Tags

Related Posts

Share This

12 mars 1939 Election du Pape Pie XII article publié par www.herodote.net

12 mars 1939

Élection du pape Pie XII

Le 12 mars 1939, les cardinaux réunis en conclave au Vatican élisent Eugenio Pacelli (63 ans) à la succession du vieux pape Pie XI (81 ans), mort quelques semaines plus tôt, le 10 février.

Le nouveau pape est intronisé dix jours plus tard sous le nom de Pie XII.

SOURCE:   André Larané   www.herodote.net

Un moment crucial

Eugenio Pacelli était le cardinal le plus connu de la planète du fait de ses nombreux voyages en qualité de secrétaire d’État (ministre des Affaires étrangères) du Vatican. Il prend le nom de Pie XII. Son intronisation se déroule sous les acclamations de plusieurs centaines de milliers de fidèles.

La cérémonie, pleine de magnificence, est pour la première fois radiodiffusée dans le monde entier. Elle est à l’image du nouveau pontificat.

Avec l’élection de Pie XII, l’Église catholique semble atteindre le summum de son autorité morale et spirituelle.

Le catholicisme réunit à cette époque 500 millions de fidèles sur un total de 2 milliards d’hommes (le quart de la population mondiale). Mais au-delà des apparences, l’élection amorce le déclin de l’Église triomphaliste héritée de Pie IX.

De l’autre côté des Alpes, au même moment, un dictateur furibond (Hitler) dépèce ce qui reste de la Tchécoslovaquie et s’apprête à porter la guerre dans le monde entier…

Né pour la papauté

Eugenio Pacelli a vu le jour à Rome le 2 mars 1876, dans une famille d’avocats attachés au Saint-Siège, qui ruminent leur désolation depuis la prise de Rome par l’armée italienne et l’enfermement volontaire du pape au Vatican.

Au séminaire, pour des raisons de santé, Eugenio Pacelli échappe au lot commun et obtient de rentrer chaque soir au domicile parental. Notons que, devenu adulte, il entrera très tôt dans la diplomatie vaticane et n’aura pas davantage l’occasion de côtoyer le peuple, si l’on excepte les domestiques à son service. Il ne connaîtra jamais les hommes ordinaires qu’à travers les dossiers. Mais, polyglotte, il connaîtra jusqu’à six langues.

Dès l’âge de 25 ans, il est remarqué par un fonctionnaire de la secrétairerie d’État et va rapidement grimper tous les échelons de cette institution. C’est ainsi qu’il devient nonce (ambassadeur) en Bavière puis à Berlin en 1920 (en 1915, il est chargé de présenter à l’empereur Guillaume II les plans de paix de Benoît XV). Pour finir, il devient secrétaire d’État en 1930 et va le rester jusqu’à son élection à la papauté en 1939. Fin diplomate, charismatique et séducteur, élégant dans la pourpre cardinalice, Eugenio Pacelli sait recevoir ses interlocuteurs dans ses résidences de Munich comme de Berlin.

En 1919, comme Munich est livrée à une bande de révolutionnaires brutaux qui se réclament du communisme, le nonce est heurté dans sa chair par ces individus qui le menacent de leurs fusils. Il doit être hospitalisé pour dépression nerveuse. De cette expérience, il va conserver une méfiance viscérale à l’égard des communistes.

Dans les années 1920, il prépare d’arrache-pied un Concordat entre le Vatican et les Allemands qui donnerait au Saint-Siège la haute main sur les nominations d’évêques. Mais les négociations achoppent sur des broutilles. Rappelé en 1929, Eugenio Pacelli reçoit le chapeau de cardinal et succède au cardinal Gasparri comme Secrétaire d’État.

Finalement, le Concordat avec l’Allemagne sera signé le 20 juillet 1933 avec le gouvernement dirigé par Hitler, celui-ci s’étant habilement servi de son vice-chancelier, le conservateur Franz von Papen, pour endormir la méfiance du Vatican.

