Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VIGILANCE SUPER-SENIOR

VIGILANCE SUPER-SENIOR

Politique, survol de l'actu, réflexions, propositions, vus sous la loupe d'un super senior.

Savoir ou se faire avoir...L'islam vu par le Dr Sami Aldeeb.

SAMI ALDEEB SAVOIR OU SE FAIRE AVOIR

Information et débat autour des religions en général, et de l'islam en particulier. La chouette, symbole de la sagesse, nous apprend qu'il faut observer et réfléchir avant de parler ou d'agir.

Parlement tchèque: une député répond à la question “Faut-il avoir peur de l’islam”

Cours, conférences et livres, Dictature / Démocratie, Droits de l'homme, Guerre, Immigration, Inquisition, Islamophobie, Violence Add comments

Mai 272016
Source 26/05/2016 Apostat Kabyle blog 4 ever.
Femme politique, juriste et avocate, Klára Samková a donné devant le parlement tchèque un discours lucide et direct sur l’islam et les musulmans, devant un public incluant des ambassadeurs de pays musulmans, dont l’ambassadeur turc, qui sont sortis avant la fin, visiblement en colère.
Son discours mérite d’être lu attentivement. Il traite des questions que les “démocraties” occidentales, bien trop trop consensuelles et qui s’accrochent comme des morpions à leurs discours politiquement corrects, ne sont pas prêtes à accepter. Encore moins à diffuser. Des idées que l’Occident trouve bien plus simple et commode à rejeter et qu’il considère comme étant des idées extrémistes, voire racistes ou fascistes.
Le discours a été applaudi par presque tous les intervenants tchèques dans les journaux en ligne de toutes tendances politiques. Ce qui n’est pas vraiment exceptionnel en République tchèque. Car les opinions développées dans son discours sont largement acceptées par la société tchèque. Si elle a été louée pour cette attitude courageuse, c’est parce que le sujet n’est tout simplement pas tabou dans la société thèque. Le peuple tchèque, comme d’autres peuples d’Europe centrale et de l’Est, est généralement plus hostile à l’immigration islamique que les autres peuples de l’UE.
Ainsi, si Klára Samková n’est pas devenue une superstar de la politique après un tel discours, c’est parce que les idées qu’elle développe ne sont généralement pas différentes de ce que pensent la majorité des Tchèques. Pour diverses raisons, mais aussi parce que les Tchèques, comme les autres peuples de l’Europe du Centre et de l’Est, ont fait l’expérience du totalitarisme soviétique, ce qui les a en quelque sorte immunisé contre la propagande pro-islam subie de force dans le reste du monde occidental.
Autre raison: les Tchèques ont été trahis en 1938 par le Traité de Munich, ils n’ont pas envie que l’Histoire se répète à cause de l’UE et de ses décisions suicidaires. Ensuite, de nombreux Tchèques sont athées (héritage de l’époque soviétique), ce qui les place plus loin hors de la sphère “islam” que les chrétiens vis-à-vis des musulmans. Cela ne signifie pas que les Tchèques sont d’une certaine manière irrationnellement hostiles. Ils sont tout simplement raisonnables.
Enfin, la grande majorité des Tchèques pense que l’immigration de masse ne doit pas être autorisée. Plus de 90% d’entre eux disent qu’ils ne veulent pas qu’on héberge même temporairement des réfugiés musulmans.
________________________________
Chers invités,
Je vous remercie pour l’invitation et pour l’occasion qui m’est donnée de faire ce discours. La conférence d’aujourd’hui est censée aider à répondre à la question de savoir si nous devrions avoir peur de l’islam. Ma réponse à la question est simple: nous ne devrions certainement pas avoir peur de l’islam. Nous devrions traiter de la même façon que la civilisation européenne a traité tous les régimes totalitaires et inhumains auxquels elle a dû faire face pendant plus de 2.000 ans de son Histoire. En particulier, nous devons combattre l’islam, le battre, et empêcher sa prolifération une fois pour toutes, tout comme pour les idéologies monstrueuses précédentes, déclarer l’existence même de l’islam comme un acte criminel qui contredit la nature humaine, la liberté et en particulier la dignité h
umaine.
Parce que c’est exactement ce que l’islam est, à savoir un système qui contredit la nature humaine, la liberté et la dignité.
