Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VIGILANCE SUPER-SENIOR

VIGILANCE SUPER-SENIOR

Politique, survol de l'actu, réflexions, propositions, vus sous la loupe d'un super senior.

La vérité sur ce qui se passe à St-Martin...

La vérité sur ce qui se passe à St-Martin

 
Les renforts à leur arrivée à St-Martin (photo RCI)
Les renforts à leur arrivée à St-Martin (photo RCI)
J'ai longtemps hésité. J'avoue que je ne savais pas par quel bout aborder le drame qui se joue actuellement à Saint-Martin.

Comme vous sans doute, j'ai été submergé de "témoignages" en provenance de l'ile. Mais je sais que Facebook, et les réseaux sociaux d'une façon générale, sont le support idéal pour la propagation de fausses rumeurs. Et il ne m'a pas échappé que la plupart de ces "témoignages" provenaient de personnes résidant en France affirmant avoir été informées par des amis sinistrés.

Tandis que les vidéos réalisées sur place, comme le prouvait le décor apocalyptique dans lequel elles avaient été tournées, faisaient certes état de désastres, de pillages, mais dans des conditions bien moins catastrophiques que ce que l'on entendait par ailleurs. En tous les cas, à aucun moment je n'ai entendu ces vrais sinistrés évoquer "plus de 1.000 morts" comme on a pu l'entendre par ailleurs, ou les massacres d'habitants chez eux à coups de machettes, ou encore les cadavres qui apparaissaient avec la marée.

D'un autre côté, une telle avalanche de témoignages ne pouvait laisser indifférent.

Dans le doute, j'avais préféré ne rien écrire. Jusqu'à ce que je tombe sur un article de Radio Caraïbes International (RCI). On ne peut mettre en doute le sérieux de cette radio, qui est n°1 aux Antilles. Et l'article intitulé "Saint-Martin : la vérité sur l’insécurité depuis le passage d’Irma " rétablit un certain nombre de vérités.

Plutôt que de le réécrire en le déformant, je me permets ici, exceptionnellement, de vous le retranscrire dans son intégralité. J'espère que mes confrères de RCI ne m'en voudront pas.

"Il est confirmé désormais sur la base de plusieurs témoignages, que c’est le plus grand chaos à St-Martin sur le plan sécuritaire. Aux pillages s’ajoutent bien à d’autres faits beaucoup plus graves, conséquence d’une prise de possession de la rue et des quartiers par des bandes organisées.

St-Martin aujourd’hui ? C’est Mad Max et Indépendance Day, le chaos le plus total. Tous les codes de la vie en société ont volé en éclat. L’autorité publique ayant été cruellement défaillante en ce qui concerne ses missions régaliennes de maintien de l’ordre, mais aussi de protection des biens et des personnes ; et la nature ayant horreur du vide, ce sont d’abord des pillards par dizaines qui ont pris possession de la rue. Ensuite, ils sont passés à la vitesse supérieure, avec cette fois des bandes organisées, bien connues sur le territoire de St-Martin, qui se sont attachées à défendre leur territoire et opportunément à en conquérir d’autres, le tout sur fond de règlement de compte liés au trafic de drogue et d’armes. Déjà débordés en temps normal, les gendarmes se trouvent aujourd’hui complètement démunis. L’un d’entre eux, sous couvert de l’anonymat nous a décris une situation bien plus grave que veulent le faire croire les autorités. "C’est un grand merdier. L’île est détruite effectivement à 95%, on pourrait même dire 100%. L’ensemble des commerces est pillé tous les jours. On regarde car nous sommes en sous effectif. Des renforts de gendarmes mobiles sont certes arrivés, mais c’est encore aux gendarmes de Marigot de sécuriser la grande surface Super U, de jour comme de nuit", indique ce militaire.

Parallèlement, de petites frappes armées de coutelas, de couteau, mais aussi beaucoup plus lourdement s’en prennent au tout venant, au gré de leur bas instincts criminels. Prendre ainsi le risque de sortir de chez soi, avec telle ou telle chose visible, c’est s’exposer à coup sur à des vols avec violence et/ou à main armée. Et comme les forces de l’ordre peinent à reprendre possession du terrain, tout cela se passe dans la plus grande impunité. Les auteurs de ces faits graves ont bien compris que même s’ils sont interpellés ou pris en flagrant délit, il sera difficile techniquement de les placer en garde à vue et de le déferrer. Tous ces malfrats arpentent donc les rues comme des prédateurs traquent leurs proies. Lorsqu’ils ne s’attaquent pas franchement aux habitations qu’ils croient à l’abandon.

Le risque est élevé également pour les femmes, actuellement à St-Martin. Certaines sont contraintes de se barricader et de survivre recluses de peur d’être victimes de viols, convaincues qu’en cas d’agression par ces groupes d’individus armés, personne ne pourra leur venir en aide. La population semble livrée à elle-même, obligée de s'organiser comme elle peut pour se défendre face aux voleurs.

Les personnes les plus vulnérables et les proies faciles pour les malfrats, veulent quitter l'île par tous moyens, terrorisées par cette explosion de la délinquance et des violences. Scène irréaliste mais tellement révélatrice de la panique qui s'empare des personnes en détresse : un homme a tenté de rattraper à la nage un bateau privé qui partait de St-Martin en direction de Pointe-à-Pitre, avec plusieurs évacués à son bord. La préfecture a certes mis en place des mesures de restrictions de la circulation, au moins jusqu’à mercredi, tandis que les autorités néerlandaise ont déployé leurs forces armées à Sint-Maarten ; preuve de la nette différence d’appréciation du péril sécuritaire de part et d’autres de la frontière qui sépare la partie française de la partie hollandaise
".

Et pendant ce temps, le gouvernement d'Emmanuel Macron, bien aidé en cela par l'ensemble de la presse nationale, essaie de faire croire que la situation est sous contrôle...
 

 

Dimanche 10 Septembre 2017 - 23:14
Pierrot Dupuy
Lu 32191 fois

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article