Cinq mois après son arrivée au pouvoir, Hitler gagne avec le Concordat la légitimité internationale qui lui faisait encore défaut. Dans le même temps, à Berlin, Monseigneur Ludwig Kaas, chef du parti catholique du Centre, le Zentrum, vote les pleins pouvoirs à Hitler puis saborde son parti. Plus tard, les détracteurs du futur pape soupçonneront celui-ci d’avoir poussé son ami Ludwig Kaas à voter les pleins pouvoirs en contrepartie du Concordat. Aucune preuve, toutefois, ne vient corroborer ces accusations, note l’historien John Cornwell (Le pape et Hitler , Albin Michel, 1999).

Dans les faits, le pape Pie XI et son secrétaire d’État, pas plus que leurs contemporains, auraient été bien en peine en 1933 de discerner la nature foncièrement criminelle du nazisme. Mais dans les mois et les années qui suivent l’accession de Hitler au pouvoir, ils prennent très vite conscience de la monstruosité du régime. Qui sait d’ailleurs si la lettre adressée par la philosophe Edith Stein au pape en avril 1933 n’a pas contribué à cette prise de conscience ?…

Dès février 1934, le pape dénonce la fierté raciale et la même année, à Pâques, dans une lettre écrite de sa main à la jeunesse catholique allemande, il s’en prend à « cette nouvelle conception de vie s’éloignant du Christ et ramenant au paganisme».

Sa dénonciation du nazisme culmine avec l’encyclique Mit brennender Sorge (Avec un souci brûlant). Ce texte, écrit avec le concours d’Eugenio Pacelli, dénonce avec virulence l’idéologie de la race. Publié en allemand le 14 février 1937, il est lu en chaire le 21 mars 1937 dans les église catholiques d’Allemagne.

Entre temps, le 19 mars, le pape Pie XI a publié une encyclique en latin (Divini Redemptoris) pour dénoncer parallèlement le communisme athée (on est à l’époque des grands procès de Moscou et les victimes de Staline se comptent déjà par millions). Mais il a aussi approuvé la conquête de l’Éthiopie par l’Italie fasciste, bourde que son Secrétaire d’État Eugenio Pacelli a eu le plus grand mal à rattraper.

« Protestez !»

En 1939, à la mort de Pie XI, Eugenio Pacelli est de tous les papabile le favori. Il est élu sans surprise au trône de Saint Pierre au terme du conclave le plus bref des trois derniers siècles ! Mais pour nous qui connaissons la suite de l’Histoire, il ne fait guère de doute que ce n’était pas l’homme de la situation.

Pie XII s’avère plus proche de ses contemporains Chamberlain et Daladier, partisans d’un accommodement avec Hitler, que de Churchill, partisan de la rupture. Deux mois après son accession au pontificat, il adresse au Führer une lettre on ne peut plus conciliante : « Nous désirons rester liés par une intime bienveillance au peuple allemand confié à vos soins».

Mais le 28 décembre 1939, pour sa première visite au Quirinal, le palais royal, il supplie Victor-Emmanuel III, roi d’Italie, de s’abstenir d’entrer en guerre aux côtés des Allemands. Il se fait éconduire et cet échec va dès lors le décourager de toute intervention trop voyante dans les affaires politiques.

À l’approche de la Seconde Guerre mondiale, il hésite à protester contre les persécutions que les nazis infligent aux institutions catholiques d’Allemagne dans la crainte d’occasionner de plus grands torts à ses fidèles. D’un autre côté, en 1940, il s’entremet imprudemment dans un complot secret contre Hitler, à la demande d’amis allemands antinazis.

Après l’invasion de la Yougoslavie par Hitler et la création d’un État croate fantoche, le Vatican tarde à prendre ses distances avec les Oustachis, bandes de criminels responsables d’innombrables atrocités contre les Juifs et les Serbes.

Quand arrivent les premières informations sur l’extermination programmée des Juifs en Europe centrale, le pape, pas davantage que quiconque, n’est disposé à y croire. Certains responsables le pressent néanmoins de parler. Parmi eux l’ambassadeur britannique auprès du Saint-Siège, lord Osborne.