Il est de même nature que le nazisme, le fascisme et le communisme. Il a ces caractéristiques en dépit du fait qu’il se cache derrière le masque d’une religion. En réalité, il est avant tout une idéologie criminelle, à la fois dans le sens de commettre un crime et d’être contrôlé par des criminels, et un système irréformable de gouvernance.
L’islam se cache derrière le masque de la religion pour deux raisons [Interjections]. La première raison, ce sont les circonstances historiques entourant la naissance de l’islam, alors qui n’a autorisé aucune autre forme de présentation idéologique. Même dans la Grèce antique, il était interdit de construire des formes philosophiques qui étaient indépendantes de la religion d’État, un fait sur lequel Socrate aurait pu nous en dire plus. Il était encore moins possible de créer un paradigme composé d’idées irréligieuses au septième siècle de notre ère, à la limite même du monde civilisé de l’époque.
La deuxième raison pour laquelle l’islam aime se cacher derrière le masque religieux est l’abus permanent, délibéré et intentionnel qu’il fait du système juridique euro-américain et des valeurs que les civilisations ont construites sur les fondations judéo-chrétiennes. Il n’y a rien de mieux ou de plus efficace que d’abuser du système de valeurs de son ennemi, surtout quand on ne partage pas ce système. Et c’est exactement ainsi que l’islam se comporte. Il veut être protégé selon notre tradition, qu’il exploite de cette manière, alors qu’il n’accepte pas la réciprocité. Il profite de nos traditions, il affirme que les traditions sont importantes, alors que dans les coulisses, il se moque de nous et de notre système de valeurs.
Voyons d’abord pourquoi il est tout à fait raisonnable de placer l’islam à égalité avec les régimes totalitaires. Même s’il se qualifie de religion, il est avant tout un système totalitaire de gouvernance dans lequel Dieu ne joue qu’un rôle substitutif parce que le contenu principal de l’islam n’est rien d’autre que l’arrangement des affaires de l’État. Contrairement au christianisme, à l’hindouisme, au bouddhisme, au taoïsme ou au shintoïsme, au cœur de l’islam on trouve la loi, à savoir la charia islamique. La loi est une partie intrinsèque et indissociable de l’idéologie islamique. Elle constitue le noyau du contenu de l’islam et les règles qui sont prétendument religieuses ou éthiques sont justes des composantes secondaires et marginales de l’idéologie. Du point de vue de l’islam, le concept de la religion en tant que croyance privée, en tant que conviction intime d’un individu, est absolument inacceptable.
C’est exactement le principe sur lequel le christianisme d’aujourd’hui et les civilisations qui en découlent dépendent: une relation privée d’un individu envers Dieu. Même les membres de notre civilisation qui se considèrent athées, à savoir ceux qui prétendent ne pas croire en Dieu, calquent automatiquement leurs attitudes de vie sur les traditions chrétiennes alors que ces traditions prennent la forme soit du folklore, soit des automatismes culturels qui leur font partager l’esprit général qui prévaut en Europe et en Amérique. Encore une fois, il est nécessaire de se rappeler que ce point de vue est non seulement inacceptable pour l’islam, mais il est également dénoncé et explicitement désigné comme un crime. L’islam rejette la conception individuelle de la foi en Dieu et d’une manière totalitaire, il interdit tous les doutes sur lui-même. Si quelqu’un pense que nous n’avons pas le droit de juger ce qui est totalitarisme et hégémonisme et que nous n’avons pas le droit de classer l’islam de cette manière, permettez-moi de dire que dans un pays qui a eu des souverains étrangers depuis 300 ans et qui, au cours de ces 78 dernières années, a passé 48 ans sous des régimes totalitaires, nos réflexes ont été formés pour détecter précisément le totalitarisme et l’hégémonisme. Nous avons le droit et la capacité de le reconnaître et de le juger. Et nous pouvons le reconnaître au premier coup d’oeil.
L’islam ne partage pas l’idée des Lumières, du progrès social associé à l’avenir. Selon l’islam, les bons moments ont déjà eu lieu – à l’époque du prophète Mahomet. Les meilleures choses qui auraient pu être faites ont déjà été faites, la meilleure chose qui aurait pu être écrite a déjà été écrit, à savoir le coran. Dans son essence, l’islam est une religion basée sur le livre de l’Ecclésiaste, qui enseigne, plus de mille ans avant Mahomet: “Qu’est-ce que les gens profitent de tous leurs durs travaux sous le soleil? Les générations vont et viennent, mais la Terre reste la Terre pour toujours” [1].
