Manu. Et écoute les mots qui viennent du cœur. J’ai été ému chaque fois que tu m’appelais pour me demander des conseils, surtout sur les Gilets jaunes.

Et j’ai adoré la phrase que tu prononçais à chaque fois: « Alexandre, tu le sens comment ce truc ? ».

Sache aussi que j’ai pleuré de joie quand, à ta demande, un émissaire de l’Élysée est venu me restituer mon passeport diplomatique.

Manu, je t’ai tout donné et je n’ai jamais rien réclamé en échange. Mais aujourd’hui, en cette nouvelle année, il faut que je te demande quelque chose. Dis à ce connard de Le Drian qu’il me lâche les baskets : il a osé déposer plainte contre moi.

Manu, il y a aussi autre chose. Je voudrais que tu mentionnes mon nom dans tes vœux aux Français. J’en ai assez de vivre dans l’ombre : j’aspire à ce que notre amitié éclate au grand jour. Je te rappelle que j’ai les enregistrements ! N’y vois aucune menace. C’est juste un conseil amical.

Ton Alexandre

Benoit Rayski