L’appel vient enfin dans l’homélie de Noël 1942. Le pape évoque le sort des personnes persécutées en raison de leur naissance ou de leur race (mais par un excès de prudence diplomatique, il évite de nommer les Juifs et les nazis). Son message tient en quelques mots, après le voeu de ramener le monde à la loi divine : « L’humanité doit ce voeu aux centaines de milliers de personnes qui,sans aucune faute de leur part, parfois seulement en raison de leur nationalité ou de leur race, sont destinées à mourir ou à disparaître peu à peu». Le pape n’osera pas en dire plus. Sa réserve diplomatique suscitera plus tard des interrogations légitimes.

Mais est-il sûr que des appels pressants de sa part eussent brisé le mur d’incrédulité et de propagande de l’époque ? Ceux-ci n’eussent-ils pas entraîné au contraire un redoublement de répression des organisations catholiques, en première ligne dans l’aide aux Juifs et aux persécutés ? Le pape en est convaincu à la lumière du drame hollandais : en août 1942, les évêques de ce pays ayant publiquement dénoncé les persécutions, celles-ci redoublèrent aussitôt d’intensité et, en une nuit, les nazis raflèrent 40 000 Juifs, y compris dans les institutions catholiques (dont Edith Stein) !

Se taire ou parler au risque d’aggraver les choses ? Le dilemme devient pathétique le samedi 16 octobre 1943. Mussolini ayant été renversé, les Allemands occupent Rome. Un détachement de SS rafle le matin de ce jour les juifs romains. Trois mille trouvent refuge dans les couvents qui leur ouvrent les portes. Mais un millier sont embarqués par les SS et prennent la direction du camp d’extermination d’Auschwitz. Les convois passent devant la basilique Saint-Pierre.

Convoqué par le secrétaire d’État du Vatican, l’ambassadeur allemand Van Weizsäcker l’aurait encouragé à mots couverts à réagir. « Protestez !» lui aurait-il dit à plusieurs reprises, suggérant que lui-même saurait faire relâcher les Juifs en cas de protestation claire du pape. Mais ni le pape ni son secrétaire d’État, le cardinal Maglione, ne dénoncent publiquement la rafle…

Un pape adulé

Une fois le nazisme vaincu, Pie XII devient le pape de la lutte contre le communisme. Il pèse de tout son poids pour que la Démocratie chrétienne l’emporte aux élections de 1948 en Italie. En 1949, il excommunie les catholiques membres du parti communiste…

Notons que Pie XII a joui pendant son pontificat comme après sa mort (8 octobre 1958) d’une immense ferveur populaire. Chacun lui a été reconnaissant d’avoir porté le message de l’Église pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les représentants juifs n’étaient pas en reste. Le 29 novembre 1944, une délégation de 70 rescapés exprima à Pie XII, au nom de la United Jewish Appeal, sa reconnaissance pour les institutions catholiques qui ont accueilli, aidé et caché les juifs persécutés dans toute la mesure du possible. Le grand rabbin de Rome alla lui-même jusqu’à se convertir et prendre le prénom d’Eugenio.

L’aura du pape s’est accrue pendant les dernières années de son pontificat, jusqu’en 1958. L’israélienne Golda Meir déclara à sa mort, le 9 octobre de cette année-là : « Pendant la décennie de terreur nazie, quand notre peuple a subi un martyre terrible, la voix du pape s’est élevée pour condamner les persécuteurs et pour invoquer la pitié envers leurs victimes…. Nous pleurons un grand serviteur de la paix».

C’est en 1963 seulement que le doute sur l’action de Pie XII s’est insinué dans l’opinion publique avec la sortie en Allemagne de la pièce de théâtre Le Vicaire (Der Stellvertreter). L’auteur, Rolf Hochhuth, est un dramaturge allemand au parcours ambigu (membre des Jeunesses hitlériennes dans son enfance, plus tard défenseur du « négationniste» David Irving !). De la pièce, le cinéaste Costa-Gavras a tiré en 2002 le film Amen.. Une inscription du mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, illustre ce nouveau regard sur l’action du pape Pie XII.

