Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Politique, survol de l'actu, réflexions, propositions, 
vus sous la loupe d'un super senior.

VIGILANCE SUPER-SENIOR

Politique, survol de l'actu, réflexions, propositions, vus sous la loupe d'un super senior.

JUPPÉ ? Que nenni...Votons FILLON

com
JUPPÉ ? Que nenni...Votons FILLON

du site www.lecolonel.net  et

"http://www.athena-vostok.com/juppe-contre-fillon-quand-ya-du-flou-ya-un-loup-defense-et-diplomatie?trck=notif-11760140-1305969-112b/

Alain Juppé et François Fillon se sont donc qualifiés pour le second tour de la primaire de la droite et du centre. Il n’aura échappé à personne que le combat n’aura pas lieu sur leur conception de la défense de la France tant elles sont proches. les Français se prononceront autrement. Il existe cependant des nuances non négligeables sur leur projet de politique étrangère. Or les deux domaines défense et diplomatie sont étroitement liées.

Alain Juppé fut ministre de l’impopularité, souvenons-nous qu’en 1995, un mois après son entrée en fonction, il est rattrapé par l’affaire de son appartement et de celui de son fils Laurent.

(1) Sa cote d’avenir passe de 63 % en juin et juillet à 57 % en août, puis descend à 40 % en octobre et à 37 % en novembre. Le 6 juillet 1995 il déclare l’air pincé: « Je suis droit dans mes bottes et je crois en la France ».

Il est en désaccord avec son ministre de l’Économie et des Finances, Alain Madelin, qui propose d’aligner les retraites du public sur celles du privé en supprimant les régimes spéciaux de retraite déficitaires, Madelin démissionne le 26 août 1995 et il le sanctionne en ne le reconduisant pas dans son second gouvernement formé en novembre 1995.

Il en, profite pour virer huit des douze « juppettes », au profit de personnalités politiques masculines. Le personnage apparait moins consensuel qu’il n’y parait.

Il fut aussi ministre d’Etat, ministre de la Défense et des Anciens Combattants de novembre 2010 à février 2011 (numéro 2 du troisième gouvernement François Fillon). Son passage à la défense n’aura pas beaucoup marqué les militaires.

Les circonstances de son retour sont cependant intéressantes. Sa défaite aux législatives de juin 2007 l’avait forcé à quitter le poste de numéro deux du gouvernement, le ministère de l’Environnement. Mais la nécessité de «rassembler la famille» UMP lui permet de revenir au même rang, mais dans des fonctions régaliennes, comme ministre de la Défense.

Ministre par défaut, on retiendra sa froideur et son antipathie envers les militaires.

Sa dernière flèche récente sur le général de gendarmerie Bertrand Soubelet, sanctionné après la publication de son livre à succès Tout ce qu’il ne faut pas dire (Plon). « Un militaire, c’est comme un ministre, ça ferme sa gueule ou ça s’en va » montre qu’il n’a pas changé.

Il faut aussi se souvenir qu’il a cosigné notamment avec Michel Rocard en 2009, une tribune dans lequel il appelait à « un désarmement nucléaire mondial » Il promet aujourd’hui «d’assurer la pérennité de notre politique de dissuasion » mais avec ce codicille : « dans des conditions compatibles avec nos contraintes budgétaires ».

Bref droit dans ses bottes, mais dans des bottes un peu grandes pour ses petits pieds.

Print
Repost

Commenter cet article