Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VIGILANCE SUPER-SENIOR

VIGILANCE SUPER-SENIOR

Politique, survol de l'actu, réflexions, propositions, vus sous la loupe d'un super senior.

ISLAM ASSASSIN :Le réel objectif de Macron et Trudeau face au terrorisme: se soustraire à leurs responsabilités

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

 
Publié par Magali Marc le 10 octobre 2017

En Europe aujourd’hui, c’est ce qui n’est pas reconnu et ce qui n’a pas été commémoré qui révèle les problèmes auxquels nous sommes confrontés.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit cet article de *Douglas Murray, publié sur le site du Gatestone Institute, le 6 octobre dernier.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

De nombreuses campagnes publiques et d’appels de la part des politiciens visent à faire prendre «conscience» de choses qui sont, en vérité, des problèmes inexistants ou de second ordre.

Plus tôt cette année, par exemple, le président autrichien a lancé une initiative qui mérite l’attention. Faisant allusion à l’interdiction pour les femmes de porter des vêtements couvrant intégralement le visage dans les lieux publics, Alexander van der Bellen, l’ancien chef du Parti vert, a déclaré:

« Si cette islamophobie réelle et effrénée persiste, nous devrons un jour demander à toutes les femmes de porter le foulard par solidarité envers celles qui le font pour des raisons religieuses ».

..........................

"Note_ IL A PERDU LA TÊTE , CE PRESIDENT DEJA SOUMIS A L'ISLAM. TROUILLARD! .

  ( Philippe Boehler)

..............................

Ce jour n’est pas encore venu. Les femmes non musulmanes de toute l’Autriche n’ont pas encore été invitées à porter le voile en signe de solidarité avec les femmes musulmanes. Mais il est possible qu’on leur demande de le faire dans un proche avenir, chaque fois que le président autrichien ou une autre personnalité de haut-rang décidera que «l’islamophobie» est devenue encore plus «rampante» et que cela exige que toutes les femmes autrichiennes couvrent leur têtes.

En revanche, après des attaques réelles et meurtrières contre des femmes à travers l’Europe, les politiciens ne savent pas à quel saint se vouer.

  • Récemment à Marseille, deux jeunes femmes, âgées de 20 et 21 ans, passaient devant la gare de Saint-Charles.

Maurane et Laura étaient cousines, une était étudiante en médecine et l’autre infirmière stagiaire. Un homme les a toutes deux poignardées à mort en criant «Allahu Akbar» . Cet homme – qui a été abattu par la police – détenait un certain nombre d’identités, dont un passeport tunisien au nom d’un certain Ahmed Hanachi, né en 1987.

  • L’attentat de Marseille rappelle plusieurs attentats en Europe ces dernières années, notamment le meurtre en août de deux femmes et la mort de huit autres personnes dans la ville finlandaise de Turku.

Abderrahman Bouanane, un Marocain de 22 ans, avait menti à propos de son âge, de son identité et de ses demandes d’asile lorsqu’il était arrivé en Finlande un an plus tôt.

Après Turku, rien n’a changé. De la même manière, rien ne changera après Marseille.

Le même jour où les deux jeunes femmes ont été massacrées dans les rues de France, un islamiste a mené une attaque au Canada.

  • À Edmonton, un réfugié somalien de 30 ans a poignardé un agent de police et a fauché des piétons avec un fourgon. Un drapeau d’ISIS a par la suite été trouvé dans la voiture de l’agresseur.

En réponse à cette atrocité, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a publié une déclaration disant:

« Nous ne permettrons pas que l’extrémisme violent prenne racine dans nos communautés. Nous savons que la force du Canada vient de notre diversité, et nous ne serons pas intimidés par ceux qui cherchent à nous diviser ou à promouvoir la peur ».

Cette réponse était presque parfaitement dans l’esprit européen dans sa forme – et typique des conséquences de toute attaque islamiste en Europe occidentale ou en Amérique du Nord :

  • Elle n’évoquait aucune direction à prendre autre que d’aller « de l’avant » et ne donnait aucune preuve d’une réflexion plus poussée afin de mettre le problème des attaques terroristes en perspectives.
  • Elle évoquait simplement le fait que ce qui est arrivé est dû à quelque chose que nous ne changerons pas, par conséquent, nous devons simplement accepter de vivre avec ce problème.
  • « La diversité est notre force » est la phrase qui fait partie de cet hymne répétitif. L’autre est l’annonce répétée que nous ne céderons pas à la «haine».

L’absence de toute autre réponse est révélatrice.

En réponse à la menace fantôme de «l’islamophobie», les dirigeants politiques à travers le monde occidental semblent avoir un ensemble clair de priorités et de prescriptions. Tant et si bien qu’ils peuvent même suggérer à chaque femme du pays de changer de mode vestimentaire afin de faire preuve de solidarité face à une forme présumée d’intolérance.

Pourtant, dès qu’il s’agit de réagir à des meurtres et des coups de poignard réels sur des personnes, ils n’ont rien d’autre à dire à part « circulez, il n’y a rien à voir ».

Jusqu’à ce qu’un attentat se produise, les politiciens se fichent pas mal de la présence de tant de terroristes sur le sol européen

Il y a plusieurs raisons possibles à cela, mais la plus probable est que les politiciens savent que ce sont les politiques des gouvernements successifs, y compris les leurs, qui causent ces attentats.

  • Si des pays comme le Canada, la France et la Finlande avaient porté plus d’attention à leur sécurité nationale, de tels attentats ne se produiraient pas.
  • Si le premier ministre canadien n’avait pas décidé d’ouvrir aveuglément son pays au monde, il n’aurait pas à relever les défis actuels en matière d’immigration.
  • S’il avait décidé de dire « nous devrions protéger notre avenir» plutôt que «la diversité est notre force», la diversité canadienne n’aurait pas été poussée au point d’accueillir un extrémiste somalien.

De même, c’est parce que les dirigeants européens sont devenus tellement laxistes en ce qui a trait à leurs frontières et à leurs systèmes d’immigration, que c’est seulement après qu’un homme ait poignardé un certain nombre de femmes dans les rues européennes que quelqu’un a enfin pris la peine de découvrir qu’il détenait plusieurs identités et de s’interroger sur la véracité des raisons qu’il avait invoquées pour venir en Europe.

Jusqu’à ce qu’un attentat se produise, les politiciens se fichent pas mal du fait que tant de personnes errent sur le continent européens après avoir concocté des raisons erronées d’être là.

Afin d’éviter les répercussions politiques qui pourraient découler d’une évaluation honnête de la situation actuelle, les politiciens européens semblent conclure que la seule chose à faire est de continuer normalement, de prétendre que le terrorisme est, comme le temps qu’il fait, produit par des éléments naturels incontrôlables.

Ils continuent de prétendre que le principal problème est le fanatisme des Européens et non pas le fait que deux autres jeunes femmes ont été assassinées dans nos rues.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

* Douglas Murray est un auteur britannique, commentateur et analyste d’affaires publiques, basé à Londres, en Angleterre. Son dernier livre, un best-seller international, est « The Strange Death of Europe: Immigration, Identity, Islam.» (L’étrange mort de l’Europe: immigration, identité, Islam).

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article