Le judaïsme, le christianisme et la civilisation qui en a résulté ont dépassé ce scepticisme injustifié, ce mépris des gens pour eux-mêmes. Au même moment, l’islam est resté l’enfant mort-né de la gnose, déformé par le désir monstrueux de faire subir une mutation à tout l’Univers, dans une vision rétrograde, paranoïaque, obsessionnelle, psychopathe sur la nature exceptionnelle de son propre chemin vers la réunification essentielle de ses adeptes avec Dieu. Cette conception défectueuse provoque aussi la vision persistante a tout l’Islam qui consiste à voir de manière hostile et méprisante notre civilisation, qui est considérée comme matérialiste et donc intrinsèquement mauvaise et qui offusque Dieu. C’est une véritable tragédie pour les musulmans eux-mêmes qui se sont éternellement fermé le chemin vers Dieu en poursuivant dans cette impasse.
L’aliénation, l’absence de foi dans l’être humain et sa valeur irremplaçable, le scepticisme à l’égard de la dignité de chaque être humain, indépendamment de ses caractéristiques telles que la religion, le statut social, le sexe et la nationalité, voila ce qui caractérise l’islam. L’islam a rejeté la philosophie comme nous le savons, comme étant la possibilité d’une vision critique et rationnelle de la réalité. Cette attitude empêche également les musulmans de penser aux questions relatives à la liberté humaine, à la dignité, au rôle d’une personne dans le contexte d’un État, et – paradoxalement – aussi aux questions sur Dieu, qui est devenu, dans le contexte de la civilisation euro-américaine, une composante inhérente aux schémas de pensée poursuivis par les meilleurs scientifiques – astrophysiciens, mathématiciens, biologistes, qui touchent, par leur recherche, les fondements-mêmes de l’univers et donc l’essence de Dieu. Cependant, les musulmans se sont toujours interdit d’obtenir un contact direct avec Dieu, qu’ils ont [selon eux] perdu au moment de la mort de Mahomet. Comme leur vie doit être immensément désespérée, quand il ne s’agit que de vivre essentiellement dans l’attente de la mort!
À cause de cette paralysie totale spatio-temporelle de l’islam, les nations qui souffrent de l’idéologie musulmane sont les plus dévastées. Plus précisément, ces nations sont dépréciées par de pitoyables conditions quasi-religieuses et le potentiel qui leur a été donné comme à tous les êtres humains, ne peut pas être transformé en réalisations, consciemment ou inconsciemment. Tout comme les Russes étaient les victimes les plus misérables du communisme parce que le communisme total est né en Russie, tout comme les premières victimes du nazisme allemand étaient Allemands, les personnes les plus dévastées par l’islam sont les Arabes et les autres nations contraintes de vivre sous l’hégémonie de l’islam. J’utilise ce lieu pour exprimer ma plus profonde compassion avec ces peuples et en particulier avec les femmes musulmanes qui souffrent plus que d’autres.
Pour les musulmans, la route de malheur est le seul chemin parce qu’ils se voient refuser l’essence même de la nature humaine, à savoir l’évolution. L’islam ne respecte pas le développement, le progrès et l’humanité. Dans son désespoir, il tente d’emporter le reste de l’humanité avec lui parce que, du point de vue islamique, le reste du monde est futile, inutile, et impur.
L’islam et sa charia sont incompatibles avec les principes de la législation européenne, en particulier avec les droits énoncés dans la Convention européenne de 1950 sur les droits de l’homme. Comment est-il possible que nos experts en droit ne voient pas ce conflit? Comment est-il possible qu’ils restent silencieux? Comment est-il possible qu’ils approuvent toutes les demandes des musulmans qui se réfèrent à l’article 9 de la Convention sus-mentionnée, qui garantit la liberté de pensée, de conscience et la foi religieuse? Et comment est-il possible que les musulmans dans notre monde exigent d’être protégés selon ce document juridique alors que notre système juridique ne semble pas offrir la même protection aux opinions, aux idées et aux croyances religieuses qui sont en désaccord avec l’islam? Dans quelle mesure les musulmans sont-ils enclins à écouter des vues différentes, que nous avons nous-mêmes exposés ici [2]. […] Nos avocats sont-ils seulement capables de compter jusqu’à quatorze quand l’article 14 de la Convention stipule que l’utilisation des droits et libertés décrits par la Convention doit être assurée sans discrimination fondée sur des critères? Je tiens à assurer à tous que nous pouvons compter au moins jusqu’à dix-sept parce que l’article 17 de la Charte dit:
Aucune des dispositions de la présente Convention ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu, un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits ou libertés reconnus dans la présente Convention ou à des limitations plus amples de ces droits et libertés que celles prévues à ladite Convention.