Commentaire : trompeuse prophétie

Pie XII a témoigné d’indéniables qualités à l’origine de son immense popularité : une piété parfois ostentatoire dans sa manière de bénir à tout propos, une humilité sincère, une immense capacité de séduction, une vive sensibilité aux peines de ses interlocuteurs… Mais il avait aussi des faiblesses non moins indéniables. Enfant de la bourgeoisie, éloigné du peuple et mûri dans la haute diplomatie, il était porté à préférer les conversations entre gens bien élevés aux harangues populistes.

Le contexte antidémocratique de son époque a encouragé Pie XII à prendre sa place au sommet de la structure pyramidale du Saint-Siège, voulue par Pie IX et renforcée par ses successeurs. Il était tout le contraire d’un tribun et on l’imagine mal, comme son successeur Jean-Paul II, lançant un appel à l’insoumission.

Le pape Pie XII a été, d’une certaine manière, leurré par la fausse prophétie de Malachie qui désignait le 260e pape (lui-même) sous le surnom de Pastor angelicus (pasteur angélique). Il s’est appliqué à aligner son comportement sur cette appellation. Il a même fait réaliser au plus fort de la guerre un film de propagande tout simplement intitulé « Pastor angelicus».

Le pape aurait peut-être agi autrement face au nazisme si la prophétie l’avait désigné par exemple sous l’appellation de Lion féroce ainsi que le suggère l’ambassadeur anglais auprès du Saint-Siège ?… Mais rien ne permet d’affirmer que cela aurait modifié l’attitude vis-à-vis de la Shoah de ses contemporains.

Bibliographie

Sur l’itinéraire de Pie XII, son portrait psychologique et son attitude vis-à-vis du nazisme, on peut lire l’essai de John Cornwell : Le pape et Hitler, l’histoire secrète de Pie XII (Albin Michel, 1999).

On regrette le parti pris systématique de l’auteur, son ignorance du contexte (le rôle de la Curie – le gouvernement du Vatican -, et l’attitude des autres dirigeants de l’époque) et la sous-estimation du rôle de Pie XI, prédécesseur de Pie XII. On peut déplorer aussi quelques erreurs manifestes de l’auteur, lorsqu’il s’éloigne de son sujet, et des indications bibliographiques presque exclusivement anglo-saxonnes.

Sur un ton plus convenu, on peut lire : Pie XII et la Seconde Guerre Mondiale, de Pierre Blet, chez Perrin.

À retenir enfin un excellent document historique sur la diplomatie vaticane depuis Pie IX (milieu du XIXe siècle), par un témoin de premier choix qui fut conseiller des éditions de la Bibliothèque vaticane et des Archives secrètes : Histoire secrète de la diplomatie vaticane, d’Eric Lebec (320 pages, Albin Michel, 1997).


A propos de la Shoah
 *

1941-1945

Que savait-on de la « Shoah » ?

La Shoah, entreprise d’extermination systématique des Juifs d’Europe, a été menée par les nazis dans le plus grand secret de 1941 à 1945. Malgré cela, elle n’a pas échappé dès son commencement à la vigilance de quelques observateurs de bonne volonté ainsi qu’aux représentants de la Croix-Rouge.

– Le gouvernement britannique savait…

Informé par ses services de renseignements que les Allemands massacrent d’innombrables civils dans les zones soviétiques soumises à leur joug, Winston Churchill, Premier ministre du Royaume-Uni, lance un avertissement aux nazis dans son discours à la Nation du 24 août 1941 : « Depuis les invasions mongoles au XIIe siècle, on n’a jamais assisté en Europe à des pratiques d’assassinat méthodique et sans pitié à une pareille échelle. Nous sommes en présence d’un crime sans nom (…). Quand sonnera l’heure de la libération de l’Europe, l’heure sonnera aussi du châtiment ».

