Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Politique, survol de l'actu, réflexions, propositions, 
vus sous la loupe d'un super senior.

VIGILANCE SUPER-SENIOR

Politique, survol de l'actu, réflexions, propositions, vus sous la loupe d'un super senior.

Un général à poigne aux USA.Voilà ce qui manque en Europe

com

Extraits de l'article:
*L’alliance entre le gouvernement français et l’islamisme international

Cette politique a son pendant français, mis en œuvre par le socialiste Jean-Yves Le Drian en tant que ministre de la Défense comme nous l’avons expliqué dans deux articles (lire ici et ici).

Hillary Clinton était largement achetée par ces états musulmans (source) et liée, via sa conseillère Huma Abedin, aux Frères Musulmans et à leurs innombrables organisations politiques et militaires dont Al Qaeda (source).

Cette politique, reposant sur une alliance stratégique entre les partis socialistes européens et américain et l’islamisme international et ses principaux financiers – les états terroristes du Golfe – s’est totalement effondrée avec la victoire de Donald Trump.

Seule l’Europe de l’Ouest, France en tête, se situe encore sur cette ligne pro-musulmane. Ceci essentiellement en raison de la corruption massive des principaux politiciens hexagonaux à laquelle il faut encore ajouter le cynisme électoral que porte la démographie afro-islamique en France.

*)Hillary Clinton était largement achetée par ces états musulmans (source) et liée, via sa conseillère Huma Abedin, aux Frères Musulmans et à leurs innombrables organisations politiques et militaires dont Al Qaeda (source).

________________________________

Grâce à la victoire de Donald Trump.....Tout est consommé pour eux, les traîtres de notre civilisation.

Philippe Boehler

USA : Le futur principal stratège militaire de Trump considère que l’islam est un « cancer »
Posted by La Rédaction on 19th novembre 2016
| 415 views

Le Général Michael Flynn veut remporter la guerre contre l’islam

BREIZATAO – ETREBROADEL (19/11/2016) A peine nommé Conseiller à la Sécurité Nationale par le nouveau président américain Donald Trump, le général Michael Flynn a été l’objet de nombreuses attaques de la part de la presse d’état hexagonale. Et pour cause : il fait de la victoire contre la guerre déclarée par l’islam à l’Occident la pierre angulaire de la stratégie US. Une révolution qui met les élites pro-musulmanes françaises en état d’alerte.

Rupture complète

Cet esprit brillant et patriote entend rompre avec le soutien actif à l’islamisme de l’ère Obama, une ligne politique qui heurte de plein fouet l’alliance le gouvernement français et le monde musulman.

Un rapide tour d’horizon des titres des journaux d’état donne le ton :

2016-11-19-15_29_25-michael-flynn-le-troublant-general-qui-va-conseiller-donald-trump-sur-la-securi

2016-11-19-15_32_01-onenote

Le journal Le Figaro, propriété du vendeur d’armes Bloch-Dassault proche de l’armée française, n’est pas moins caricatural (source) :

Après deux ans à la tête de l’Agence de renseignement militaire (DIA), Flynn a été mis à pied en 2014 en raison de son tempérament erratique, de sa brutalité envers ses collègues et subordonnés et de sa propension à déformer les faits pour conforter ses convictions. Sous son mandat, les «vérités Flynn» étaient l’objet de sarcasmes au département de la Défense.

En réalité, ce qui rend la presse hexagonale nerveuse, c’est que le Général Flynn s’est violemment opposé au soutien donné aux djihadistes et aux islamistes en Syrie, en Irak ou Libye par l’administration Obama et l’Otan, France incluse. Et peut maintenant, en tant que véritable architecte de la grande stratégie américaine, mettre en oeuvre la politique qu’il promeut depuis plus d’un an.

Opposant déterminé à l’alliance entre les USA, l’Otan et l’islamisme

Ancien chef de l’agence de renseignement militaire américaine (DIA) de 2012 à 2014, M. Flynn a dénoncé l’alliance entre l’internationale socialiste, Parti Démocrate américain en tête, et l’islam, djihadistes compris.

Dans une interview donné à Al Jazeera, le Général Flynn assurait, sur la base des informations qu’il avait transmises à la Maison Blanche comme chef du renseignement militaire US, que la création de l’État Islamique avait une décision « volontaire » du gouvernement américain.

