Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Politique, survol de l'actu, réflexions, propositions, 
vus sous la loupe d'un super senior.

VIGILANCE SUPER-SENIOR

Politique, survol de l'actu, réflexions, propositions, vus sous la loupe d'un super senior.

OMO a lavé plus blanc que blanc. Bye-bye Bayrou, Sarnez et co.

com

Le vide se fait, le ménage également-

Plus besoin du Modem puisque le Big Boss a tout en main...

Pau de terre contre peau de fer...

Allez roulez....

L' EMPIRE va croissant

 


Philippe Boehler

___________________________________________________

 

François Bayrou et Marielle de Sarnez quittent à leur tour le gouvernement Hamilton/REA

François Bayrou a annoncé ce mercredi son intention de démissionner du gouvernement. La veille, la ministre des Armées Sylvie Goulard, mise en cause dans l’affaire des assistants parlementaires du MoDem, avait déjà pris la décision de se mettre en retrait.

François Bayrou et Marielle de Sarnez, deux membres du gouvernement MoDem, étaient dans une position délicate depuis que Sylvie Goulard a annoncé son intention de quitter l'équipe exécutive. Ils ont finalement décidé de faire de même, ce mercredi. Le président du MoDem tiendra une conférence de presse à 17h qui devrait permettre d'en savoir plus sur ses raisons. Quant à la ministre chargée des Affaires européennes, elle a d'ores et déjà fait savoir qu'elle présiderait le groupe MoDem à l'Assemblée nationale. Ils n'ont pour le moment pas évoqué les soupçons qui pèsent sur le parti centriste...

En revanche, Sylvie Goulard, ministre de Armées, a été claire sur ses intentions. Elle a profité du remaniement “technique” de l’équipe d’Edouard Philippe pour prendre la tangente, mardi. “Dans l’hypothèse où l’enquête préliminaire visant le MoDem conduirait à vérifier les conditions d’emploi de mes assistants au Parlement européen, je souhaite être en mesure de démontrer librement ma bonne foi et tout le travail que j’ai accompli”, a-t-elle expliqué dans un communiqué. Le parti dirigé par François Bayrou est soupçonné d’avoir rémunéré des salariés du mouvement politique avec des fonds européens via des emplois fictifs d’assistants parlementaires. Libération révèle d'ailleurs ce mercredi l'existence de trois nouveaux cas potentiellement litigieux.

 

Print
Repost

Commenter cet article