Cet article a été présenté à la Convention par Winston Churchill personnellement, il l’a fait pour une raison particulière, à savoir comme une protection contre les régimes totalitaires. Il était évident qu’il pensait à ceux qui étaient les premiers visés à cette époque, les régimes communistes. J’ai à l’esprit l’islam, qui est également totalitaire et menaçant, tout comme l’étaient les régimes contre lesquels Winston Churchill s’était battu et qu’il a vaincu. La protection par l’article 17 s’applique correctement contre toute idéologie et le fait que les pays européens contraints par la Convention ont décidé de ne pas l’appliquer [à l’islam] jusqu’à présent ne veut pas dire qu’ils ne possèdent pas la volonté de le faire. Ces pays sont juste trop gentils et bienveillants, trop conscients du prix qu’ils ont payé dans l’apprentissage de la valeur la plus haute de l’humanité, et trop patients. L’hypothèse des pays et des dirigeants musulmans – qui ont décidé de terroriser les Européens par leur vision du monde – que la cause de l’inaction de l’Europe est sa faiblesse est tout à fait erronée. L’Europe est parvenue à sa vision du monde par le sacrifice de dizaines de millions de vies humaines, elle a payé par une souffrance qu’aucun musulman ne peut même pas imaginer.
Aujourd’hui, l’Europe continue à demander aux musulmans: “Voulez-vous vivre avec nous?” non par peur de l’islam, mais parce que c’est la question capitale, la question cruciale qui doit amener les nations musulmanes à donner une réponse.
Jusqu’à présent, il semble que les musulmans ne veulent pas partager pacifiquement la planète avec le reste du monde. Leurs actes terroristes, bruyamment déclamés et commis au nom de l’islam, suggèrent qu’ils ne sont pas intéressés par la fraternité entre les nations et les peuples [incompréhensible]. Ils crient des mots sur la supériorité de l’islam et de leur système juridique et ils affirment que nous avons le devoir de nous subordonner à eux. Nous ne constatons pas de preuve que les musulmans sont des êtres supérieurs par rapport à nous les non-musulmans, ou par rapport aux femmes, ou aux homosexuels ou à toute autre personne qui ne se conforme pas strictement au coran.
Pour quelques temps, l’Europe va continuer à poser cette question au sujet de la coexistence pacifique. À un certain moment, la question fera l’objet d’une métamorphose et sonnera très différemment. Il ne sera plus question de “Voulez-vous vivre avec nous” mais “Vous voulez vivre?“. Vous, les musulmans, voulez-vous survivre? Parce que si les adeptes de l’islam ne veulent pas vivre dans la paix, l’Europe et l’Amérique feront ce qu’ils ont fait à deux reprises quand ils ont été menacés par des idéologies qui s’attaquent à l’essence-même de l’humanité: il mèneront la guerre et écraseront l’ennemi. Tout comme dans les guerres du passé, ce conflit va intégrer un certain progrès scientifique, technique ou technologique grandiose, cette fois sans aucun doute associé à l’obtention de l’indépendance énergétique totale. Je n’ai pas une idée de quelle façon cela aura lieu: peut-être quand le tokamak sera terminé.
Peut-être nous extrairons l’énergie des énergies du point zéro du vide quantique. En tout cas, la principale conséquence des actes de violence commis par les musulmans et la guerre qui se matérialisera à cause d’eux sera un châtiment complet pour l’idéologie islamique. L’islam [les musulmans] sera considéré comme un groupe d’individus dégénérés rampants dans le désert où le pétrole inutile et indésirable circulera inutilement et sans fin vers les marais, un groupe d’individus qui se souviendront des lumières antiques des rues de Damas et des beautés de la Mecque, qui aura été transformée en rien de plus qu’un trou en enfer. Ce groupe de personnes anonymes sera reclassé comme indésirable par le reste de l’humanité, ordure qui a dévié du chemin vers Dieu qu’ils ne peuvent jamais retrouver parce qu’ils auront été vaincus par le mépris qu’ils ont pour l’entité que Dieu trouve si aimable, à savoir les humains. Sans aucun doute, tous les humains et la planète entière.
