Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Boehler

Cher www.letemps.ch ,   vous n'y allez pas par quatre chemins...

Promouvoir Pierre  Maudet , malgré ses qualités c'est vouloir nous imposer en Suisse un Macron du cru..

Vous oubliez que Macron, c'est le produit de la finance, de l'oligachie mondiale, de Bilderberg,*) ce groupe de faiseurs de Rois, chez qui  le candidat genevois Maudet est allé se faire adouber en 2015.

Maudet, c'est un bon magistrat pour Genève. Gardez-le. vous en avez besoin pour faire le *ménage*

Au Conseil Fédéral ? NON, car bien trop près de Bruxelles, des mondialistes, de la gauche.

Non, merci pour le cadeau empoisonné.

Philippe Boehler

PS: "

Petit rappel pour ceux  qui ne savent pas..

Non à un sosie  de Macron helvétique...

J'ai bonne mémoire...

Philippe Boehler

_____________________________________

"Publié le 08 juin 2015

Le magistrat genevois Pierre Maudet est l’invité du club select Bilderberg

 

Le PLR genevois y côtoiera notamment l’ancien Secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger et José M. Barroso. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]

Le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet se rendra dans quelques jours en Autriche, à Telfs-Buchen, où se tiendra cette année la session du groupe très select Bilderberg, a révélé la RTS lundi.

Ce club ultra select et international fondé en 1954 rassemble chaque année de façon informelle environ 130 personnalités, essentiellement américaines et européennes, issues du monde de la diplomatie, des affaires, de la politique et des médias.

Le PLR genevois y côtoiera notamment l’ancien Secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger, José M. Barroso, Alain Juppé ou encore le président de FIAT, John Elkann. Autres Suisses présents : l’ancien président de la BNS, Philipp Hildebrand et l’industriel André Kudelski.

Laetitia Guinand/tmun

Publié le 08 juin 2015

 

 

Source: www.letemps.ch

"Maudet… Macron? Même jeunesse – 39 ans –, même endurance, même efficacité. «Il possède un côté macronien de par son ascension, confirme Pascal Sciarini.

Mais la Suisse n’est pas dans l’état de déliquescence de la France, et les citoyens n’ont pas autant de défiance vis-à-vis des partis traditionnels qu’ils en ont dans l’Hexagone.»

Et puis Macron s’adressait à la population, alors que les candidats au Conseil fédéral s’adressent à l’Assemblée nationale. Sait-on bien ce que le pari de l’audace pèsera, dans la tête des 246 parlementaires, face aux critères de la représentativité, des équilibres et du consensus?

On ne devient Macron que sur la ligne d’arrivée. Parier qu’il y parviendra, c’est s’offrir le grand frisson de la rupture.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article