À ce moment-là, il est encore difficile pour les Britanniques de faire la différence entre le crime de guerre et le crime de « génocide » (le mot n’existe pas encore). En effet, les victimes, massacrées à la mitrailleuse dans des fosses communes, sont désignées par les Allemands comme des saboteurs juifs, des bolcheviks ou des partisans. Mais, après le discours du 24 août 1941, les renseignements adressés au gouvernement britannique laissent de moins en moins de doutes sur la volonté nazie d’exterminer la population juive.

– La presse anglo-saxonne savait…

Un an plus tard, dans son numéro du 25 juin1942 et les suivants, le Daily Telegraph de Londres publie une série d’articles incendiaires. Le premier révèle : « Plus de 700.000 Juifs polonais ont été exterminés par les Allemands dans le plus grand massacre de tous les temps ». Ces informations sont reprises par le New York Times et suscitent des manifestations de protestation à New York. Elles proviennent d’une dépêche reçue par Samuel Zygelbojm, membre du Conseil national polonais de Londres. Meurtri par l’indifférence de l’opinion publique, celui-ci se suicide le 12 mai 1943 (« Puisse ma mort être un cri contre l’indifférence avec laquelle le monde regarde la destruction du monde juif et ne fait rien pour l’arrêter »).

– Anne Frank savait !…

Anne Frank (13 ans), juive d’origine allemande, est cachée dans un appartement secret à Amsterdam, avec sa famille. Elle écrit dans son célèbre Journal à la date du vendredi 9 octobre 1942 : « Nous n’ignorons pas que ces pauvres gens [les juifs capturés par les nazis] seront massacrés. La radio anglaise parle de chambre à gaz. Peut-être est-ce encore le meilleur moyen de mourir rapidement. J’en suis malade… » Le vendredi 31 mars 1944, elle écrit encore : « La Hongrie est occupée par les Allemands ; il y a encore un million de juifs qui, sans doute, vont y passer, eux aussi. »

Beaucoup savaient mais ne pouvaient y croire

Des informations plus ou moins fiables ont donc circulé tout au long de la guerre. À la fin de la guerre, les rapports se font plus précis et plus nombreux. Avec un minimum d’attention, chacun pouvait en tirer une idée assez précise du drame qui se jouait en Europe centrale. Pourtant, personne ou presque n’en a rien voulu savoir. C’est que l’extermination paraissait proprement incroyable aux contemporains du fait de son caractère inédit et démesuré.

Le philosophe Raymond Aron, qui servit la France Libre à Londres, explique dans ses Mémoires son incrédulité et celle de ses contemporains : « Les chambres à gaz, l’assassinat industriel d’êtres humains, non, je l’avoue, je ne les ai pas imaginés et, parce que je ne pouvais pas les imaginer, je ne les ai pas sus ».

Dans un témoignage récent, un Français confie par ailleurs qu’ayant entendu à la radio, en 1945, que les Alliés avaient libéré d’horribles camps d’extermination, il a d’abord pensé à une banale affaire de propagande de guerre.

Qui est responsable ?

Il est très difficile a posteriori de départager les responsabilités des uns et des autres dans l’absence de réaction au génocide. Il semble d’abord que nul, y compris le pape, Churchill et le président américain Roosevelt, n’ait osé prendre la véritable mesure d’un drame comme l’humanité n’en avait encore jamais connu.

Pour Churchill et Roosevelt, chefs de guerre engagés dans une lutte inexpiable, il était impensable d’autre part de détourner des moyens militaires ou logistiques pour tenter de sauver des civils, avec des résultats qui n’étaient pas le moins du monde garantis. Que pouvaient-ils faire ? Arrêter les trains de la mort ? Ce n’était pas une mince affaire que de bombarder des voies ferrées au coeur de la Pologne occupée par les nazis… De leur point de vue, ce qui importait avant tout dans l’intérêt de l’humanité était d’en finir au plus vite avec le nazisme.