Ces jours-ci, nous sommes artificiellement nourris avec des idées selon lesquelles il se pourrait que ce soit l’Europe qui devrait avoir peur et avoir peur pour son avenir, sa culture, sa philosophie et sa vision du monde. Non, c’est exactement l’inverse. Par leurs actes malveillants, les musulmans ont fait les premiers pas vers leur propre perte absolue.
Je me sers de cette conférence et lance un appel à tous les musulmans et tous les pays qui prétendent que l’islam est leur religion: arrêtez. Vous êtes sur une mauvaise voie. Vous êtes sur une piste qui conduit loin de Dieu. Vous êtes sur la route des meurtriers. Votre mort ne saura pas vous mener à Barbelo, mais à la terre du néant et de l’inutilité sans nom. Rien ne sera laissé de vous et le nom de votre prétendue religion ne sera prononcé qu’accompagné de crachats. Parce que c’est qui est écrit dans l’Apocalypse de Jean, chapitre 12, intitulé “L’Ennemi conquis”:
“Et un grand signe apparut dans le ciel: une femme revêtue du soleil, et la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles“.
Le manteau bleu des vagues de femmes dans chaque drapeau de l’Union européenne. La couronne de douze étoiles qui se trouve sur chaque drapeau de l’Union européenne.
Musulmans, posez-vous la question de savoir qui est le serpent ou le dragon qui sera foulée aux pieds et vaincu par la femme. Et surtout, n’oubliez pas de donner la bonne réponse à la question: “Voulez-vous vivre?” La bonne réponse est: “Dans ce cas, vous devrez apprendre à vivre avec nous et (dans nos pays) selon nous“.
___________________________________
[1] L’islam est le déni de l’individu, celui-ci n’existe que par la “nation islamique”, la Oumma, communauté des Croyants. Comme l’Ecclésiaste, le coran enseigne que les seules action durables sont “la crainte de dieu [ou d’Allah] et l’absolu devoir de s’imposer ses commandements”.
[2] À cet instant, l’ambassadeur de Turquie et d’autres personnalités musulmanes sortent. L’ambassadeur de Turquie à Prague Ahmet Necati Bigali a déclaré après-coup: “Madame Samková, vous n’avez pas le droit d’insulter l’islam“. La rengaine habituelle. À chaque fois que l’islam est dévoilé sous sa véritable identité, à chaque fois qu’on en fait une une description impartiale, les musulmans s’indignent, agitent le torchon de l’islamophobie et taxent les autres de nazis ou de racistes. Alors qu’il est établi une fois pour toute que, d’une part, les musulmans ont massivement adhéré au nazisme, étant donné nombre de points communs qu’ils se sont trouvé, en premier la haine des juifs, à l’image de leur grand chef spirituel de l’époque, le hadj Amin al-Hosseini (lire mon article Islam et nazisme) et d’autre part, que le racisme le plus nauséeux qui soit se trouve inscrit à longueur de versets dans le coran.
L’ambassadeur a semble-t-il été très offensé que la Chambre des députés laisse ainsi la libre expression au sujet de l’islam. C’est vrai qu’avec les Parlements-croupions de l’Europe de l’Ouest et des pays scandinaves, les musulmans n’étaient pas habitués à ce type de discours direct et politiquement très incorrect.
Réponse de Klára Samková: “L’ambassadeur turc veut m’appliquer la charia“.
“Mon discours n’était rien de plus qu’une description objective de la réalité. […] Mes mots étaient tout à fait vrais: l’islam est une idéologie totalitaire, anti-humaine, il a le même caractère que le nazisme, le fascisme et le communisme. Il est un moyen totalitaire de régenter la vie, un moyen auquel on ne peut échapper sous peine de mort. […] Mes déclarations ne sont pas problématiques en ce qui concerne les lois de la République tchèque et si elles l’étaient, ce serait une interprétation politique délibérée de la loi. Monsieur l’Ambassadeur, en substance, exige l’application de la charia contr
e moi“.
Que certains ambassadeurs aient quitté la salle lors du discours nous donne une preuve supplémentaire que l’islam est intolérant et qu’il perçoit toute critique comme insupportable.
“Mon discours a été conçu juste pour eux, et je les ai exhorté à réfléchir à la façon dont nous vivrons ensemble. L’islam ne veut pas écouter les critiques de sa propre idéologie“, a déclaré Samková.
Dans une interview accordée à Echo24.cz elle a également expliqué pourquoi dans le passé elle avait aidé les musulmans de son pays en collaborant avec l’Union des musulmans tchèques.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article