Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Politique, survol de l'actu, réflexions, propositions, 
vus sous la loupe d'un super senior.

VIGILANCE SUPER-SENIOR

Politique, survol de l'actu, réflexions, propositions, vus sous la loupe d'un super senior.

de Guy Millière, l' Imposture climatique.. Trump a bien raison contre ses chers *amis*

com

L’imposture climatique

Publié par Guy Millière le 4 juin 2017

Si les crétins étaient aviateurs, Emmanuel Macron serait chef d’escadrille. Après avoir tenté d’écraser la main de Donald Trump, Emmanuel Macron a donc proposé aux scientifiques américains travaillant sur le climat de venir s’installer en France.

Ce genre de posture empreinte de fatuité auto-satisfaite peut fonctionner pour un public français et se trouver applaudie par la gauche caviar de Beverly Hills et de Park Avenue, mais attirera très exactement zéro citoyen de l’oncle Sam, sauf peut-être quelques hurluberlus en situation d’échec qui préféreront venir en France plutôt que d’être caissier dans un Walmart.

Quiconque a parcouru les centres de recherches français et les centres de recherche américains comprend immédiatement : les scientifiques américains ont des moyens financiers et des espaces qui n’existeront jamais en France.

De surcroît, imaginer que des scientifiques américains auraient besoin de trouver un refuge politique en France est tout simplement grotesque. La recherche est libre aux Etats-Unis. Elle est même bien plus libre qu’en France.

Ce qui a suscité la posture de Macron est, on le sait, le fait que Donald Trump a retiré les Etats-Unis des accords de Paris, ce machin néo-communiste qui ne dit pas son nom, et qui, moyennant des dépenses qui se chiffreraient en centaines de milliards de dollars, permettrait hypothétiquement (et sur la base de modèles informatiques frelatés) de diminuer le réchauffement planétaire anthropique inexistant d’un degré Celsius. Des lors quel n’y a pas de réchauffement planétaire anthropique, le machin néo-communiste est coûteux, inutile, et nuisible, car gaspiller la richesse ne rend personne plus riche, sinon des parasites néo-communistes.

Macron n’a pas été le seul à adopter une posture. Nicolas Hulot, grand prêtre de l’écologisme radical a parlé de “crime contre l’humanité” : des gens ont été accusés de banaliser la shoah pour moins que cela. Tous les dirigeants européens ont imité Macron et Hulot, ce qui montre que l’Europe est tombée très bas. Des dirigeants du reste du monde ont suivi la cohorte européenne. De grands climatologues bardés de diplômes en physique et en chimie tels Leonardo di Caprio ont dit leur indignation et, entre deux parcours en avion privé, se sont inquiétés des rejets de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Un autre éminent spécialiste du climat, le pape socialiste et sympathisant de la théologie de la libération qui réside au Vatican avait remis un texte au Président des Etats-Unis peu de temps auparavant tout en le mettant en garde : il paraitrait qu’il fait chaud en été à Rome, et que c’est un signe évident qu’il se passe quelque chose.

Ce que tout ce joli monde a oublié est que Donald Trump n’a pas retiré les Etats-Unis des accords de Paris, car les Etats-Unis n’ont jamais ratifié les dits accords.

Les Etats-Unis ont une Constitution qui stipule que les traités doivent être ratifiés par le Sénat. Les accords de Paris ont été signés par Barack Obama, qui a presque toujours traité la Constitution américaine comme un chiffon de papier et n’a jamais hésité à faire un geste affaiblissant les États-Unis, mais n’ont jamais soumis été à une procédure de ratification. Les Etats-Unis n’en sont pas partie prenante. La dernière fois qu’un texte aussi inepte que les accords de Paris a été présenté au Sénat américain, 95 sénateurs sur 100 ont refusé le texte. Il en aurait été de même en 2015, et aujourd’hui en 2017. Donald Trump a remis la Constitution des Etats-Unis à sa place. Il s’est comporté en Président des Etats-Unis digne de ce nom. Les Européens, à force d’admirer Barack Obama, ont oublié que les Etats-Unis ne sont pas une dictature.

 

 

ils ont beau truquer les chiffres, ils ne parviennent plus à montrer qu’il y a du réchauffement

Ce que tout ce joli monde ne dit pas est que les accords de Paris sont aussi peu scientifiques et aussi imprégnés de superstitions ineptes qu’une sourate du Coran, ce qui n’est pas peu dire. Il y a quarante ans, ceux qui ont parlé ensuite de réchauffement global parlaient de refroidissement global. Aujourd’hui, ils préfèrent parler de dérèglement climatique, car ils ont beau truquer les chiffres, ils ne parviennent plus à montrer qu’il y a du réchauffement. Les abrutis qui pensent que le climat est en général réglé comme un métronome reprennent docilement l’expression, “dérèglement climatique” : ils voudraient avoir l’air intelligent, mais ils n’ont pas l’air intelligents du tout aux yeux de quiconque a de la mémoire.