Le président américain était sensible aussi à son opinion publique et il connaissait sa versatilité. Devait-il prendre le risque de rompre le front uni contre le nazisme en hébergeant quantité d’immigrants juifs ? C’est seulement en janvier 1944 qu’il se laisse convaincre par son secrétaire au Trésor Henry Morgenthau de créer un Bureau des réfugiés de guerre (War Refugees Board ou WRB) pour contrecarrer « les plans nazis visant à l’extermination des Juifs ». Par ses interventions en Europe, cet organisme allait contribuer au sauvetage d’un demi-million de Juifs hongrois.

Les organisations sionistes qui préparaient l’avènement en Terre sainte d’un État juif étaient dans la même expectative que les chefs alliés. Leur leader, David Ben Gourion, s’était accommodé des mesures antisémites de l’Europe des années 1930 qui lui avaient permis d’accueillir en Palestine des flots d’immigrants. Confronté aux informations concordantes sur le génocide, il n’avait, pas plus que les autres, mesuré sa véritable dimension.

Le pape Pie XII, enfin, a tenté tardivement et timidement, à la Noël 1942, de dénoncer le génocide. Eût-il parlé plus fort que son message n’aurait sans doute pas eu plus d’effet sur les hommes de bonne volonté. Sans doute ne faut-il pas se faire d’illusions. Après la mi-1941, Hitler et les nazis étaient déjà trop engagés dans la course au précipice pour s’arrêter sur des injonctions publiques.

Une prise de conscience tardive

Plus surprenant que le déni collectif du génocide pendant la Seconde Guerre mondiale est son déni après !…

Immédiatement après 1945 paraissent de nombreux témoignages bouleversants sur les camps. Mais très vite, l’intérêt du public retombe. Primo Levi, rescapé d’Auschwitz, est affecté par l’échec de son livre ô combien poignant : Si c’est un homme (Se questo è un uomo, 1947).

Au sortir de la guerre, les Occidentaux ont encore du mal à percevoir les différences de nature entre le sort des déportés politiques, des résistants et des travailleurs forcés et celui des Juifs. Ils mettent dans le même lot les camps de déportation des premiers (Buchenwald, Dachau, Mauthausen), situés à l’Ouest et libérés par les Anglo-Saxons, et les camps d’extermination des derniers, avec chambres à gaz et fours crématoires (Auschwitz-Birkenau, Treblinka, Sobibor, Belzec…), généralement situés à l’Est, en Pologne, et libérés dans une relative discrétion par les Soviétiques.

Jusqu’à la fin des années 1950, la spécificité du génocide des juifs (et des tziganes) est passée sous silence et ignorée de bonne foi… 

On s’en rend compte dans l’émouvant documentaire filmé d’Alain Resnais Nuit et Brouillard (1955) comme aux procès du maréchal Pétain (1945) et de René Bousquet, principal responsable de la rafle du « Vél d’Hiv » (1949), où les questions juives furent passées sous silence (*) !

Dans son essai Réflexions sur la question juive, écrit en 1944 et publié en 1946, le philosophe Jean-Paul Sartre réalise même l’exploit de passer sous silence la Shoah ! Il s’attache seulement à démontrer que l’antisémitisme est le fruit maudit du capitalisme !

Nuit et Brouillard

Nuit et Brouillard (Alain Resnais, 1956) Quand le Comité d’histoire de la seconde guerre mondial passe commande à Alain Resnais (32 ans) d’un film sur la déportation, le cinéaste a déjà à son actif de nombreux courts-métrages percutants sur l’art, Guernica ou l’Art nègre (Les statues meurent aussi, 1953).

Le titre de son nouveau documentaire, fait référence au décret du 7 décembre 1941, signé par le maréchal Keitel, qui ordonne que tous les déportés et prisonniers qui représentent une menace pour le Reich soient éliminés sans bruit, dans la nuit et le brouillard. Ces personnes sont désignées sous le sigle NN (« Nacht und Nebel », Nuit et Brouillard en allemand).

