Le processus de démantèlement du camp commencera dès « dimanche après-midi », avec des tournées de fonctionnaires des services de l’immigration qui « vont s’intensifier » à l’intérieur du camp pour en informer les migrants et les convaincre de partir, a-t-on ajouté de mêmes sources.

« 72 heures » pour quitter le camp

Selon la préfecture du Pas-de-Calais, la préfète Fabienne Buccio a pris un arrêté donnant « 72 heures » aux « occupants sans droit ni titre » du camp de la Lande (nom officiel de la « Jungle ») pour « quitter » le camp. Cela ne s’applique pas aux « mineurs étrangers isolés » qui seront « pris en charge » au centre Jules Ferry et au Centre d’accueil provisoire (CAP), deux structures en dur.

L’arrêté a commencé à être affiché vendredi vers 18 heures, en plusieurs langues, à l’entrée de la « Jungle », a constaté un correspondant de l’AFP.

Ces dernières semaines, le camp comptait encore 6.400 migrants selon la préfecture, 8.143 selon des associations. La zone sud du camp de la Lande avait été entièrement démantelée en mars dernier.