Les mêmes abrutis font comme le grand climatologue Leonardo di Caprio, et incriminent le dioxyde de carbone simplement parce qu’on leur a dit d’incriminer le dioxyde de carbone que tout être humain et tout animal rejette dès qu’il respire, et sans lequel les végétaux n’existeraient plus. Et comme ils sont d’une ignorance crasse, ils ne savent pas qu’il n’existe aucun lien de causalité entre le dioxyde de carbone et le réchauffement inexistant : comme ce n’est pas expliqué dans les livres à colorier qui sont leur seule lecture depuis l’école maternelle, ils ne risquent pas de tomber sur un livre sérieux sur le sujet.

Faute de références, les abrutis en question répètent que les scientifiques sont unanimes, et font référence aux travaux du GIEC, réalisés dans le cadre des Nations Unies, cette institution dans laquelle il doit rester une trentaine de démocraties et où l’islamo-gauchisme prédomine depuis des décennies. Des gens qui sont à la science ce qu’un prêtre défroqué est à la religion catholique ont effectivement vendu leurs scrupules contre quelques poignées de dollars et ont accepté de trouver ce qu’on leur demandait de trouver, car ils étaient payés pour cela. Les néo-communistes et les socialistes du monde entier, qui se tenaient derrière toute l’opération, ont utilisé ce que les gens qui ont vendu leurs scrupules ont accepté de trouver, et ont commencé à imaginer des réglementations asphyxiantes permettant de placer les économies de tous les pays du monde sous leur contrôle, de mettre en place des systèmes de redistribution allant des pays riches aux pays pauvres et des poches des contribuables des pays riches aux poches des corrompus des pays pauvres et d’entreprises transnationales mises dans la connivence, ce tout en disant aux opinions publiques, par une immense campagne de propagande digne des temps soviétiques à Moscou, que la fin du monde est proche.

Les accords de Paris reposent sur des données relevant de l’imposture (pour des données scientifiques, voir par exemple le site pensee-unique.fr, ou en anglais, cato.org).

 

Titre 4

Ils impliquent la mise en place de règles mutilant les économies développées et les plaçant toujours davantage sous la coupe de politiciens et de bureaucrates stériles. Ils sont censés redistribuer de l’argent européen et américain vers des politiciens et des bureaucrates stériles d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, et vers des entreprises acceptant de rentrer dans des procédures d’économie dirigée. Ils s’appuient sur une grande intoxication mentale qui conduit, entre autres, aux trépignements fébriles qu’on constate présentement.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Donald Trump a eu la politesse de ne pas dénoncer l’imposture. Il a, en remettant la Constitution des Etats-Unis à sa place, rendu un immense service à la liberté d’entreprendre aux Etats-Unis et ailleurs sur terre. Il a rendu un immense service aussi à l’innovation technologique et à la recherche libre grâce auxquelles l’humanité vit de mieux en mieux en un nombre croissant d’endroits sur la planète. Il a suscité le courroux de crétins tels Emmanuel Macron, Angela Merkel, et je ne sais qui d’autre. Il a suscité le dépit de la Chine, qui est censée être l’un des principaux bénéficiaires des accords de Paris. Il a provoqué des transes au sein de la grande tribu des adeptes du “politiquement correct”.

Sans argent américain, les Européens, et en particulier la France du chef d’escadrille Macron et du grand prêtre Hulot, auront bien du mal à trouver les milliards nécessaires pour respecter les accords qu’ils aiment tant. L’Europe se détruit avec l’islamisation. Elle se détruit aussi avec la religion écologique. C’est son droit, et c’est le droit des Européens de courir vers le gouffre. La Chine et différent corrompus du reste du monde vont être déçus de ne pas recevoir le (gros) chèque annuel promis. Les adeptes du “politiquement correct” vont continuer à trépigner : c’est tout ce qu’ils savent faire. Les Etats-Unis continueront à être la première puissance économique, politique, culturelle et scientifique du monde, et quand les Européens auront besoin des Etats-Unis, il leur sera conseillé d’être polis. Le chef d’escadrille Macron a parlé de “rendre sa grandeur à la planète” (make our planet great again). Le slogan adéquat pour des gens de son espèce serait plutôt, make the planet broke again : rendre la planète démunie à nouveau.

Je me souviens que quand Ronald Reagan était Président, en 1981, la France avait élu François Mitterrand : on me disait en France que les Etats-Unis avaient élu un idiot, et que la France avait porté au pouvoir un homme d’une intelligence supérieure. Le scénario se répète : Donald Trump est Président des Etats-Unis, et pour les Français c’est un idiot, la France a Emmanuel Macron.

Les Français sont fiers. Un journaliste a même titré : Emmanuel Macron, chef du monde libre. Je ne comprends pas que le journaliste en question se soit arrêté là. Je lui suggère un titre pour la prochaine fois : Emmanuel Macron, chef du système solaire.

C’est à des gestes comme celui que vient de faire Donald Trump qu’on reconnait les grands Présidents.

Les dirigeants dignes de ce nom font ce qui est juste. Les dirigeants de papier mâché se conduisent comme Emmanuel Macron.

Les journalistes dignes de ce nom écrivent sur des sujets qu’ils connaissent. A lire la presse aujourd’hui, je vois peu, très peu, de journalistes dignes de ce nom.

Triste époque.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Print
Repost

Commenter cet article