Le film Nuit et Brouillard, d’une durée de 34 minutes, sort en 1955. Sa violence maîtrisée fait immédiatement sensation et lui vaut d’être présenté en marge du Festival de Cannes 1956.

Tout en dénonçant l’univers concentrationnaire, il omet cependant de faire la différence entre les camps de déportation, destinés aux opposants, comme il s’en trouve aussi en URSS et dans bien d’autres pays, et les camps d’extermination, destinés aux Juifs et Tziganes et caractéristiques du génocide… C’est que simplement, cette distinction n’est encore perçue que par quelques rares historiens. 

La spécificité du génocide va peu à peu apparaître au grand jour, sans que s’éveille pour autant l’intérêt du public.

Léon Poliakov publie en France en 1951 le Bréviaire de la haine (Le IIIe Reich et les juifs) où tout est dit du génocide. L’écrivain Robert Merle livre de son côté une biographie à peine romancée de Rudolf Hoess, le commandant d’Auschwitz : La mort est mon métier (1952).

Un rescapé des camps, Simon Wiesenthal, réunit dans l’indifférence générale une abondante documentation sur les criminels nazis survivants afin que justice soit rendue.

Mais l’État d’Israël relaye son action et enlève à Buenos Aires Adolf Eichmann. Avec le procès en 1961, à Tel Aviv, de cet acteur majeur de la Solution finale, l’opinion occidentale commence enfin à prendre conscience de la portée de celle-ci. Pourtant, rien n’est encore acquis :

– En 1963, la Shoah est instrumentalisée par un dramaturge autrichien, Rolf Hochhuth, dans sa pièce Le Vicaire, pour casser l’image du pape Pie XII et de l’Église catholique.

– La même année, le chanteur Jean Ferrat met en chanson le film Nuit et Brouillard d’Alain Resnais :

« Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent

Ils s’appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel
Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vichnou
D’autres ne priaient pas, mais qu’importe le ciel
Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux ».

Hymne intemporel à la liberté, à la résistance et à l’humanité souffrante ; superbe mais erroné ! Comme Alain Resnais, Jean Ferrat, fils d’un artisan juif déporté à Auschwitz, assimile les Juifs à des résistants (Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux). À l’image de ses contemporains des années 1960, il cultive le mythe d’un nazisme opposé d’égale façon à l’ensemble des hommes de bonne volonté (y compris les fidèles de Vichnou, dont on ne sache pas qu’ils aient été persécutés par les nazis !).

En définitive, c’est seulement dans les années 1970 que va apparaître la spécificité de la Shoah, en Europe et en Amérique. Cette prise de conscience prend corps au cinéma et à la télévision, notamment avec la série américaine Holocaust en 1978… Elle trouve son aboutissement dans le document-fleuve de Claude Lanzmann, Shoah (1985). Ainsi se construit notre représentation de l’Histoire.

Commentaire : et nous…

Méfions-nous de la tentation de refaire l’Histoire après coup et de juger nos aïeux.

Des drames plus récents devraient nous ramener à une grande humilité… Songeons à ce que diront nos enfants quand ils réexamineront notre attitude face aux horreurs du génocide rwandais (1994), de la guerre en Yougoslavie (1992-1996) ou encore face à la collusion entre les groupes pétroliers (TotalFinaElf…) et les régimes criminels d’Afrique (Soudan, Congo, Nigéria, Angola).

Rappelons-nous par exemple comment, en 1994, la France s’abrita derrière l’ONU pour ne rien faire quand des Hutus massacrèrent leurs compatriotes à la machette, sous les yeux des officiers français chargés d’assister le gouvernement du Rwanda… alors qu’en 1978, il n’avait fallu que quelques heures au président de la République française Valéry Giscard d’Estaing pour envoyer des paras à Kolwezi, au coeur de l’Afrique. Sans s’embarrasser d’arguties diplomatiques, ces hommes allaient sauver une poignée de Blancs menacés par la soldatesque locale.

%d blogueurs aiment cette page :