Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VIGILANCE SUPER-SENIOR

VIGILANCE SUPER-SENIOR

Politique, survol de l'actu, réflexions, propositions, vus sous la loupe d'un super senior.

Le cancre du continent aurait pu rafler tous les OSKAR

Qui a dit: *C'est  pas grave, c'est l' Etat qui paye !...

-  F. Hollande , lui-même,

Philippe Boehler

....de Valeurs actuelles, Eric Brunet.

_____________________________________

 

"La France est le cancre du continent

25 Février 2017, 16:00pm

Publié par LA REDACTION

La France est le cancre du continent

Un petit Eric Brunet pour le week-end, c’est tout indiqué !

Cette semaine, dans Valeurs actuelles, le polémiste s’en prend à l’état dans lequel François Hollande laisse la France :

Championne des mauvais chiffres, la France est le cancre du continent.
Faute de courage pour appliquer les mesures fiscales nécessaires.


Dernier coup de tonnerre: nous venons d’apprendre que la France possède le déficit du commerce extérieur le plus abyssal d’Europe: 48 milliards d’euros. Au passage, vous observerez que la presse, pleine d’indulgence pour François Hollande, a omis de donner à cette information tout le ressort dramatique qu’elle contient.Je vous entends déjà: « N’exagérons pas, la France n’est pas le Burkina Faso. On y vit plutôt mieux qu’ailleurs », etc. Je connais cette indulgence pour ce que nous sommes devenus : elle nous mine. Nous avons pris l’habitude du déclin. Nous nous sommes accoutumés aux mauvais chiffres. La médiocrité est devenue notre quotidien. Bien sûr, nous avons quelques beaux restes, la destruction de notre bel édifice national prend du temps (voici cent vingt ans, nous étions la première nation du monde, avec l’Angleterre). Mais de dégringolades en déconfitures nous sommes aujourd’hui le plus mauvais élève d’Europe. Nous étions déjà le cancre européen du chômage (notre économie a fabriqué plus de 500 ooo chômeurs de longue durée en cinq ans). Nous affichions la croissance la plus faible du continent (1 %), la dette publique la plus importante (2188 milliards d’euros, soit une augmentation de 2665 euros par seconde), un déficit budgétaire supérieur à 3 % du PIB …

Cette fois, impossible de dire que c’est de la faute des autres : l’économie américaine, la BCE, Bruxelles ou l’Allemagne. En effet, nous sommes pratiquement les seuls avec les Grecs à ne pas avoir su profiter de l’embellie économique qui survole le continent européen depuis quatre années.

Répétons-le, pétrole pas cher, taux d’intérêt proches de zéro :
les socialistes ont eu une chance inouïe.

Au jeu des probabilités, l’histoire accorde rarement de telles faveurs. Concrètement, cet alignement des astres représentait des milliards d’euros de pouvoir d’achat supplémentaires pour les Français. Une aubaine.

Hélas! Si quelques champions nationaux s’en sont bien sortis (les industries de défense, le luxe, le tourisme), notre économie a fait flop. Cette nouvelle consommation a bénéficié aux produits fabriqués en Europe ou en Asie. L’appareil de production français a été incapable, au cours des quatre dernières années, de répondre à l’augmentation de sa demande intérieure. Nous avons été incapables de transformer cette arrivée massive de pouvoir d’achat en croissance et en emplois.

Et nos principaux partenaires européens dans tout ça ? Dans le monde, la plupart des économies développées ont largement bénéficié de ces quatre années. Contrairement à la France, nos voisins ont anticipé la reprise de la consommation et leur commerce extérieur affiche des progrès insolents.

Demeure une lancinante question : pourquoi l’appareil de production français n’a-t-il pas su répondre à cette demande ? Même réponse qu’à l’accoutumée : parce qu’il n’est pas compétitif.

Parce qu’il est handicapé par le système fiscal le plus lourd de la planète,

le dispositif social le plus rigide et le plus coûteux du monde et un climat de défiance mortifère vis-à-vis des entreprises, de l’actionnariat et de la réussite …

Comme à chaque fois, la France financera ces 50 milliards de déficit extérieur par la dette. Comme à chaque fois, les politiques, par lâcheté, ne prendront pas les mesures fiscales nécessaires. Et les Français se laisseront bercer par les habituelles chimères démagogiques. Celles de Benoît Hamon qui nous répète qu’il « se fout de la dette » ou celles de Marine Le Pen qui souhaiterait surtaxer les importations pour freiner les achats de produits étrangers …

Absurde: la seule solution efficace, les économistes sérieux la connaissent. L’État doit baisser ses dépenses sociales et sa masse salariale. C’est à cette seule condition qu’il parviendra à alléger la fiscalité écrasante qui entrave nos entreprises. Cela requiert de la lucidité et du courage. 

À ce jour, de nombreux peuples d’Europe ont eu ce courage. Pas les Français.

Source d'origine: Eric Brunet pour Valeurs actuelles.

balboa78

je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr​​​​​​​

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article