Il est alors interrogé sur un document officiel de la CIA (source) reconnaissant le soutien délibéré à la constitution d’un état djihadiste dans l’Est de la Syrie :

Les salafistes, les Frères Musulmans et Al Qaeda en Irak [futur Etat Islamique, NDLR] sont les forces principales de l’insurrection en Syrie […] L’Occident, les pays du Golfe et la Turquie soutiennent l’opposition, tandis que la Russie, la Chine et l’Iran soutiennent le régime […] Si la situation se détériore, il existe la possibilité de créer une principauté salafiste – déclarée ou non – dans l’est de la Syrie et c’est exactement ce que veulent les soutiens de l’opposition afin d’isoler le régime syrien qui est considéré comme l’élément de profondeur stratégique de l’expansion chiite (Irak, Iran) […] Al Qaeda en Irak pourrait aussi déclarer un état islamique via son unification avec les autres organisations terroristes en Irak et en Syrie

Le Général Michael Flynn répond (à partir de 0:49′) :

Interviewer : Vous dites qu’au sein du gouvernement à l’époque, vous saviez que ces groupes [djihadistes] étaient là, vous avez vu cette analyse et vous plaidiez contre cela mais qui n’écoutait pas ?

M. Flynn : Le gouvernement je pense.

Interviewer : Le gouvernement a détourné le regard de votre analyse.

M. Flynn : Je ne sais pas s’ils ont détourné le regard, je pense que c’était une décision, une décision volontaire.

L’alliance entre le gouvernement français et l’islamisme international

Cette politique a son pendant français, mis en œuvre par le socialiste Jean-Yves Le Drian en tant que ministre de la Défense comme nous l’avons expliqué dans deux articles (lire ici et ici).

Hillary Clinton était largement achetée par ces états musulmans (source) et liée, via sa conseillère Huma Abedin, aux Frères Musulmans et à leurs innombrables organisations politiques et militaires dont Al Qaeda (source).

Cette politique, reposant sur une alliance stratégique entre les partis socialistes européens et américain et l’islamisme international et ses principaux financiers – les états terroristes du Golfe – s’est totalement effondrée avec la victoire de Donald Trump.

Seule l’Europe de l’Ouest, France en tête, se situe encore sur cette ligne pro-musulmane. Ceci essentiellement en raison de la corruption massive des principaux politiciens hexagonaux à laquelle il faut encore ajouter le cynisme électoral que porte la démographie afro-islamique en France.

L’Occident face au « cancer » qu’est l’islam

L’approche de Michael Flynn rompt avec la convergence entre le socialisme occidental institutionnel et l’islam. Reconnaissant la nature propre de l’islam comme de l’Occident, le Général Flynn raisonne en termes culturels et historiques, comprenant que la guerre d’anéantissement entre les deux est ininterrompue depuis treize siècles.

Fort logiquement, le nouveau conseiller pour la sécurité du président américain ne distingue pas l’islam de l’islamisme, ce dernier n’étant que l’avant-garde du second. Dans une conférence publique, il affirmait sans détour cette réalité : « L’islam est une idéologie politique. Il se cache derrière cette notion de « religion ». C’est comme le cancer […] il a métastasé ».

Voir ici :

Ce discours s’oppose en tous points à celui de l’ère Bush et Obama. Durant ces deux présidences, le gouvernement américain, encouragé par ses liens avec les pétromonarchies sunnites, a puissamment encouragé le dialogue avec les forces islamistes.

Cet effort étant clairement énoncé lors du discours du Caire de Barack Obama en 2009 (voir ici) avant de prendre une tournure concrète lors des « printemps arabes » où Hillary Clinton a appuyé les Frères Musulmans dans leur tentative de conquête du pouvoir en Égypte, Syrie, Libye ou en Tunisie.

Le Général Michael Flynn, alors présent dans le public, s’est dit « sidéré » par le contenu du discours qui reprenant, dans les grandes lignes, une tonalité marxisante et tiers-mondiste résolument pro-musulmane.

Guerre de civilisations

Pour le Général Michael Flynn, désormais en charge de fixer les grandes lignes en matière de sécurité pour le président américain, la guerre contre l’islam occupera au moins « 4 à 5 présidents » américains avant d’être remportée.

Il a volontiers comparé dans son livre paru en juillet « Terrain de combat : comment gagner la guerre globale contre l’islam radical et ses alliés » (voir ici) cette guerre contre l’islam à celle contre le communisme.

Une telle approche constitue, pour la France et ce qu’il reste de l’Union Européenne, une ligne rouge. Largement colonisées par les masses musulmanes, dominées par des élites socialo-marxistes acquises au tiers-mondisme et à l’islamophilie, celles-ci n’ont aucune appétence pour une forme de résistance face à l’islam invasif.

En conséquence, les réactions paniquées de Jean-Yves Le Drian (source) ou de Manuel Valls (source) en faveur d’une « défense autonome » de l’Europe traduit une prise de distance vis-à-vis des USA en amont du virage stratégique américain.

On comprend ce sentiment de panique compte tenu du degré d’implication de ces derniers aux côtés du djihadisme global à des fins court-termistes.

Print
Repost

Commenter cet article